31 mai 2010

Au feu!

J'ai été complètement assomé ce matin, en quittant la maison. L'odeur de bois brûlé était si forte qu'on aurait pu croire que le voisin passait au feu. Et cette petite brume blanchâtre qui flottait partout... jamais vu un truc pareil.

J'essayais d'imaginer (avec horreur) la quantitié astronomique de bois qui doit brûler pour qu'on le perçoive avec une telle intensité des kilomètres plus loin... ce doit être une véritable hécatombe.

C'est une chose de te faire dire que 52 incendies sont actifs au Québec, étendus sur une superficie de 82 000 hectares. C'en est une autre d'en percevoir l'odeur en sortant de chez toi... vivement quelques averses!

L'image provient d'ici.

30 mai 2010

Sexe et bipédie

C'est quoi le rapport? J'y viens.

L'explication généralement acceptée pour expliquer que nos ancêtres soient devenus bipèdes, c'est la disparition des forêts humides africaines au profit de la savane. Nos ancêtres se seraient donc adaptés à ce nouvel environnement en marchant debout, ce qui leur permettait de voir très loin au-dessus des hautes herbes.

L'explication semble parfaitement plausible. Le problème, c'est qu'on a alors fait la découverte de Ardi: une créature bipède qui vivait avant la disparition des forêts.

On a donc besoin d'une autre explication. Voici celle qui est proposée par Owen Lovejoy de la Kent State University:

In apes (...) males find mates the good old-fashioned apish way: by fighting with other males for access to fertile females. Success, measured in number of offspring, goes to macho males with big sharp canine teeth who try to mate with as many ovulating females as possible. Sex is best done quickly—hence those penis bristles, which accelerate ejaculation—with the advantage to the male with big testicles carrying a heavy load of sperm. Among females, the winners are those who flaunt their fertility with swollen genitals or some other prominent display of ovulation, so those big alpha dudes will take notice and give them a tumble, providing a baby with his big alpha genes.



Let’s suppose that some lesser male, with poor little stubby canines, figures out that he can entice a fertile female into mating by bringing her some food. That sometimes happens among living chimpanzees, for instance when a female rewards a male for presenting her with a tasty gift of colobus monkey.


Among Ardipithecus’s ancestors, such a strategy could catch on if searching for food required a lot of time and exposure to predators. Males would be far more successful food-providers if they had their hands free to carry home loads of fruits and tubers—which would favor walking on two legs. Females would come to prefer good, steady providers with smaller canines over the big fierce-toothed ones who left as soon as they spot another fertile female. The results, says Lovejoy, are visible in Ardipithecus, which had small canines even in males and walked upright.


Lovejoy’s explanation for the origin of bipedality thus comes down to the monogamous pair bond. Far from being a recent evolutionary innovation, as many people assume, he believes the behavior goes back all the way to near the beginning of our lineage some six million years ago.


But there is one other, essential piece to this puzzle that leaves no trace in the fossil record. If the female knew when she was fertile, she could basically cheat the system by taking all the food offered by her milquetoast of a provider, then cuckold him with a dominant male when she was ovulating, scoring the best of both worlds. The food-for-sex contract thus depends on what Lovejoy calls “the most unique human character”—ovulation that not only goes unannounced to the males of the group, but is concealed even from the female herself.


Regular meals, monogamy, and discretion--who would have thought our origins were so sedate?

C'est une théorie fort intéressante qui a le mérite d'expliquer d'autres caractéristiques physiques humaines, en plus de la bipédie: les testicules moins volumineuses des mâles et l'ignorance complète du moment de l'ovulation des femelles.
 
 
Image trouvée ici.

Un nouveau membre dans la famille!

Et pas n'importe qui. Ce petit être est la plus ancienne créature à se voir attribuer le nom homo. Mais Homo gautengensis n'est probablement pas un ancêtre direct. Extraits de la nouvelle:

There's a good chance it was a tiny little cannibalistic tree swinger, but the newly identified Homo gautengensis is family, according to a new study. Thought to have used tools—and possibly fire—the creature is the oldest named species in the human genus, Homo, study author Darren Curnoe says. The new-species designation is based on two-million- to 800,000-year-old fossil-skull pieces, jaws, teeth, and other bones found at the Sterkfontein caves complex in South Africa's Gauteng Province.


(...) upright-walking H. gautengensis is thought to have stood a squat three and a half feet (one meter) tall and weighed about 110 pounds (50 kilograms), according to Curnoe, an anthropologist at the University of New South Wales, Australia. Compared with modern humans, the new species had proportionally long arms, a projecting face somewhat like a chimp's, larger teeth, and a smaller brain—though not too small for verbal communication.


(...) Though it's said to be the oldest named human species, H. gautengensis, or "Gauteng man," appears too late in the evolutionary time line to be our direct ancestor, Curnoe believes. "Large-bodied hominins like Homo erectus, which are likely to be our ancestors, have been found dating to the same period as [some] Homo gautengensis"—which suggests H. erectus's predecessor arose earlier than H. gautengensis, he said.

(...) Even though H. gautengensis isn't likely in our direct lineage, the potential new species had humanlike characteristics, according to Curnoe. The anthropologist said he's detected 40 features that appear to separate the bipedal creature from the more apelike human ancestors called australopithecines. The traits include "a much smaller face, with narrow teeth, and much smaller chewing muscles and jaws, compared to the australopithecines," he said.


(...) While H. gautengensis likely lived mainly on the ground, there's evidence the human ancestor spent some time in the trees, Curnoe said. Fossil traces of "inner-ear organs of balance suggest that there may have been a mixture of lifestyles," with "some individuals engaging in regular arboreal behavior and others perhaps much more terrestrial," Curnoe said.


(...) The H. gautengensis fossils were found alongside basic stone tools and evidence of the use of fire. (...) The stone tools would have been used for "'de-fleshing' and cutting open bones to access marrow, and probably also for digging and [preparing] plant foods," he said. "They might also have been used for processing animal hides." Cut marks on the (...) skull hint at darker practices—"that it was de-fleshed, either for ritual burial or cannibalistic consumption."

Supernova

À couper le souffle, n'est-ce pas?


Trouvé ici, accompagné de cette description:

When a dying star exploded, it shot out a "bullet" of matter that's speeding away at about five million miles (eight million kilometers) an hour, as seen in a new picture of the supernova remnant N49.



The image, released Monday, combines visible-light data from the Hubble Space Telescope (yellow) and x-ray data from the Chandra X-ray Observatory (blue). Rich in silicon, sulfur, and neon, the bullet appears to be traveling away from a bright source of light near the top of the remnant, which astronomers say might be the neutron star left over after the massive star collapsed and exploded.

Je me sens tout petit et insignifiant, tout d'un coup...

Grow-Your-Own Rice Bra


Mesdames, soyez vertes jusque dans vos sous-vêtements!

Trouvé ici.

IRON BABY



Absolument extraordinaire ce truc-là... les effets graphiques sont se à jeter par terre. Mon p'tit gars de 4 ans a adoré (en particulier parce qu'il déteste les lapins). Et il semblerait que l'auteur soit Québécois en plus...

Trouvé ici. Et merci à Yves pour le courriel!

Ne jamais faire confiance à un Wookie...


Trouvé ici.

29 mai 2010

Le mythe du pays bilingue

Ce n'est pas un maudit séparatisse comme moi qui le dit, c'est le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser:

Dans son rapport (...), M. Fraser a aussi déploré l'approche de laisser-faire du gouvernement Harper, surtout en ce qui a trait à la langue de travail des fonctionnaires fédéraux, qui communiquent en anglais, plus souvent qu'autrement. (...) Selon ce que le commissaire a constaté, des fonctionnaires francophones ont toujours de la difficulté à travailler en français et à obtenir des réunions bilingues. (...) le commissaire a constaté qu'en 2010, seulement 67 pour cent des francophones disent se sentir à l'aise d'intervenir en français dans les réunions.

(...) Le gouvernement Harper est montré du doigt dans le rapport. Le commissaire souligne qu'il est loin d'avoir un comportement exemplaire quant à la façon dont il traite ses propres employés. «Les gestionnaires ne se rendent pas compte que le maintien d'une culture de travail qui, dans bien des cas, est totalement unilingue nuit aux efforts de la fonction publique visant à offrir des services bilingues de qualité à la population», a déclaré Graham Fraser.


(...) Le fait que des organismes communautaires doivent souvent payer avec leurs propres cartes de crédit pour offrir des services essentiels parce que le financement arrive en retard a été dénoncé par le commissaire, tout comme la réduction du personnel - d'une soixantaine à une douzaine d'employés - du Centre d'excellence en langues officielles qui offre des avis d'experts aux ministères et institutions fédérales qui cherchent à appliquer correctement la loi.

Et à propos de l'affaire des juges unilingues à la Cour suprême, M. Fraser démontre que le Bloc avait raison de s'indigner de cette situation (et de dénoncer les élus -ou plutôt, les figurants- conservateurs du Québec qui s'opposent au bilinguisme des juges):

Il est essentiel que les juges de la Cour suprême du Canada soient bilingues, a réitéré mardi le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser. (...) Il a ainsi réfuté l'argument du gouvernement conservateur selon lequel une exigence de bilinguisme réduirait indûment le bassin de candidats potentiels à la Cour suprême.


Mais voilà, pour les conservateurs, le simple fait d'exiger que les juges du plus haut tribunal du pays comprennent le français est une menace à l'unité (lire: à la domination anglo-saxonne) du Canadâââ:
 
(Le) ministre du Patrimoine et des langues officielles, James Moore (...) a déclaré que l'exigence du bilinguisme des juges de la Cour suprême divise le pays. Lorsque interrogé par des journalistes mardi, il a réitéré ce commentaire, ajoutant que «la Cour a servi le pays pendant 143 ans sans ce projet de loi (qui cherche à imposer le bilinguisme pour les juges). Ce n'est qu'un jeu politique du NPD avec le Bloc qui ne cherchent qu'à diviser les Canadiens et qui n'est pas dans le meilleur intérêt des Canadiens».

Et ils appellent ce mariage forcé qui fait chier tout le monde un "pays bilingue"... pffft!

Ardi est-elle une ancêtre directe ou une cousine?

Extraits de l'article:

Selon l'étude initiale, publiée par la même revue en octobre, Ardi, diminutif d'Ardipithecus ramidus, vivait il y a 4,4 millions d'années, et était une créature de sexe féminin mesurant 1,20m et pesant 50kg. Ses ossements ont été découverts entre 1992 et 1994 dans la région de l'Afar en Ethiopie.



Ardi a vécu un million d'années avant Lucy -l'un des plus célèbres fossiles du monde, découvert en 1974 et longtemps considéré comme le plus vieil hominidé connu. Sa découverte a été présentée en octobre dernier comme un éclairage nouveau sur l'évolution du genre humain. Les chercheurs avaient conclu qu'Ardi marchait debout et vivait dans un habitat arboré (bois, forêts).


Dans la nouvelle étude, Esteban Sarmiento, de la Fondation sur l'évolution humaine d'East Brunswick (New Jersey), se dit sceptique sur l'appartenance d'Ardi à la branche de l'évolution qui a conduit à l'homme moderne. Selon lui, les caractéristiques anatomiques citées par l'étude initiale n'apportent pas de preuves convaincantes sur ce point. Certaines de ces caractéristiques, affirme-t-il, indiquent au contraire qu'Ardi est apparu avant que les humains ne se séparent de la lignée des grands singes africains.

 
L'image provient d'ici.

Alors messieurs? Ça vous intéresse?

Suite à la publication de ce billet, Yves écrivait: "Je crois que ça prendrait une sorte de regroupement d'enseignants masculins, pour briser l'isolement. (...) Pourquoi ne pas commencer par un blog spécifiquement consacré aux témoignages des profs masculins sur leur vie professionnelle? Un site d'échanges, de questionnements et à la limite de lutte contre les injustices flagrantes dans ce champ d'activité. Vous seriez bien placé pour partir cela...Afin qu'il y ait moins de profs...solitaires!!"


Je trouve l'idée intéressante. Et vous, chers collègues? Y a-t-il des preneurs?
 
 
L'image provient d'ici.

Tim Arai


Photo prise dans le métro de Tokyo. Je trouve qu'il y règne une atmosphère extraordinaire... indescriptible. La galerie du photographe est ici.

Souvenirs d'Israël

Quelle horreur... voici un extrait de l'article de Janie Gosselin:

Près de quatre ans après la fin des bombardements israéliens, le sol libanais demeure bourré d'explosifs. Des millions de bombes ont été larguées par l'État hébreu lors du conflit avec le Hezbollah en 2006. Bon nombre n'ont pas explosé. Elles continuent donc de faire des victimes. En majorité des civils.

(...) Durant 33 jours, l'État hébreu a largué entre 2,6 et 4 millions de sous-munitions sur le Liban, selon l'ONU. Environ 90% d'entre elles ont été utilisées dans les 72 heures précédant le cessez-le-feu, alors que la résolution pour mettre fin au conflit avait déjà été adoptée.


(...) Depuis la fin des bombardements, les sous-munitions ont tué 46 personnes et en ont blessé 317. Parmi les victimes, un grand nombre de bergers, d'agriculteurs et d'enfants.
 
 
L'image (que j'utilise avec sarcasme) provient d'ici.

27 mai 2010

Chien saucisse



J'aimerais bien avoir un chien. Si on vivait à la campagne, sur une ferme, je voudrais un gros chien, du genre golden retriever. Mais en ville et dans la maison, je crois qu'un petit chien serait préférable.

Et de tous les petits chiens, celui que je trouve le plus adorable est le daschund.

Ma femme dit que c'est un chien ridicule, aux pattes minuscules et disproportionnées. Elle dit qu'il ne sera même pas capable de monter les escaliers tout seul, que je vais avoir l'air d'un grand tata à promener mon p'tit chien saucisse sur la rue (avec son p'tit manteau quand il fera froid) et que tous les voisins vont se tordre de rire...

Mais bon... je ne baisse pas les bras... quand le bébé sera un peu plus vieux, j'ai bien l'intention de revenir à la charge. Avant longtemps, je vais avoir deux p'tits gars de mon bord pour mettre de la pression ;-)

25 mai 2010

Décisions douloureuses

Je vous ai confié ma mésaventure de la semaine dernière et vous avez été très nombreux à réagir. Je vous en remercie à nouveau. Vos commentaires ont été extrêmement appréciés dans un moment particulièrement horrible. Voici donc où j'en suis.

Je m'étais donné une semaine de réflexion et j'ai finalement décidé d'annuler mon compte Facebook. Ça n'a pas été une décision facile, me voilà coupé de presque 200 anciens élèves dont j'aimais beaucoup recevoir des nouvelles. Et c'est une porte qui se referme dans l'éventualité qu'un élève actuel veuille se confier à moi. Je l'ai annulé avec beaucoup de tristesse et après plusieurs jours d'hésitation.

Je sais, je sais, vous m'avez tous conseillé de ne pas laisser une hystérique m'influencer. Mais la réalité est que depuis ce nouvel incident, je ne vais pas très bien. Je me sens soudainement encore plus vulnérable qu'avant et ça me fiche la trouille. Je dors mal, je suis stressé, j'ai du mal à me concentrer, je ne suis plus moi-même. J'avais besoin de faire quelque chose pour me sentir plus en sécurité, moins menacé. T'sais, gardez en tête que ce n'est pas la première fois que ça m'arrive un truc dément de ce genre et j'ai vraiment la chienne, là. Et mon expérience m'a malheureusement enseigné que, loin de pouvoir compter sur mes collègues, je devais plutôt m'en méfier.

Bref, j'ai parfois l'impression d'être entouré de louves qui n'attendent que le bon moment pour me mettre en pièces.

Très difficile à vivre. Ma fatigue actuelle n'aide pas, c'est sûr. Elle me rend plus émotif, moins cérébral.

Alors dans ce contexte, j'ai décidé d'annuler mon compte Facebook pour retrouver un peu de paix intérieure et pour me redonner un peu de sentiment de sécurité.

Et pour ce qui est du pique-nique auquel m'invitaient mes anciens élèves, maintenant en secondaire 2, je leur ai dit que je ne pouvais pas y aller. J'ai dû les décevoir terriblement. S'ils savaient à quel point ça me fait de la peine de leur dire non...

Alors voilà ce qui se passe. L'étau se resserre, le régime de terreur fait peu à peu son oeuvre... c'est dans ce contexte-là que je vis et que je travaille, un contexte où je suis forcé de choisir entre un engagement plus grand envers ces jeunes qui en ont tant besoin... ou ma propre sécurité.

Traitez-moi de couillon si vous voulez, vous aurez peut-être raison, mais je choisis la seconde option. L'idée que mes fils voient leur père faussement accusé de trucs aussi immondes que répugnants me fait frémir d'horreur.

Sti que j'ai besoin de vacances...



Image trouvée ici (The Roots of Fear - The evolutionary primacy of the brain's fear circuitry makes it more powerful than reasoning circuits).

Quand les fanas militent contre les écologistes


Dans le coin droit: des écologistes qui souhaitent voir Israël devenir le premier pays du monde à bannir la fourrure. Compte tenu du climat chaud, il ne s'agirait pas d'un si grand prodige!

Dans le coin gauche: les fanas ultra-orthodoxes qui s'y opposent parce que leurs chapeaux traditionnels sont faits de fourrure.

Oui, la religion est rétrograde et nocive au point d'empêcher des mesures écologistes. Remarquez que ça, on le savait déjà. Il n'y a qu'à voir l'opposition de la droite américaine à toute mesure environnementale... ils refusent même d'admettre que le réchauffement climatique existe, merde!

La nouvelle est ici. Trouvée ici.

Jupiter perd une rayure


Quand même pas banal comme nouvelle! La géante gazeuse vient de mystérieusement perdre une rayure! Celle dans laquelle se trouvait cette énorme tempête (en forme d'oeil) rougeâtre, en plus! Les changements ne s'arrêtent pas là puisque cette dernière est d'ailleurs en train de perdre de sa superficie.

La nouvelle est ici. La photo provient d'ici.

Étonnante faune de la Nouvelle-Guinée


Une récente expédition de biologistes dans les monts Foja, en Nouvelle-Guinée, ramène des photos superbes des amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères qui y habitent. Certaines espèces sont nouvelles pour la science! Vous imaginez ça, découvrir de nouvelles espèces en 2010! Quelle extraordinaire planète que la nôtre!

Cliquez ici.

24 mai 2010

Notre compréhension de la réalité qui nous entoure est-elle incomplète?

Économie 101

demotivational posters
see more

Miroir de ma vie...


Ils donnaient des exemplaires gratuits du JdeM, il y a quelques mois de ça (je n'aurais jamais acheté ce journal, surtout depuis le début du lock-out). Je suis tombé sur cette BD qui m'a tellement fait rire parce que mon fils aîné est exactement comme ça... ils crie tout le temps comme un perdu mais dès que tu lui mets un téléphone dans les mains, il se met presque à chuchoter. Trop drôle.

Le site officiel de ce comic-strip est ici.

Frustrations de jeunesse...


J'ai dessiné ça pendant une réunion de formation sur la nouvelle grammaire, si je me souviens bien. Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle, la nouvelle grammaire est une tentative pitoyable de réinventer ce que l'ancienne grammaire faisait déjà plutôt bien, mais en utilisant des mots plus longs et des règles plus compliquées. Résultat: certains profs ne s'y retrouvent plus et enseigne n'importe comment, les parents sont incapables d'aider leurs jeunes avec leurs devoirs et ces derniers trouvent le français encore plus chiant qu'avant.

Alors bref, j'étais assis dans cette réunion, à regarder les adultes débattre entre eux de prédicats et de compléments de phrase, et le p'tit pitte de 12 ans que j'ai jadis été s'est soudain réveillé en moi. Il m'a inspiré ce dessin.

C'était vraiment une frustration majeure pour moi, à cet âge. Les adultes à qui je montrais mes textes ne voyaient que les fautes, c'était une véritable obsession. J'essaie de ne pas être comme ça avec mes élèves. Les fautes sont là, oui, et il faut les corriger... mais les commentaires que je leur fait portent toujours sur le contenu... et j'essaie d'être aussi encourageant et positif que possible.

23 mai 2010

Activités mentales de l'étudiant moyen

demotivational posters
see more

Ça me rappelle des souvenirs... pas vous? ;-)

Flock of dodos



Je viens de finir de regarder ce documentaire et je l'ai bien aimé. Le type qui l'a réalisé est lui-même un biologiste et donc, forcément, quelqu'un qui sait que l'évolution est une réalité indéniable et que rien de sérieux ne prouve qu'un créateur suprême ait eu quoi que ce soit à faire là-dedans. Mais le but de son documentaire n'est pas de ridiculier les défenseurs de la théorie du "intelligent design". Il nous les montre plutôt tels qu'ils sont, des gens plutôt sympathiques et plein de bonne volonté... mais qui ne comprennent tout simplement pas. Il les laisse s'exprimer et il démontre calmement les failles de leur raisonnement. C'est civil, amical, intéressant. Il est aussi critique face à ses collègues scientifiques qui, à son avis, sont trop hargneux et n'arrivent pas à communiquer leurs connaissances efficacement à la population.

Bref, c'est un bon documentaire qui mérite d'être vu.

À ma grande surprise, il est entièrement disponible sur Youtube. Je ne sais pas si c'est légal et si il s'y trouvera longtemps, alors profitez-en pendant que ça passe.

Vaccination et autisme


Excellente cette BD à propos du lien imaginaire entre la vaccination et l'autisme, créé de toutes pièces par le docteur Wakefield.

Cliquez ici pour lire la suite. Trouvée ici.

22 mai 2010

Discrimination contre les athées aux USA

Les amis chrétiens...

Je n'ai pas commenté cette nouvelle plus tôt, je n'avais pas la tête à ça cette semaine, mais je ne peux absolument pas le passer sous silence. C'est trop ahurissant. Les extraits proviennent de cet article de Frédéric Denoncourt:


Invité d'honneur de Campagne Québec-Vie à l'occasion de la Journée internationale de la famille, le cardinal Marc Ouellet a soutenu hier que rien, pas même le viol, ne justifiait l'avortement, qui doit être considéré comme un crime «moralement», a-t-il tranché. Pourquoi pousser une femme victime d'un crime à en commettre un à son tour? a demandé le cardinal à l'auditoire (...) «Je comprends très bien qu'une femme violée vit un drame et qu'elle doit être aidée. Mais elle doit l'être par rapport à la créature qu'elle a dans son sein. Elle n'est pas responsable de ce qui lui arrive. C'est l'agresseur qui est responsable. Mais il y a déjà une victime. Est-ce qu'il faut en faire une autre?» a ajouté Marc Ouellet (...)


Je suis tombé en bas de ma chaise en entendant cela. Depuis mon acte d'apostasie, on dirait que les cathos se sont donnés le mot pour mettre à jour leur visage le plus immonde afin de me certifier que j'ai fait le bon choix.

Soyons clairs, l'avortement est un sujet avec lequel j'ai de sérieuses réserves. Les gens qui se servent de l'avortement comme d'un moyen de contraception anodin, à répétition, me font frémir d'horreur. Surtout lorsque plusieurs mois de grossesse se sont écoulés. Les récentes découvertes scientifiques démontrent que le foetus développe ses sens beaucoup plus tôt que ce que l'on croyait avant. Il voit la lumière, ressent la douleur et réagit aux stimuli extérieurs plus tôt que ce qui était envisagé. Il est là mon malaise, en particulier avec les grossesses tardives.

Mais je ne suis pas anti-avortement. Il y a des cas où c'est parfaitement justifié... et un cas de viol en est un parfait exemple. Il faut être un véritable crétin dogmatique et insensible pour affirmer le contraire et essayer d'imposer tes affirmations tordues sur une victime qui souffre déjà bien assez...

Mais le pire, c'est que malgré sa déclaration stupide, le bon cardinal a quand même été moins con que cet autre invité au même événement:

Le journaliste Michel Lizotte, auteur de L'homosexualité : les mythes et les faits, a pour sa part dénoncé la prépondérance des «athées sans foi ni loi» qui, contrairement aux «amis de Jésus», ne sont pas tenus de respecter la loi divine. Il a dit regretter le fait que, de nos jours, il est de plus en plus risqué de laisser son enfant se rendre seul dans un parc où pourraient se trouver des pédophiles. «Avec des amis de Jésus, nous n'aurions pas ce problème», a-t-il soutenu, ajoutant qu'il est important de «créer des milieux chrétiens et des institutions parallèles».

Les enfants seraient plus en sécurité dans les parcs s'il y avait moins d'athées et plus de chrétiens???
 
Mais il était où cet imbécile, ces dernières semaines, quand des scandales de pédophilie impliquant des prêtres catholiques éclataient À TRAVERS LE MONDE???? Comment tu peux avoir le culot de dire une chose pareille après ça?
 
Il faut dire que les croyants s'embarrassent rarement de la vérité et sont devenus maîtres à passer sous silence les faits et les preuves qui ne font pas leur affaire...
 
Et qu'est-ce que c'est que cette affirmation révoltante qui avance qu'un athée "sans foi ni loi" a davantage de chance de s'attaquer à des enfants qu'un croyant? Non mais, quelle tache de marde!!! C'est complètement ahurissant, scandaleux, ignoble.
 
Comme si les athées constituaient une horde de barbares monstrueux qui errent dans les rues, sans aucune valeur ni aucun respect pour quoi que ce soit, à la recherche de leur prochaine victime... c'est pas coyable de voir qu'une personne puisse dire de pareilles conneries en public au Québec, en 2010.
 
Un  autre bel exemple de charité chrétienne, de générosité, de respect, d'amour du prochain et de toutes ces conneries que les croyants répètent sans jamais vraiment y croire.
 
 
La caricature de Chapleau provient d'ici.

L'océan

Un des moments que j'aime le plus de mon boulot, c'est quand je tombe sur les trucs hilarants que les enfants écrivent parfois, sans le savoir. C'est à se rouler par terre... et ça ne s'invente pas.

Voici quelques trucs amusants écrits par des enfants à propos de l'océan (reçu par courriel):

Children Writing About the Ocean...



1) - This is a picture of an octopus. It has eight testicles. (Kelly, age 6)


2) - Oysters' balls are called pearls. (Jerry, age 6)


3) - If you are surrounded by ocean, you are an island. If you don't have ocean all round you, you are incontinent. (age 7)


4) - Sharks are ugly and mean, and have big teeth, just like Emily Richardson. She's not my friend any more.. (Kylie, age 6)


5) - A dolphin breaths through an asshole on the top of its head. (Billy, age 8)


6) - My uncle goes out in his boat with 2 other men and a woman and pots and comes back with crabs. (Millie, age 6)


7) - When ships had sails, they used to use the trade winds to cross the ocean. Sometimes when the wind didn't blow the sailors would whistle to make the wind come. My brother said they would have been better off eating beans. (William, age 7)


8) - Mermaids live in the ocean. I like mermaids. They are beautiful and I like their shiny tails, but how on earth do mermaids get pregnant? Like, really? (Helen, age 6)


9) - I'm not going to write about the ocean. My baby brother is always crying, my Dad keeps yelling at my Mom, and my big sister has just got pregnant, so I can't think what to write. (Amy, age 6)


10) - Some fish are dangerous. Jellyfish can sting. Electric eels can give you a shock. They have to live in caves under the sea where I think they have to plug themselves in to chargers. (Christopher, age 7)


11) - When you go swimming in the ocean, it is very cold, and it makes my willy small. (Kevin, age 6)


12) - Divers have to be safe when they go under the water. Divers can't go down alone, so they have to go down on each other. (Becky, age 8)


13) - On vacation my Mom went water skiing. She fell off when she was going very fast. She says she won't do it again because water fired right up her big fat ass. (Julie, age 7)


14) - The ocean is made up of water and fish. Why the fish don't drown I don't know. (Bobby, age 6)


15) - My dad was a sailor on the ocean. He knows all about the ocean. What he doesn't know is why he quit being a sailor and married my mom. (James, age 7)

 
Image trouvée ici.

Les méchants du cinéma... des années 80



Même après toutes ces années, on adore encore les haïr! Trouvé ici.

Des nouvelles des Looney Tunes


Si vous avez grandi, comme moi, dans les années 70, alors vous ne pouvez pas être autre chose qu'un vieux fan des Looney Tunes. Malheureusement, on dirait que WB ne sait pas quoi faire de ses personnages depuis des décennies. Les films qui les mettaient en vedette étaient pourris (surtout le deuxième) et le dessin animé qui mettait en vedette des versions mangas de Bugs et de sa bande était... vraiment horrible. Il semblerait qu'il y a enfin de la lumière au bout du tunnel. Il est question de deux projets. De l'animation 3D pour le cinoche et de nouveaux dessins animés (plus respectueux des originaux) pour la télé. La nouvelle est ici sur le NYTimes et ici sur Slashfilm.

21 mai 2010

PACHYDERME de Frederik Peeters

Y'a rien qui remonte le moral comme une bonne BD...

Et celle-là est vraiment extraordinaire.

Le seul problème, c'est que je suis totalement incapable de vous dire ce que ça raconte. Quand je suis arrivé à la dernière page, je ne savais plus ce qui était vrai et ce qui était hallucination, je ne savais plus ce que signifiaient les nombreux personnages et objets symboliques qui en peuplent les cases. Aventures surnaturelles ou folie du personnage principal? Je me suis échafaudé plusieurs théories en chemin, mais maintenant, je ne sais plus...

Un délicieux délire, ce livre. Ça me faisait un peu penser à Mulholland Drive de David Lynch... vous voyez le genre?

Bref, je n'étais certain que d'une chose à la fin de ma lecture et c'est qu'elle a constitué un voyage extraordinaire. J'ai adoré chaque page, chaque case.

J'aurais aimé pouvoir en discuter avec quelqu'un d'autre qui l'a lue, autour d'une bière... essayer de décoder les symboles, échanger nos perceptions et nos interprétations des différents événements, émettre des théories sur les intentions de l'auteur. C'est ce genre de BD-là, le genre qui te donne le goût d'en parler, d'en débattre.

Mais comme je ne connais personne qui l'a lue, je vais me contenter de monologuer ici! Et de cette excellente entrevue avec l'auteur.

De la musique à mes oreilles

Extrait de cet article de Tommy Chouinard:

Samedi, dans son discours d'ouverture du colloque péquiste à Drummondville, Pauline Marois a affirmé qu'«il y a urgence à prendre un virage vers l'essentiel» afin de «préserver un filet social nécessaire» et de «perpétuer les valeurs progressistes» de son parti. Elle a lancé un appel à «débureaucratiser le système», reprenant un thème associé à la droite.



Le cahier de réflexion soumis aux militants suggérait ainsi l'abolition des agences régionales de la santé et un «allègement» de différentes structures comme les commissions scolaires. Pauline Marois s'est prononcée en faveur de l'élimination des agences et d'une révision importante des commissions scolaires.

Wow... formidable... je crois rêver...
 

Josh Cooley


Cette page est tirée du livre Movies R Fun de Josh Cooley. Il s'agit d'un bouquin qui imite le style et l'apparence des livres d'histoire pour enfants, mais qui illustre des moments tirés de films qui ne sont définitivement PAS destinés aux tout petits... le résultat est très amusant.

Trouvé ici.

Jason Seiler


Extraordinaire... si ce n'était des traits un peu caricaturaux des personnages, on jurerait une photo!

Trouvé ici.

En souvenir d'une époque où tout semblait possible...


Ça veut dire qu'aujourd'hui, je suis souverainiste depuis 20 ans. Avant Meech, j'étais fédéraliste, fils de fédéraliste et petit-fils de fédéraliste. Mes parents et grands-parents avaient voté NON en 1980. On ne parlait de Lévesque qu'avec mépris dans la maison. On m'a élevé en me disant que j'étais un Canadien. Je croyais à la réforme de ce pays-là, dur comme fer. J'avais même ma carte des jeunes libéraux.
Puis, en 1990, j'avais alors 17 ans, trois choses sont arrivées et m'ont ouvert les yeux. Il y a eu un voyage en Alberta, le premier sans mes parents, qui m'a traumatisé. Je croyais visiter mon pays, je me suis retrouvé dans un pays étranger et hostile. Il y a aussi eu la crise d'Oka pendant laquelle les médias du Canada anglais se sont déchaînés contre le Québec avec une hargne que je n'avais jamais vue.

Puis, la cerise sur le sundae, il y a eu l'échec de Meech qui est venu anéantir toutes mes illusions de réforme pour ce pays.... et qui a mené à ceci (extrait de l'article de Lise Millette):

Le 21 mai 1990, Lucien Bouchard démissionnait du gouvernement fédéral. Ce geste, qui a semé une commotion à l'époque, a mené à la création du Bloc québécois. Cette nouvelle a eu l'effet d'une bombe et dans un contexte particulièrement tendu à Ottawa. En partie irrités par l'échec de l'Accord du lac Meech, un vent de méfiance s'était emparé des députés issus du Québec.


La veille de sa démission fracassante, Lucien Bouchard, alors député conservateur, avait choisi d'envoyer un télégramme au Parti québécois. Le chef d'alors, Jacques Parizeau, en a fait la lecture à quelques 200 militants péquistes réunis en Conseil général à Alma. Dans son message, celui qui siégeait au cabinet de Brian Mulroney, précisait que les Québécois étaient pleinement conscients de leur droit «inaliénable de décider eux-mêmes de leur destin».

Après ça, j'ai déchiré ma carte du parti libéral et je l'ai câlissé par la fenêtre de l'auto, alors que je conduisais sur le pont Victoria avec des amis. Quelle période palpitante et enlevante... j'espère revivre un autre moment comme celui-là avant ma mort. De préférence, suivi d'une victoire plutôt que d'un troisième échec.

Photo: Michel Gravel, archives La Presse

19 mai 2010

L'école déshumanisée

J'ai tellement aimé ce commentaire publié en réaction à mon dernier billet que je le cite ici:

"On ne peut jamais, qu'on se le dise, donner trop à nos élèves de ce qui leur fait souvent si cruellement défaut. Ceux qui ne viennent pas vers nous ne sont pas ceux qui ont besoin de nos câlins. Le danger est bien plus grand de s’abstenir de tout rapprochement avec nos élèves que de garder notre spontanéité. L’école manque cruellement de ce genre d’échanges humains. Les enseignants sont souvent craintifs face à ces situations et retiennent toute marque de tendresse et de spontanéité envers leurs élèves. L’école déshumanisée. Impersonnelle. Voilà le vrai danger."

17 mai 2010

Comme un coup d'poingt dans l'ventre...

Je suis assommé ce matin. Je devrais être en train de corriger, j’ai une pile d’ouvrage sur mon bureau, mais je suis incapable de me concentrer.

La directrice m’a convoqué dans son bureau ce matin, avant le début des classes. Elle m’a annoncé qu’une mère d’élève avait porté plainte contre moi parce que, selon elle, j’aurais un comportement suspect et que je serais un pédophile potentiel.

...

J’aimerais dire que je suis en tabarnak et que mon sang boue… ou que je suis indigné… mais je ne suis pas certain de comprendre comment je me sens présentement. C’est comme si j’étais mort à l’intérieur. Je ne ressens rien. J’ai l’impression que ma pression a chuté, je sens à peine mon cœur battre. Comme si un coup d’poingt dans l’ventre venait de me mettre K.O. J’imagine que c’est une espèce de torpeur protectrice pour me protéger de l’abominable douleur de ces allégations injustes et cruelles.

J’écris ceci pour essayer de mettre un peu d’ordre dans mes idées…

En gros, la mère m’accuse de «correspondre» avec des mineurs sur Facebook et d’aller rôder dans les albums de photos personnelles qu’ils y téléchargent, comme une espèce de vieux dégénéré, bref, comme un prédateur sexuel.

L’art de prendre quelque chose de totalement anodin, sans aucun contexte, et d’en faire quelque chose de monstrueux…

La vérité?

La vérité, c’est que je suis effectivement sur Facebook. Je m’y suis inscrit il y a quelques temps, il me semblait d'ailleurs avoir écrit un billet à ce sujet, mais je ne le trouve plus. Bref, j’ai initialement rejoint ce site social parce que j’avais envie d’avoir des nouvelles de mes anciens élèves. Après 13 ans de métier, mes premiers élèves sont maintenant adultes, ils étudient à l’université, travaillent, se fiancent et j’adore recevoir de leurs nouvelles. Les plus jeunes aussi d’ailleurs. Je m'attache à ces jeunes-là et je veux savoir ce qu'ils deviennent au secondaire! Au départ, je n’acceptais pas les demandes d’amitié d’élèves qui étaient encore dans ma classe parce que je me disais qu’ils me voient toute la journée et que ce n’était pas nécessaire.

Mais par la suite, j’ai changé d’idée. Principalement pour deux raisons.

Tout d’abord, j’ai appris des années plus tard (justement de la bouche d’un de mes anciens) qu’un des petits gars à qui j’avais enseigné au début de ma carrière avait subi des agressions sexuelles à la même époque où il était mon élève. Il venait finalement de l'avouer, des années plus tard, une fois adulte. Cette nouvelle m’a complètement bouleversé et m’a poussé dans une profonde remise en question. Je suis un prof qui crée des liens avec ses élèves, je fais des efforts considérables pour ne pas simplement les traiter comme des figurants anonymes qui séjournent temporairement dans ma classe, mais plutôt comme des êtres humains à part entière. Je veux savoir comment ils vont, ce qu’ils ressentent, ce qu’ils pensent d’un paquet de trucs, ce qui se passe à la maison et dans leur vie, etc. J’ai toujours fonctionné de cette façon, mais voilà que je me retrouvais face a un échec colossal! Un élève avait vécu un drame épouvantable alors qu’il était dans ma classe et il ne m’avait absolument rien dit. Aurais-je pu me montrer plus disponible? Ai-je failli d'être assez disponible? J’ai depuis imaginé de nouvelles façons de communiquer avec les élèves, de nouvelles méthodes pour leur faire savoir que je suis à leur disposition s’ils en ont besoin. Si un élève demande à me parler, cela devient immédiatement prioritaire, au diable le reste. Et, afin de m’assurer que toutes les avenues leur sont accessibles, j’ai commencé à accepter les invitations d’amitié de mes élèves sur Facebook. Comme ça, toutes les portes d’accès sont grandes ouvertes.

La deuxième raison qui a motivé cette décision, ce sont les photos. Lors des sorties ou des événements spéciaux, j’autorise les jeunes à apporter des caméras et de prendre des photos. Or, ces photos se retrouvent ensuite sur Facebook. Puisque j’étais l’adulte responsable au moment où ces photos ont été prises, je ressens une responsabilité face à celles-ci. Lorsqu’un des élèves télécharge des photos (ce que j’apprends généralement en recevant un avis à l’effet que j’ai été identifié sur l’une d’elles), je me fais un devoir d’aller jeter un coup d’œil à son album pour m’assurer que tout est correct, qu’aucune photo n’a été prise dans le but d’humilier ou de faire du mal à un élève et qu’il n’y a rien d’inapproprié (t’sais, on n’a pas d’yeux derrière la tête et on ne voit pas toujours tout ce qui se passe).

C’est ce que j’ai fait il y a une semaine environ, lorsqu’une de mes élèves a ajouté des photos à son profil suite à une sortie. Il s’agissait de photos d’elle et de ses amis dans l’autobus, au musée et dans la cour d’école, au retour. Rien de méchant, certaines étaient même très drôles et j’ai écrit quelques commentaires en dessous de deux ou trois photos. Des trucs complètement anodins, du genre «Wow! Quelle belle photo!»

C’est ça le contexte.

Et c’est là que l’histoire dérape.

La mère d’une élève de l’autre classe de sixième, qui ne me connaît absolument pas, apprend (je ne sais pas trop comment) que j’ai laissé des commentaires sous certaines photos ou apparaît sa fille. Et elle échafaude alors son histoire abracadabrante de vieux prédateur dangereux qui va se rincer l’œil en allant voir des photos d’enfants sur Facebook. Et elle porte plainte à la commission scolaire.

C’est pour cette raison que j’étais assis dans le bureau de la directrice, ce matin.

La directrice a été extraordinaire dans cette histoire. Elle me connaît bien et m’a fait rapidement comprendre qu’elle ne me mettait pas au banc des accusés, mais qu’elle voulait simplement comprendre ce qui se passait et entendre ma version. Je lui ai expliqué, elle s’est ensuite voulue rassurante en me disant qu’elle comprenait parfaitement et qu'elle allait s’en occuper... que cet énorme malentendu mourrait rapidement dans l’œuf. Absolument rien à redire là-dessus, je suis vraiment gâté en fait de directrice cette année.

Mais imaginez ce qui se serait passé si ma directrice était une tarte incompétente (et croyez-moi, ça existe). Ou si la mère avait décidé d’aller voir les médias avec son histoire débile. Je ne sais pas si vous êtes capables de concevoir ce que c’est que de vivre avec cette épée de Damoclès qui nous pend au-dessus de la tête tout le temps... parce que les lecteurs de longue date de ce blogue savent que ce n’est pas la première fois qu’une mère paranoïaque me balance des accusations invraisemblables par la gueule.

J’ai été chanceux jusqu'à maintenant, j’ai toujours eu des directions compétentes qui ont réussi à déboulonner ces histoires débiles avant qu’elles ne prennent de l’ampleur. Mais la prochaine fois?

Quelle saleté de métier… et après ça, ils se demandent pourquoi si peu d’hommes vont dans l’enseignement. J’me l’demande, tiens! Moi-même, je regarde ça et je me dis qu’un changement de carrière commence à s’imposer. Cette câlisse de job va finir par avoir ma peau…

Alors, j’écris ces lignes dans l’attente de voir ce qui va se passer. La mère va-t-elle entendre raison ou, insatisfaite de la réponse de la directrice, retournera-t-elle aux instances supérieures? Et où va se terminer ce délire?

Et même si cette fois-ci, la raison prévaut, qu’en sera-t-il la prochaine fois?

De mon côté, est-ce que j’annule mon compte Facebook? Ça m’éviterait peut-être des ennuis mais d’un autre côté, ça fait suspect, non? Et après tout, je n’ai absolument rien à cacher, merde! Je n’ai rien fait de mal!

Et ce qui est le plus horrible dans tout ça, c’est que ces accusations m’injectent dans la tête des pensées qui ne s’y trouvaient pas avant et qui ne devraient pas s’y trouver. T’sais, au début de ma carrière, un enfant me donnait un câlin et j’étais touché, c’est une si belle façon pour un jeune d’exprimer son appréciation. Mais maintenant, je ne peux plus juste apprécier innocemment cette marque d’affection, à chaque fois c’est la panique du «s’il fallait que quelqu’un pense que…» et c’est horrible. T’sais, essaye d’expliquer à un enfant qui t’aime qu’il ne peut pas te donner de câlin parce que c’est inapproprié. Alors que ni pour lui (ou elle) et ni pour moi, il y a quelque chose d’inapproprié là-dedans! Ça ne lui a jamais passé par la tête, pour lui, t’es une personne significative, une espèce de grand frère et c’est sa façon de dire merci. Mais voilà, cette peur constante de fausses accusations qui ont le potentiel de non seulement détruire ma carrière mais aussi toute ma vie est là et je demeure à la merci de n’importe quel parent détraqué… c’est comme un cancer qui ronge tout sur son passage et qui mine sérieusement le plaisir que j’ai à enseigner.

Quand t’es un homme dans l’enseignement, tu te rends vite compte que la présomption d’innocence, c’est pour les autres.

Ah! Crisse… si j’avais les mots justes pour vous exprimer comment je me sens…

Bon… au moins, écrire ceci aura eu le mérite de déverrouiller un peu mes émotions, j’ai les yeux pleins d’eau, là…

Câlisse que j’suis écoeuré… j'ai hâte d'être à la maison pour serrer ma femme et mes p'tits gars dans mes bras... ça va faire du bien...

T’sais, te fendre en dix sans y être obligé pour le bien-être d’une gang de flos sans recevoir aucune reconnaissance et aucun appui, c’est une chose. Mais te faire balancer des accusations odieuses par la gueule en plus, alors que tout ce que tu fais c’est par pur altruisme, pour le bien-être de ces enfants-là, c’est dur à avaler en sacramant…

13 mai 2010

Shortcomings de Adrian Tomine

L'histoire est tout ce qu'il y a de plus terre à terre. Rien de particulièrement excitant, aucun élément de fantastique ou de science-fiction, pas d'aventure loufoque ou de scène d'action. Juste la vie. La vraie vie, avec toute sa monotonie, ses confusions, ses contradictions, ses déceptions.

Qu'est-ce qu'il y a d'intéressant là-dedans?

Justement: l'authenticité.

L'histoire est celle de Ben Tanaka, un Américain d'origine japonaise qui voit sa relation avec sa copine dégénérer lentement. En fait, tous les aspects de sa vie sont en train de s'écrouler. En arrière-plan, sa seule amie, Alice, une lesbienne d'origine coréenne, semble enfin trouver un peu de bonheur après une longue traversée du désert.

Les dessins sont très biens et les persos sont bien définis et extraordinairement crédibles. Mais ce qui est plus formidable que tout dans cette BD, ce sont les dialogues. C'est de l'or en barre. Ils font réfléchir sur un paquet de trucs, sur la sexualité, sur les perceptions inter-raciales, sur les relations, sur l'amour, sur l'amitié. Ils émeuvent, ils touchent. Parfois, ils transpercent et blessent. D'autres fois, ils attendrissent.

Mais peu importe l'effet qu'ils ont, on y croit totalement à ces dialogues. Et par leur authenticité, ils nous amènent à vivre, le temps de quelques pages, dans les souliers de quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui ne nous ressemble pourtant pas du tout. Je ne suis pas Ben Tanaka, je ne suis ni américain et ni asiatique, ses frustrations et ses épreuves me sont étrangères. Je ne suis pas Alice, je ne suis ni une femme, ni une lesbienne. Mais la qualité des dialogues m'a permis d'être Ben et Alice et de voir, un court moment, le monde qui les entoure à travers leurs yeux. De ressentir ce qu'ils ressentent...

C'est ça qui est extraordinaire.

D'autres extraits de cette magnifique BD disponibles ici.

Finkelstein remet les pendules à l'heure à propos des négociations de Camp David

Norman G. Finkelstein dénonce les crimes commis contre les Palestiniens



Wow... extraordinaire... maudit que ça fait du bien d'entendre quelqu'un enfin prononcer ces paroles...

Trouvé ici.

Israël et la censure des médias

Oui, les médias en Israël sont systématiquement censurés. Sécurité national oblige, à ce qu'il paraît. Et ce n'est même pas fait en cachette, c'est parfaitement connu, il y a même un chef de l’unité de la censure de la presse, c'est son titre officiel et tout le monde sait qui c'est.

Hallucinant, n'est-ce pas?

Cela donne lieu à des situations débiles, comme on peut facilement l'imaginer. Dans certains cas, les gens de l'extérieur du pays en savent plus sur ce qui se passe dans le pays que les Israéliens eux-mêmes.

Je vous réfère à cet excellent billet de Lagacé pour en savoir davantage.

E.T. était un Jedi...


Ah! Ça explique son truc de lévitation! ;-)

Trouvé ici.

Mes couilles d'or...

Je voulais le mentionner depuis un bout de temps, mais j'oublie à chaque fois... alors vaut mieux tard que jamais!

Le Grand Flanc Mou m'a récemment décerné le prestigieux trophée Couilles d'Or! Quel honneur extraordinaire! Les détails sont ici.

Je ne sais pas si je mérite cette illustre distinction. Après tout, je ne suis qu'une grande gueule qui se cache derrière un pseudo pour chiâler... peut-être devrais-je plutôt recevoir le prix du Couillon d'Or! ;-)

Quoi qu'il en soit, merci au GFM et je vous invite à aller faire un tour sur son blogue.

Vive le hockey!

Débutons ce billet avec un extrait de cette édifiante nouvelle:

La fête d'après-match qui s'est déroulée au centre-ville de Montréal après la victoire du Canadien a dégénéré, tard mercredi soir. Quelque 41 personnes ont été arrêtées. À minuit et quart, des casseurs ont fracassé la vitrine d'une succursale de la Société des alcools du Québec à l'angle des rues Sainte-Catherine et Stanley, qui a été pillée. Quelques minutes plus tard, les vitrines du magasin Foot Locker et de la boutique de vêtements Marciano, rue Sainte-Catherine, ont également été brisées à l'aide de bâtons et de bouteilles de bière. (...) Deux policiers et un citoyen ont été légèrement blessés pendant les altercations, a précisé Ian Lafrenière.
 
Ça arrive à chaque fois... à chaque maudite de fois... imaginez les dégâts si cette équipe de tapons gagne la Coupe, calvaire...


Oui, ça arrive à chaque fois et à chaque fois, on entend les mêmes commentaires épais: "Ce ne sont pas des vrais amateurs de hockey", "ils n'étaient même pas au Centre Bell" ou encore "Ce sont juste des casseurs, ça n'a rien à voir avec le hockey".

Je suis tellement écoeuré d'entendre ces propos imbéciles, malhonnêtes et stupides!!

Ah? Ça n'a rien à voir avec le hockey? Vraiment? Juste des casseurs qui ont profité du fait qu'il y avait une foule au centre-ville? C'est ça? Alors expliquez-moi donc, bande de pleutres, pourquoi il n'y a pas de casse au festival de jazz? Pourquoi personne ne défonce les vitrines après la parade de la Saint-Jean? Pourquoi personne n'attaque la police après les Francofolies? Pourquoi il n'y a pas de vandalisme pendant le Festival Juste pour Rire?

Arrêtez donc d'insulter l'intelligence de tout le monde et de vous flatter la bedaine avec vos excuses de morons! Ces connards-là qui brisent tout, ils font partie de votre gang! Ce sont des amateurs de hockey! C'est pour ça qu'ils étaient là, au départ. Et l'élément déclencheur de toute cette violence, c'est la victoire de votre maudite équipe! Assumez-vous donc, bâtard!

Mais au fond, vous le savez déjà... si non, vous ne sortiriez pas vos excuses à la con pour tenter de vous dissocier de ces vandales. Mais c'est quand même ça la vérité, merde, que vous vouliez la voir ou pas n'y change rien!

12 mai 2010

House of Mystery

Je viens de me taper le premier recueil de la série House of Mystery, publié chez Vertigo, et j'ai eu un fun noir à lire ça.

Le concept est original et offre des possibilités illimitées: un paquet de personnages hétéroclites se retrouvent prisonniers dans un vieux manoir, au confluent de multiples réalités. T'as un poète du XIXe siècle, un astronaute, un mafioso sans scrupules, une pirate, une espèce de gros orque vert, une jeune femme contemporaine, etc. Ces personnages, à première vue tout à fait incompatibles, se regroupent pourtant dans un bar au rez-de-chaussée de la maison et échangent des histoires et des tranches de vie contre de la bouffe et des consommations.

Chaque histoire est illustrée par un artiste invité, ce qui permet de goûter à des styles variés de dessins et de storytelling. J'ai particulièrement aimé celle d'une femme qui raconte sa tragique histoire d'amour avec son ex-mari. Lorsqu'on ne lit que les mots, il s'agit d'une histoire plutôt banale, un truc tout à fait plausible. Mais les dessins nous illustrent une réalité abominable et une suite d'événements carrément horrifiques qui ne contredisent pourtant en rien la narration de la dame. La dernière image m'a glacé le sang. Génial.

Et à travers toutes ces courtes histoire diverses, on a en toile de fond, l'histoire d'une nouvelle venue qui tente par tout les moyens de s'évader de la maison en question.

Voilà vraiment une BD qui s'empare de nous et qui refuse de nous lâcher avant la dernière page. Et on en redemande!

The Raven



Trouvé ici.

Pac-Man: le film


Si vous cherchiez une preuve supplémentaire de la panne d'idées qui sévit à Hollywood, la voilà! Pac-Man, le film! Je ne vous niaise même pas!

Cliquez ici pour voir des parodies hilarantes qui s'amusent à rouler l'idée dans la farine.

10 mai 2010

Frank Frazetta n'est plus...


C'est toujours un moment de grande tristesse lorsqu'un artiste qu'on a particulièrement apprécié nous quitte. Quand on sait que son oeuvre la plus récente devient sa DERNIÈRE. Quand on sait que son style unique et que sa voix s'éteignent à jamais.

Frank Frazetta est décédé aujourd'hui à l'âge de 82 ans.

D'autres billets sur cet artiste légendaire ici, ici et ici.

Triste nouvelle trouvée ici.

9 mai 2010

La rue des autres

Un vieil homme assis dans un fauteuil roulant, au coin d'une rue, qui raconte sa vie aux passants. Un indésirable, diront les uns. Un casse-pieds, diront les autres.

Et si, plutôt que de l'ignorer et de continuer votre chemin, vous l'écoutiez? Si vous preniez le temps de le connaître? Si vous laissiez ce parfait inconnu devenir un être significatif dans votre vie? Si à travers ses yeux et ses histoires, il vous faisait découvrir non seulement son passé insoupçonné, mais celui de tous les autres inconnus qui peuplent le quartier?

Mais voilà, ses récits sont-ils véridiques ou raconte-t-il n'importe quoi pour se rendre intéressant?

C'est à cette situation qu'est confrontée l'héroïne de cette BD.

Ma découverte de cet album de Violaine Leroy a été purement fortuite. Comme la rencontre avec le vieux bonhomme dans sa chaise roulante. Je suis tombé dessus complètement par hasard. J'ai trouvé les dessins sympas, le titre intriguant et je lui ai donné sa chance.

Et j'ai été charmé.

8 mai 2010

Québécois de service!

Est-ce que ce terme constitue une insulte? C'est ce que pensent les députés fédéralistes à Ottawa. Extrait de la nouvelle:

L'expression «Québécois de service» est-elle une insulte? Fédéralistes et souverainistes se sont livrés à un vif débat sur cette question, hier, à la Chambre des communes après qu'un député du Bloc québécois eut traité les députés conservateurs du Québec de «Québécois de service» parce qu'ils s'opposent, à l'instar de leurs collègues conservateurs du reste du pays, à un projet de loi contraignant le premier ministre à ne nommer à la Cour suprême du Canada que des juges bilingues.


(...) le député bloquiste Serge Ménard (...) a écorché les 11 députés conservateurs du Québec. «Comment les Québécois de service de ce gouvernement peuvent-ils prétendre (...) que la compréhension du français n'est pas essentielle à la compétence d'un juge de la Cour suprême du Canada ?»

(...) Même Stéphane Dion a mis son grain de sel dans ce débat. «L'expression "Québécois de service" est une insulte qui ne devrait pas avoir cours dans cette Chambre. (...) J'aimerais qu'on garde le sens du respect et qu'on comprenne que tous les Québécois, dans cette Chambre, défendent leurs convictions, qu'elles vont dans le sens d'un Canada uni ou dans le sens d'un Québec indépendant», a-t-il dit.

Comme d'habitude, Dion n'a rien compris. La question sur la table n'était pas celle de la souveraineté du Québec! Il est question du bilinguisme des juges de la Cour suprême du Canada!
 
Et sur cette question, il est clairement dans l'intérêt des Québécois et de tous les francophones canadiens que les juges qui siègent au plus haut tribunal de leur pays soient capables de comprendre leur langue afin de s'assurer que rien ne soit perdu dans de mauvaises traductions. C'est l'évidence même. 
 
On peut donc en conclure que les députés francophones qui se prononcent contre le bilinguisme des juges travaillent de facto contre les intérêts du peuple québécois. Ils font passer la ligne de leur parti et les intérêts anglo-canadiens avant ceux des gens qui les ont élus afin d'éviter de faire des vagues et de nuire à leur carrière. C'est aussi simple que ça.
 
Or, c'est exactement ça qu'on appelle un "Québécois de service".
 
Que ça les insulte ou non.
 
La vérité n'est pas agréable à entendre parfois, mais elle n'est pas moins vraie pour autant.

6 mai 2010

Pauvre p'tite chouette...

J'ai remarqué des coupures sur l'avant-bras d'une des filles de ma classe aujourd'hui. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, mais ça me vire à l'envers à chaque fois.

On s'est parlés. Elle a commencé par nier, par me dire que c'était un accident. Mais ça n'a pas été long qu'elle a craqué. Elle a fait ça hier avec un couteau. Sa mère lui dit qu'elle est laide, qu'elle a des joues trop grosses. Elle lui dit de se taper sur les joues pour leur faire predre du volume, crisse. Faut-y être imbécile, sacramant...

Pis si vous la voyiez, une adorable petite fille, belle comme un coeur avec un magnifique sourire.

Si vous avez une fille, une petite-fille, une nièce, une voisine ou une p'tite cocotte dans votre entourage... prenez donc deux minutes pour la complimenter et pour lui dire qu'elle est belle comme elle est. Donnez-vous donc le temps de faire ça en fin de semaine...

Attendez donc pas la crise...


Québec, la magnifique...


Timelapse - Quebec city winter 2010 from Dominic on Vimeo.

Trouvé ici.

5 mai 2010

Quelques citations de Richard Dawkins

"By all means let's be open-minded, but not so open-minded that our brains drop out."

"Faith is the great cop-out, the great excuse to evade the need to think and evaluate evidence. Faith is belief in spite of, even perhaps because of, the lack of evidence."

"I am against religion because it teaches us to be satisfied with not understanding the world."

"What has 'theology' ever said that is of the smallest use to anybody? When has 'theology' ever said anything that is demonstrably true and is not obvious? What makes you think that 'theology' is a subject at all?"


Trouvées ici.

À la recherche de l'Arche de Noé

Quiconque a une tête sur les épaules peut facilement arriver à la conclusion que l'histoire de l'Arche de Noé est fictive. C'est l'évidence même. Pas besoin d'avoir une formation scientifique, tout ce que ça nécéssite, c'est une dose minimale de gros bon sens.

Est-il possible d'imaginer qu'un gars construise un bateau dans lequel il pourrait embarquer un mâle et une femelle de chaque espèce animale terrestre qui existe? Et tout ce dont ces innombrables animaux ont besoin pour survivre pendant 40 jours? Et ce, il y a plus de 4000 ans, alors que nos meilleurs ingénieurs modernes en seraient incapables?

Pour croire à un truc pareil, il faut vraiment pas avoir toute sa tête.

Et alors, que dire de ces pseudo-scientifiques qui financent et organisent des expéditions en Turquie pour retrouver l'Arche de Noé?

Et pire, qui prétendent l'avoir trouvée!

Je ne vous niaise même pas. La nouvelle est ici et ici.

C'est pitoyable.

La semaine prochaine, l'équipe se lancera-t-elle à la recherche du coeur de pomme d'Adam et Eve, de l'épée du roi Arthur, des restes de la maison en pain d'épice de la sorcière et du panier qui a appartenu au Petit Chaperon rouge?

Nouvelle théorie à propos de l'origine de la vie

Extrait de l'article de Mathieu Perreault:


La vie sur Terre pourrait avoir son origine dans la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter, selon deux nouvelles études. L'eau et les matières organiques qui ont mené à l'apparition du premier être vivant sur la planète sont toujours présentes dans les astéroïdes, qui constituent une source de météorites frappant la Terre.


«L'eau et les matières organiques nécessaires à la vie n'ont pas pu exister sur la surface de la Terre à sa formation, parce qu'elle était trop près du Soleil», explique l'auteur de l'une des deux études publiées dans la revue Nature, Andrew Rivkin, de l'Université Johns Hopkins à Baltimore. «L'eau pourrait provenir des comètes, mais nous pensons qu'il est plus probable qu'elle provienne des astéroïdes. Et pour ce qui est des matières organiques, les astéroïdes sont les meilleures sources.»


D'autres chercheurs, des géologues, proposent que l'eau et les matières organiques ont pu être préservées à l'intérieur de la Terre, puis migrer vers la surface. Ces spécialistes sont toutefois la minorité, selon Hojatollah Vali, professeur d'astrobiologie à l'Université McGill.

La découverte est d'autant plus sensationnelle que la ceinture d'astéroïdes est relativement chaude, avec une température maximale de près de 30 ºC. «C'est vraiment une surprise d'avoir trouvé de l'eau sur les astéroïdes, estime Daniele Pinti, spécialiste de paléogéochimie à l'UQAM. On savait que les météorites qui proviennent de là ont des traces d'eau, mais c'est la première fois qu'on en observe directement, maintenant.»


Cliquez ici pour en savoir davantage sur la découverte d'eau sur les astéroïdes. Image trouvée ici.

4 mai 2010

Commission de l'immobilisme scolaire

Même dans les rangs des bureaucrates de commissions scolaires, il y a quelques perles... mais ils doivent se battre contre vents et marées. En voici un parfait exemple.

La semaine dernière, mes élèves ont participé à une activité extraordinaire. Je ne veux pas trop en parler en détails pour ne pas compromettre mon anonymat, mais disons que c'est une activité qui permet aux jeunes (et en particulier aux gars) de découvrir les joies de la lecture. Elle est organisée par un type formidable qui n'est pas un enseignant, mais qui travaille pour la C.S. Non satisfait de petites tâches bureaucratiques sans intérêt, il a décidé de créer cette activité, à la sueur de son front, pour agir de façon concrète auprès des élèves.

Les résultats sont probants. Cette année, comme les années précédentes, l'activité a été un grand succès. Les jeunes ont tripé, et moi je suis aux anges! Enfin quelqu'un qui me donne un outil de travail concret, palpable, motivant et utile. Enfin quelqu'un qui vient mettre l'épaule à la roue à mes côtés, qui pousse dans le même sens que moi, qui M'AIDE, esti!!!!!

Je crois rêver...

Depuis les années que ce projet existe, je me suis lié d'amitié avec ce type formidable, appelons-le "Raoul". C'est vraiment un gars extraordinaire, un passionné qui ne compte pas ses heures. Ce qu'il veut, c'est nous aider à donner le goût de la lecture aux jeunes et il y parvient avec brio. Tous les profs que je connais qui ont participé à ce projet en sont sortis totalement emballés.

Bref, avec un success story pareil, on devrait revoir à la hausse notre opinion des commissions scolaires, n'est-ce pas?

Ben non, au contraire.

Malgré le succès indéniable de l'activité, à chaque année c'est la même crisse d'histoire. Je lui ai parlé la semaine dernière et il m'a répété ce qu'il me dit à chaque année. Raoul ne sait même pas si elle aura lieu l'an prochain. La C.S. hésite, réfléchit, remet en question la pertinence de l'activité à chaque câlisse d'année. Les supérieurs de Raoul le niaisent jusqu'à la dernière minute, ils exigent de lui des justifications rédigées dans la langue codée des grands pédagogues du ministère (lui qui n'est pas enseignant et qui ne connaît rien à ce charabia). Le fait qu'il donne envie de lire à des centaines de jeunes est insuffisant, il doit rédiger des rapports et des lettres justificatives qui expliquent en détails quels esti d'objectifs ministériels l'activité vise à atteindre, quels sont les liens avec les programmes du MEQ, quels compétences sont visées, blablabla. À chaque année, les profs enthousiastes comme moi doivent écrire des lettres aux supérieurs de Raoul pour quémander et supplier de reconduire le budget. Et l'année suivante, c'est le même crisse de cirque et tout est à recommencer, comme si cette activité sensationnelle n'existait pas déjà depuis plusieurs années et qu'elle n'avait pas déjà fait ses preuves.

L'activité devrait être une véritable institution, Raoul devrait être récompensé et félicité. On devrait l'inviter à parler aux autres C.S., on pourrait même exporter le concept à l'étranger! Si Raoul était Américain, c'est exactement ce qui se produirait. Il aurait déjà passé à Oprah et aurait reçu une médaille, baptême!

À la place, les bureaucrates s'amusent à le faire sauter dans des cerceaux, l'écoeurent et le forcent à quêter un p'tit budget, année après année, pour que l'activité survive. Comme s'il faisait ça pour lui-même. Comme s'il en retirait quelque chose.

Raoul n'a pas encore baissé les bras. Il a l'intention de recommencer tout le processus afin que l'activité ait lieu l'an prochain. Combien de temps encore avant que Raoul décide qu'il en a plein l'cul et qu'il crisse tout ça là? Combien de temps la motivation d'un gars peut tenir face au mépris et au manque d'intérêt de ses supérieurs?

C'est une question de temps, ils vont finir par l'avoir, lui aussi... et après, ces mêmes crétins vont venir se plaindre que le taux de décrochage des gars est trop élevé et que les jeunes ne lisent plus, sacramant... et ils vont se payer des comités d'experts et se demander "Mais pourquoi donc?" et "Que pourrait-on faire?"

Ils me font tellement chier, ces gens-là... tellement...


Image trouvée ici.