9 février 2010

La découverte éventuelle de formes de vies extra-terrestres et l'avenir des religions

Ça peut paraître farfelu pour certains, mais je trouve ce genre de questionnement philosophique fascinant:

On ne s'étonne pas qu'un congrès sur la vie extraterrestre, la semaine dernière à Londres, spécule sur la biologie et la chimie, sans parler de l'astronomie. Mais la religion? Une enquête s'est intéressée à ce qu'il adviendrait des grandes religions du monde si on découvrait un jour une forme de vie étrangère.


Et l'optimisme est de rigueur. Croyants ou non-croyants, bouddhistes ou chrétiens, seule une minorité croit que sa religion ou ses croyances personnelles seraient ébranlées - encore que les catholiques soient plus nombreux (22%) à croire que cela affecterait leur religion. Pas aussi nombreux, toutefois, que les 205 non-croyants interrogés, qui sont 69% à croire que cela causerait une crise... chez toutes les religions!

(...) Chose certaine, c'est le moment où jamais de s'adapter pour les religions, parce que tous les éléments semblent se mettre en place pour les préparer à une grande découverte. Par exemple, est venu souligner le président de la Société royale, Martin Rees, d'ici deux ou trois ans, le nouveau télescope spatial Kepler pourrait détecter la présence de planètes de même taille que la Terre autour d'autres étoiles - une recherche qui n'existait pourtant même pas au début des années 1990.

Mais certains sont beaucoup moins enthousiastes que d'autres : et si les E.T. étaient méchants? Un journaliste de Nature nous présente le paléobiologiste Simon Conway, de l'Université Cambridge : «Il cite des exemples d'évolutions convergentes dans l'histoire biologique de la Terre comme preuves qu'il existe un nombre limité de solutions aux problèmes d'organisations [physiologiques] et sociaux... La vie sociale ailleurs pourrait être aussi violente que sur la Terre, où les fourmis font du pillage et où les humains se font la guerre. "Si le téléphone sonne, dit-il, ne répondez pas."»

Aucun commentaire: