3 mai 2009

Éthique libérale


Les libéraux de Jean Charest sont vraiment des gens prévoyants. Ils créent des règles d'éthique non pas pour prévenir les conflits d'intérêts, mais pour valider ceux qui existent déjà. C'est comme écrire les règles d'un jeu en planifiant à l'avance une façon de les contourner pour tricher.


Extrait de la nouvelle:


L'histoire d'éthique de la semaine? Celle de Pierre Arcand, ministre des Relations internationales de Jean Charest.


M. Charest a discrètement autorisé une modification aux règles de transparence des membres de son gouvernement pour permettre à une entreprise dans laquelle M. Arcand a des intérêts minoritaires de faire affaire avec l'État. L'entreprise, qui fait du placement publicitaire, pourrait, indirectement, faire affaire avec des organes du gouvernement. Ce qui contreviendrait aux (anciennes) règles imposées aux ministres.


La modification a eu lieu début mars, bien avant les crises de ce printemps de l'éthique. Mais quand même. Le premier ministre a changé les règles pour satisfaire un de ses soldats.


Le billet de Lagacé vaut la peine d'être lu jusqu'au bout, ne serait-ce que pour apprendre à mieux connaître l'insupportable Liza Frulla.


Aucun commentaire: