29 novembre 2010

Don't You Forget About Me



Maudit que j'adore cette toune...

J'écoute ça, je me ferme les yeux et j'ai à nouveau 13 ans...

Darwin en BD


Je viens de terminer cette adaptation BD de l'oeuvre de Darwin... et j'ai des sentiments mitigés.

D'une part, je suis fou de joie face à toute tentative de faire connaître ou de rendre plus accessible l'oeuvre de Darwin. J'applaudissais cette initiative avant même d'avoir ouvert le livre. Celui-ci est d'ailleurs très fidèle à l'oeuvre originale. Et en plus de couvrir les arguments principaux que l'on retrouve dans On the Origin of Species, les bédéistes nous offrent également un aperçu des voyages et de la vie privée de Darwin, ainsi qu'un coup d'oeil sur les réactions à la publication de son livre et les découvertes scientifiques subséquentes qui sont venues confirmer sa théorie.

Malheureusement, j'ai tout de même été un peu déçu. Je m'attendais à une oeuvre de vulgarisation qui serait à la portée de tous, mais ce n'est pas le cas. Moi-même, par moments, j'en arrachais. Je ne suis pourtant pas complètement ignorant à propos des mécanismes de l'évolution, mais j'ai malgré tout eu de la difficulté à comprendre certains passages. Le problème est peut-être que les textes, qui sont souvent tirés directement de l'oeuvre de Darwin, sont donc rédigés dans un anglais très scientifique et les explications sont parfois écourtées, ce qui ne favorise pas la compréhension.

Mais, bon... je ne sais pas si le scénariste est à blâmer, après tout, la loi de l'évolution est fort complexe et il est donc très difficile de la simplifier pour la rendre plus accessible. La simplifier, c'est comme la dénaturer, et alors on n'est pas plus avancés. Je ne crois pas que j'aurais fait mieux. Moi, j'ai quand même beaucoup aimé, mais quelqu'un qui n'y connaît rien aurait beaucoup de mal à comprendre, je crois.

Bref, cette BD demeure une belle oeuvre qui mérite d'être lue. Les dessins sont très beaux, même si l'artiste semble beaucoup plus à l'aise pour dessiner des animaux et des paysages que des êtres humains. En attendant un livre qui saura rendre Darwin véritablement accessible à tout le monde, ceci est l'un des meilleurs efforts que j'ai vus.

Tu te moques du Pape? T'es dehors!


L'image ci-dessus a coûté la job à un arbitre de soccer en Écosse.

En réaction à ce congédiement stupide, Richard Dawkins vous invite à inonder l'Église catholique écossaise de courriels contenant cette image.

Les détails sont ici.

28 novembre 2010

Movember?

J'ai entendu parler de cette initiative pour la première fois, il y a environ deux semaines. Le prof de musique à l'école se fait pousser une moustache et il m'a expliqué que c'était pour ramasser des fonds pour les cancers de la prostate et des testicules. J'ai trouvé ça génial! Je vais peut-être essayer ça l'an prochain, moi aussi...

Bref, c'est en cherchant plus d'infos sur Movember que je suis tombé sur le vidéo ci-dessous. Mesdames, vous trouvez la cause bonne mais vous êtes incapables de vous faire pousser une moustache respectable? Ceci est pour vous!

Je me roulais à terre de rire, c'est vraiment tordant.


26 novembre 2010

"Hang Pauline Marois for humanity's sake!"

Les gens qui se donnent la peine de découvrir notre histoire nationale savent que la haine des Anglos envers les francophones du Québec ne date pas d'hier. Mais on a tendance à oublier que cette haine est réelle, elle existe toujours... pire, dans les milieux canadiens anglais, elle est jugée socialement acceptable.

En voici le plus récent exemple:

Le Parti québécois (...) a porté plainte à la Sûreté du Québec (...) contre un militant anti-loi 101 qui a invité les lecteurs de son site web à «pendre Pauline Marois pour le bien de l'humanité», a appris La Presse.



(...) Les propos jugés menaçants ont été publiés cette semaine sur le site www.ParkAvenueGazette.com. Dans un éditorial de cinq pages, le fondateur du site, James Angus Brown, plaide en faveur du retour de la peine capitale pour ceux qui ont contribué à ce qu'il appelle le «nettoyage ethnique des anglophones» du Québec. L'article est coiffé du titre «Pendez Pauline Marois pour le bien de l'humanité!» (Hang Pauline Marois for humanity's sake!). «Des crimes contre l'humanité sont commis chaque jour contre des anglophones, allophones et indigènes de partout au Québec», écrit M. Brown, faisant notamment allusion à la loi 101.


«Quand ces questions seront amenées devant les Nations unies pour être jugées - comme nous le demandons le plus rapidement possible -, nous verrons alors que la demande de peine capitale pour le nettoyage ethnique au Québec est raisonnable», poursuit-il.

Nettoyage ethnique! Crimes contre l'humanité! Ce type débloque complètement...
Voici un exemple de ce qu'il considère être un crime contre l'humanité:
 
«La leader du PQ a déclaré qu'elle nous retirerait notre droit de vote si nous refusons de coopérer en joual advenant son élection, a-t-il écrit dans un anglais soutenu. Ça s'apparente à une incitation à la rébellion. L'accuser et l'inculper de nettoyage ethnique quand le Code criminel le permettra serait une bénédiction pour nous tous.»


Comme déformation de la réalité, il est difficile de faire mieux. La journaliste nous explique que le type fait probablement allusion au projet de loi péquiste sur l'identité québécoise, qui obligerait les nouveaux immigrants à démontrer leur maîtrise du français pour être éligibles aux élections municipales, scolaires ou provinciales. Évidémment, il ne mentionne pas que les gens déjà installés au Québec ne seraient pas soumis à cette mesure.

On peut être d'accord ou pas. Moi-même, franchement, j'y suis totalement opposé et je trouve que ça va trop loin. Mais de là à crier au nettoyage ethnique, y'a tout de même des limites!

Et à ceux qui diront que ce coucou n'est qu'un cas isolé qui ne reflète pas l'opinion des autres anglophones, soulignons que son site compte pas moins de 90 collaborateurs réguliers.



Ça commence à faire beaucoup de cas isolés...

Chomsky y goûte aussi...

Noam Chomsky est l'un des plus grands intellectuels de notre époque. Ils s'est démarqué dans un grand nombre de disciplines, dont la linguistique. Il est vraiment génial.

Mais malgré ses nombreux accomplissements, il ne peut plus mettre les pieds en Israël. Comme Finkelstein dans mon précédent billet, Chomsky paye pour avoir eu L'AUDACE de critiquer l'état hébreu.

Le prix de la dissenssion

J'ai déjà parlé de Finkelstein ici et ici. Disons que ses propos ne concordent pas trop avec le discours habituel concernant Israël. Ça surprend encore plus quand ça vient d'un Américainc Juif!

Mais Finkelstein est brillant, articulé et ses affirmations sont parfaitement documentés et honnêtes. En plus d'avoir le courage de ramer à contre-courant!

Mais critiquer Israël, de nos jours, c'est coûteux. À preuve, le vidéo ci-dessous.


Steve Argyle

Olivier Couston




http://pussycat.cgsociety.org/gallery/

Anne Pogoda



Galerie de l'artiste ici.

Linda Bergkvist



Le site de l'artiste est ici.

25 novembre 2010

Héros minimalistes par Fabian Gonzalez


Pouvez-vous identifier les 77 héros? J'en ai trouvé à peu près la moitié...

Les réponses sont ici. Trouvé ici.

Frank Stockton


D'autres magnifiques affiches starwarsiennes ici.

Si ce phénomène bizarre existait vraiment...


L'argument économique! Trouvé ici. Merci à Mathieu T. pour le lien!

Question parentale existentielle...



Le moment est-il venu de vous asseoir avec votre enfants et d'avoir *LA* discussion? Si c'est le cas, ce vidéo peut vous aider dans ce moment important du développement de votre descendant.

Absolument hilarant.

Trouvé ici.

La machine libérale



Cette animation géniale a été trouvée chez Le Grand Flanc Mou!

24 novembre 2010

À chaque jour sa nouvelle magouille libérale...

Ils sont pas croyables ces salopards-là:

Une autre histoire de financement illicite éclabousse le Parti libéral du Québec (PLQ). David Grégoire, candidat libéral défait dans Masson, a déclaré hier soir sur les ondes de Radio-Canada qu'il avait accepté à deux reprises des sommes importantes d'argent comptant au cours de sa campagne électorale en 2008.



(...) Le 28 novembre 2008, David Grégoire aurait rencontré le directeur général de la Ville de Mascouche, Luc Tremblay, à son bureau. Selon la version des faits de M. Grégoire, M. Tremblay lui aurait alors offert une enveloppe remplie de billets de banque. «Il me tend une enveloppe blanche cachetée avec, écrit au crayon de plomb, en petit dans le coin, 3000. C'était de l'argent, clairement. Je lui ai demandé: «C'est quoi ça?» Et il a dit: «On sait que ça pourrait t'être utile et c'est notre contribution.» J'étais déstabilisé, j'étais surpris de cela», a-t-il confié au reporter Pierre Duchesne. «Aussitôt que tu as l'enveloppe dans les mains, il est déjà un peu trop tard», a-t-il ajouté.



Quelques jours plus tard, l'entrepreneur Luigi Salvatore se serait rendu au local électoral de M. Grégoire. Il lui aurait offert une liasse de billets. Selon M. Grégoire, cette somme était destinée à son organisateur, Alain Gauthier. Lorsque M. Grégoire a donné les billets à M. Gauthier, celui-ci aurait alors affirmé: «Georges (Boudreault) remplit sa promesse! C'est bien.»


(...) Avec son témoignage, l'ex-candidat s'incrimine. Il s'expose à des accusations, car, en acceptant l'argent, il a violé la Loi électorale. Puisque les faits allégués remontent à 2008, le délai de prescription pour que le Directeur général des élections du Québec enquête sur l'affaire n'est pas expiré. Interrogé sur sa sortie publique, M. Grégoire a affirmé: «Se taire, c'est encourager le système d'enveloppes brunes, au fond.»

Directeurs à la plage... sur le bras!


Difficile d'imaginer plus scandaleux que cette dépense débile:

En plein hiver, au début de 2010, les contribuables ont payé à sept directeurs d'écoles publiques un séjour d'une semaine sous le chaud soleil de la République dominicaine, où ils sont allés améliorer leurs «aptitudes de leadership». Au moment où le réseau scolaire se plaint d'un grave manque de ressources, ce programme de «développement professionnel» payé à même les fonds publics suscite l'indignation et l'étonnement de plusieurs observateurs. (...) Le coût du voyage des participants a été entièrement assumé par leurs commissions scolaires respectives. Pour chacun d'eux, un chèque de 3 000 $ a été fait à l'ordre de l'organisme LEARN Québec, qui s'est chargé d'effectuer les réservations d'avion et d'hôtel. En tout, ce sont au moins 21 000 $ que les contribuables ont dû payer.

En République dominicaine! Pour améliorer leurs aptitudes de leadership! Et ce n'est pas tout, maintenant que le scandale sort au grand jour, vous croyez qu'ils vont s'excuser? Pas du tout, ils en rajoutent, ils essaient de nous faire croire que c'était justifié, crisse:




La professeure reconnaît que les gestionnaires ont pu profiter de la piscine de l'hôtel, le soir, «dans leurs temps libres». Et elle confirme que certains d'entre eux se sont baignés dans les eaux turquoise de la mer de Caraïbes la veille de leur départ, alors qu'il n'y avait rien au programme. Mais «ce n'étaient pas des vacances, insiste-telle. Les gens croient qu'un séjour dans les Caraïbes est nécessairement pour des vacances. Ce n'est pas le cas, quand on y va pour travailler», plaide-t-elle.



Lynn Butler-Kisber affirme que les participants quittaient l'hôtel à 7 h 30 chaque matin pour se rendre dans une ou deux écoles. Sur place, «ils visitaient les classes, discutaient avec le directeur, posaient des questions, rencontraient les élèves et prenaient des photos» afin de documenter leur séjour, explique la professeure. De retour à l'hôtel, en fin d'après-midi, ils échangeaient sur leurs constatations de la journée, avant de profiter de la soirée.


Malgré la piètre performance de la République dominicaine en matière d'éducation, Lynn Butler-Kisber estime que l'expérience était pertinente.

Apprendre le leadership? En visitant des école de République dominicaine? En rencontrant des élèves et en prenant des photos? QUOI??????

C'est officiel, ils nous prennent vraiment, mais VRAIMENT pour des cons.

Image trouvée ici.

Les cathos capotent!

Et moi, je m'amuse comme un fou devant ce vaudeville ridicule:

Confrontés aux propos du pape Benoît XVI sur les condoms et leur utilisation pour freiner la propagation du sida, plusieurs catholiques romains conservateurs rejettent d'emblée les explications fournies par le Vatican. Certains demandent maintenant au pape de se prononcer formellement sur la question, tandis que d'autres accusent les journalistes de déformer intentionnellement les propos du souverain pontife. Certains vont même jusqu'à se demander si le porte-parole du Vatican, le révérend Frederico Lombardi, a cité correctement le pape. Les évêques et ceux qui les conseillent ne savent plus où donner de la tête.


(...) Dans un nouveau livre, La lumière du monde, Benoît XVI discute avec l'auteur de la crise du sida qui frappe l'Afrique. Le pape déclare alors que pour certains, comme les prostitués mâles, l'utilisation du condom serait un signe de «responsabilité sociale» puisque l'intention est de «réduire le risque d'infection».



(...) Pour sa part, Philip Lawler, l'éditeur du Catholic World News, a demandé la démission de l'éditeur de L'Osservatore Romano, après que le quotidien du Vatican eut repris des extraits du livre du pape samedi en dépit de l'embargo en vigueur. M. Lawler et plusieurs autres catholiques conservateurs croient que le quotidien a miné l'autorité du pape en le citant hors contexte. De plus, rappellent les catholiques les plus conservateurs, les commentaires du pape dans un livre ne constituent pas un enseignement officiel.


Par chance, le ridicule ne tue pas... autrement, chers lecteurs, ces gens seraient tous morts en ce moment même! ;-D

23 novembre 2010

The Walking Dead: la BD

Après avoir vu le premier épisode de cette nouvelle série télé (que j'ai adoré), je contenais à peine ma curiosité à propos des comics qui en sont l'inspiration. Les commentaires de fylouz suite à ce billet n'ont fait qu'aiguiser mon intérêt davantage. J'étais donc très excité de mettre la main sur le premier compendium, une compilation des 48 premiers numéros de la série.

Verdict: c'est bon, je suis content de l'avoir lue, j'ai dévoré la brique avec avidité... mais en même temps, j'ai plusieurs critiques à formuler.

Je dois dire que les premières pages m'ont déçu dès le départ. Ayant déjà vu le premier épisode de la série télé, j'ai trouvé le début de la série de comics moins réussi. Je n'ai pas immédiatement retrouvé la tension et l'intensité si omniprésentes dans l'adaptation télé.

Ma seconde déception fut le départ de l'artiste Tony Moore, dont j'ai absolument adoré les dessins. Ça m'a pris du temps à m'habituer à Adlard. Le type est très bon, mais en comparaison aux cases exceptionnelles de Moore, la série m'a semblé souffrir d'une baisse de qualité. Éventuellement, on s'y fait et on passe à autre chose. Après tout, Adlard est loin d'être sans talent.

Pour ce qui est du scénario, malgré des débuts parfois un peu maladroits (des personnages mal développés, trop semblables et trop nombreux qu'on confond d'abord entre eux), Kirkman semble prendre rapidement de l'assurance et ses personnages gagnent graduellement en réalisme et en originalité. Les dialogues deviennent de plus en plus intéressants à mesure que la série avance. Les relations parfois amicales, parfois amoureuses et parfois très tendues qui se tissent entre les personnages sont crédibles, intéressantes et de plus en plus complexes. On s'attache vraiment aux persos.

J'ai aussi particulièrement aimé l'absence de narrateur et de phylactères de pensée. Je trouve que les cases silencieuses et les regards des personnages ont plus de poids que n'importe quel texte qu'aurait pu pondre le scénariste. J'aime tenter de deviner ce qui se passe dans la tête de tel ou tel personnage, sans qu'un narrateur vienne me l'expliciter à tout moment. Et comme le lecteur ne sait pas ce que les personnages pensent vraiment, il n'a pas ce sentiment d'être omniscient et extérieur à tout ce qui se passe. On a plutôt l'impression d'être dans l'inconnu avec ces gens et de ne pas trop saisir tout ce qui est en train de se tramer (exactement comme eux).

Je dois toutefois avouer que j'ai trouvé certaines scènes à peine supportables. Les scènes de torture, de viols et de meurtres (en particulier la dernière dont l'une des victimes est très jeune) m'ont fait grimacer de dégoût. Il faut dire que, depuis que je suis père, je suis vraiment devenu très moumoune. Les scènes de violence dans les oeuvres de fiction, qui m'affectaient très peu avant, me bouleversent maintenant, en particulier celles qui touchent de près ou de loin à des personnages mineurs. J'y peux rien, c'est comme ça...

Mais bon, malgré ces commentaires qui semblent relever davantage de défauts que de qualités, j'insiste sur le fait que j'ai bien aimé cette série. En fait, je crois que si je n'avais pas récemment lu deux excellents romans de Stephen King (The Stand et Cell), j'aurais probablement adoré le comic. Mais à côté de ces oeuvres hors du commun qui dépeignent des mondes post-apocalyptiques d'une complexité et d'un réalisme hallucinants, Walking Dead m'a semblé parfois un peu simpliste...

22 novembre 2010

Mourir dans la dignité


Quel est notre ultime possession en ce bas monde? Qu'est-ce qui nous appartient encore plus que notre maison, notre divan, notre voiture ou notre télé? Qu'est-ce qui nous appartient depuis le tout début, qui nous a toujours appartenu et qui sera à nous jusqu'à la fin?


La réponse: c'est notre vie.

La vie de chaque individu lui appartient à lui et à personne d'autre. Une société qui se veut libre, civilisée et démocratique n'a pas le droit de dépouiller un individu de son ultime possession: sa vie. C'est pour cette raison que nous avons aboli la peine de mort.

Mais si c'est l'individu lui-même qui CHOISIT de mettre fin à sa vie, qui sommes-nous pour refuser?

Bien sûr, notre premier réflexe en tant qu'êtres remplis d'humanité et de bonne volonté, sera de vouloir venir en aide à cet individu. C'est tout naturel et c'est très bien ainsi.

Mais si toute aide est impossible, alors quoi? Si l'individu est atteint d'une maladie incurable qui le condamne à de terribles souffrances, à une perte de qualité de vie qu'il juge insupportable ou encore à une déchéance qui mènera irrémédiablement à sa mort à court ou long terme, qui sommes-nous pour refuser à cet individu la pleine souveraineté sur son utilme possession: la vie? Si nous sommes incapables de l'aider, pourquoui le condamner à souffrir contre son gré?

Cela me semble complètement immoral et inacceptable.

Toute personne, saine d'esprit et en pleine possession de ses facultés intellectuelles qui se retouve atteinte d'une maladie incurable devrait avoir le droit de mettre fin à ses jours dignement. Le système de santé devrait fournir à cette personne les moyens de mettre un terme à sa vie sans souffrance, sans prêcher, ni juger.

Refuser de le faire n'est que cruauté. Refuser de venir en aide à quelqu'un qui est condamné à souffrir est inhumain.

Notre vie est notre seule véritable possession et nous devrions avoir le choix d'en disposer à notre guise.

Voilà ce qu'est la véritable liberté.

Si des gens préfèrent supporter toutes les souffrances en attendant une mort "naturelle" pour des convictions religieuses ou autres, tel est leur droit. Toutefois, ces gens ne devraient pas être en mesure d'imposer leurs convictions irrationnelles sur l'état ou sur les autres citoyens qui ne partagent pas leurs croyances. D'autres personnes seraient profondément soulagées de savoir qu'une mort longue et pénible n'est pas inévitable, qu'une autre issue existe.

Je suis de ceux-là. Si un jour j'apprends que je suis atteint d'une maladie incurable et qu'une interminable déchéance s'annonce, j'aimerais choisir d'éviter cette horreur. J'aimerais pouvoir choisir le moment et les circonstances de mon départ. C'est ma décision, c'est ma vie, c'est mon droit. Personne ne devrait posséder le droit de me refuser ou de m'empêcher. Au contraire, le système de santé devrait avoir l'obligation de m'aider à mourir sans souffrance, dans la dignité, au moment de mon choix.

C'est ce que je crois.
 
Si vous êtez également de cet avis, je vous invite fortement à faire connaître votre opinion à la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité en cliquant ici.


Ça prend seulement quelques minutes. Pour une fois que le gouvernement nous consulte sur une question aussi fondamentale, faites-vous entendre!
 

21 novembre 2010

Changement d'adresse...

Désolé pour le changement d'adresse, j'espère que cela ne vous causera pas d'inconvénients majeurs. Croyez-moi, ce n'est pas un simple caprice, c'est pour une bonne cause.

Merci de mettre vos liens à jour!

Batcat


Un chat, un cure-dent et deux bouts de papier... le résultat est hyper cool. Seul problème: à en juger par la patte élevée derrière la tête, le minou a été impoliment dérangé en plein toilettage intime! Tsk, y'a plus rien de sacré en ce bas monde! Trouvé ici.

Le char le plus cool de la galaxie...


Trouvé ici.

Pub de WD-40


Hilarant! Trouvé ici.

George Carlin



Merci à Loulou pour ce lien.

Pétition pour la démission de Charest


J'avais résolu de ne pas signer la pétition d'Amir Khadir qui demande la démission de Charest. Je me disais que les gens ont la mémoire courte et que la nomination d'un remplaçant pourrait avoir l'effet pervers de donner l'impression aux gens d'avoir un "nouveau" gouvernement... et j'entendais d'ici les épais dire "il est seulement là depuis deux ans, il faut lui donner sa chance et gna gna gna!" Moi, je préfère que le frisé reste le cul bien assis sur sa chaise juusqu'au bout pour avoir la satisfaction de le crisser dehors en bonne et due forme.

Bref, j'avais décidé de ne pas signer. Mais devant le nombre astronomique de signatures, je suis obligé de revoir ma position. Ceci constitue une gifle sans précédent à un premier ministre et il la mérite tellement! Juste pour voir une réduction d'un cran ou deux dans son niveau d'arrogance, j'ai décidé de signer.

Si vous avez envie d'ajouter votre nom, l'adresse de la pétition est ici.

Cet article nous en dit plus long:

Lancée lundi dernier, la pétition demandant la démission du premier ministre Jean Charest a atteint les 200 000 signatures samedi soir. Par le fait même, cette con­testation devient, sur le Web, la pétition officielle la plus signée de l'histoire du Québec.



L'objectif de ses initiateurs, des membres du Mouvement national citoyen du Québec, était de 100 000 signatures. Il a été atteint mercredi, en moins de 36 heures.



La caricature provient d'ici.

Tu veux devenir riche rapidement et sans effort?

Dévaliser des banques n'est plus aussi facile qu'à la belle époque. Et si tu te lances en affaires, c'est difficile d'être malhonnête parce que tout est surveillé. Mon conseil: démarre une église, il y a des tonnes de naïfs désespérés qui n'attendent qu'une bonne raison pour te lancer toutes leurs économies! Et ce qu'il y a de bien, c'est que tu peux dire n'importe quoi, faire n'importe quoi, il n'y a pas de limite à la bullshit à part ta propre imagination!

Le seul problème, c'est que de temps à autres, il y a quelques suckers qui se réveillent et qui dénoncent:

Les églises indépendantes poussent comme des champignons depuis 20 ans, trop souvent sans rendre de comptes à quiconque. Un tout nouveau regroupement veut briser la loi du silence. Québec doit surveiller les pasteurs comme on surveille les médecins, les avocats ou les comptables, dit-il. Car tout indique que les abus et les fraudes sont beaucoup plus courants qu'on ne le pense.



Des dizaines de personnes se disant victimes de pasteurs malhonnêtes viennent de fonder une association qui réclame au gouvernement du Québec un comité de surveillance ou une commission d'enquête.

20 novembre 2010

Le PLQ est «une machine à ramasser de l’argent»

Et ce n'est pas un adversaire politique qui le dit, mais plutôt un ancien député libéral et ex-président du PLQ, rien de moins!

Extrait de l'article:

Dans une formation politique, on «devrait être capable de discuter, de partager des idées, d’essayer de les faire évoluer et ce n’est pas du tout ce qui se passe en ce moment [au PLQ]. C’est devenu une machine à ramasser de l’argent. Ça, j’ai de la misère avec ça», a-t-il déploré. Un parti politique, selon lui, devrait plutôt être une «machine à développer des idées, à penser, à regarder par en avant. […] Et ensuite, tu ramasses de l’argent et tu gagnes l’élection».

Plamondon s'inquiète

«Je n’ai jamais été aussi inquiet pour la survie du français au Québec. Nous vivons une anglicisation qui me dérange (...) Cette anglicisation me dérange assez pour que j’aie menacé de faire un scandale à l’Opéra de Montréal, récemment, lors de la présentation de mon opéra Starmania. La veille de la première, lorsque j’ai vu les sous-titres en anglais, je les ai fait retirer. Au départ, ils s’en sont offusqués, prétextant que c’était pour leur public anglophone. Or, je leur ai fait remarquer que les anglophones qui viendraient voir mon opéra savaient fort bien parler et lire le français. J’allais tout de même pas me plier à cela pour faire plaisir à trois membres du conseil d’administration de l’Opéra qui ne parlent pas français (...) Je me demande pourquoi on se sent obligé de faire des discours dans les deux langues. Nous sommes une nation, même le premier ministre Stephen Harper le reconnaît. Assumons-nous comme nation francophone. Notre langue officielle est le français. Soyons fiers de cela (...)  Ils sont dix millions de Haïtiens qui parlent français. Nous, avec nos cinq millions frileux, on va vite se faire dépasser par les Haïtiens et les Africains. Elle sera où notre nation dans quelques années ? Je sens l’urgence (...) Je leur dis (aux politiciens) de cesser d’être frileux. Nous avons une nation, et la langue officielle est le français, donc assumons-nous. C’est tout de même pas normal qu’on parle plus le français aux Jeux olympiques de Pékin qu’à Vancouver!»


--Luc Plamondon

Trouvé ici.

Jia Ruan


L'expression du visage est sublime. Le portfolio de l'artiste est ici.

Whiteout

J'ai tellement aimé Pillars of the Earth que j'ai décidé de me taper un autre roman de Follett. Mais comme j'avais besoin d'un break de sa saga médiévale avant de me replonger dans sa suite, j'ai décidé d'essayer Whiteout.

Et j'ai eu beaucoup de plaisir à le lire. Ce n'est pas un chef-d'oeuvre et ce n'est pas un truc épique come Pillars, mais c'est un bon p'tit bouqin rempli de suspense et de tension.

En gros, ça raconte le vol d'un virus mortel d'une compagnie pharmaceutique écossaise pendant une terrible tempête de neige. C'est un peu simpliste, mais efficace.

Bien qu'ils ne soient pas toujours très bien définis, les personnages sont attachants. On a envie de savoir ce qui va leur arriver à l'autre page. Le suspense ne nous lâche pas. Je me suis surpris à m'exclamer des trucs à haute voix dans des moments de haute tension... exactement comme quand j'étais jeune et que je regardais des films d'horreur, j'étais tellement absorbé par le film que je traitais les personnages de crétins lorsqu'ils se cachaient au lieu de déguerpir ou encore je leur disais de faire attention quand le tueur s'approchait trop. Ça faisait un bout de temps que je n'avais pas fait ça. Preuve que j'étais vraiment embarqué dans l'histoire.

Bref, un bon p'tit bouquin agréable à lire qui offre des bons thrills et une belle évasion de la petite routine quotidienne.

19 novembre 2010

Scott Pilgrim's boring little life


C'est plate.

La bande-annonce avait piqué ma curiosité et j'ai lu de très bonnes critiques du film, alors je me suis dit que le comic qui l'a inspiré vaudrait sûrement le coup d'oeil. J'ai lu le premier volume de la série: Scott Pilgrim's precious little life. Je m'attendais à une perle méconnue...

Mais non, c'est plate.

Ou peut-être que c'est moi qui suis trop vieux... peut-être que j'ai passé l'âge d'être fasciné par des p'tits mélodrames romantiques d'ados du genre "alors qu'il sort avec A, il tombe amoureux de B qui ne sait rien de sa relation avec A, sauf qu'il ne sait pas comment casser avec A et ne veut surtout pas que B l'apprenne et blablabla..."

Plate.

C'est peut-être aussi les fortes influences du style japonais qui me repoussent. J'ai lu des BD de plusieurs genres et de nombreux pays dans ma vie et j'ai à peu près aimé tous les styles... mais les mangas, chu pas capable... juste pas capable...

Ou encore, peut-être que c'est l'étrange et brutal changement de ton aux deux tiers du comic... cette histoire ennuyeuse mais tout à fait ancrée dans le réalisme qui bifurque complètement d'un seul coup pour nous servir une confrontation bizarre entre des personnages qui semblent être dotés de super-pouvoirs sortis de nulle part. C'est complètement incompatible avec le reste du récit, comme si Tintin et Haddock se mettaient à cracher du feu en plein milieu de l'Affaire Tournesol! Je regardais ça avec incrédulité, je me me demandais presque si ce n'était pas une erreur d'impression...

Mais non, pas d'erreur... ça ne fait aucun sens, ça ne rime à rien, mais c'est voulu...

J'suis peut-être rendu trop vieux pour comprendre ce qu'il y a d'intéressant ou de cool là-dedans...

Ou peut-être qu'il ne faut pas chercher midi à quatorze heures... c'est peut-être juste plate.

18 novembre 2010

Besoin de vacances...

demotivational posters - VACATION
see more Very Demotivational

Prêcher par l'exemple

Je suis supposé encourager mes élèves à protéger l'environnement.

Et je prends cette responsabilité très à coeur. Dans ma classe, on recycle ET on composte depuis des années. Je donne des trucs aux jeunes pour que leurs lunchs soient plus écolos et réduire le suremballage, je leur parle d'effet de serre, d'animaux menacés, de sources de pollution, d'économie d'énergie et... d'éviter le gaspillage de l'eau.

Je fais tout cela par pure conviction personnelle, évidemment. Je ne peux pas compter sur la C.S. pour m'aider. Pire, par son incompétence crasse, elle me sape toute ma crédibilité.

À quelques pas de ma porte de classe, il y a une fontaine défectueuse qui coule sans arrêt. Jour et nuit. Depuis bientôt trois mois.

Depuis presque 90 jours, on attend que la cOmMisSIoN scOLaiRe nous envoie quelqu'un pour la réparer. La secrétaire a appelé la C.S. à plusieurs reprises. On attend toujours.

Et moi, le guignol, je suis supposé encourager les élèves à éliminer le gaspillage de l'eau.

Sti d'paperasse...

À chaque année, c'est la même chose. Les insignifiants pousseux d'crayon de la cOmMisSIoN scOLaiRe et/ou du ministère trouvent le moyen de venir me polluer l'existence avec de la nouvelle paperasse. Il y a un problème à régler ou une situation à corriger? Leur réponse est invariablement la même: un peu plus de paperasse. À chaque esti d'année.


Et à chaque fois, c'est une crisse de niaiserie inutile, redondante et stupide.

L'année passée, c'était le dossier informatisé des élèves de sixième année. Soulignons ici que les élèves ont DÉJÀ un dossier qui les suit au secondaire. C'est une bonne vieille chemise remplie des bulletins et de tous les documents importants. Elle est envoyée à l'école secondaire à la fin de l'année scolaire. Les dossiers de mes élèves sont toujours très complets, j'y vois personnellement. Il m'est également arrivé de contacter l'école secondaire dans des cas particuliers, pour des élèves que je croyais à risque. Et si le secondaire a des questions, je me suis toujours fait un devoir de retourner leurs appels.

Mais depuis l'année dernière, ce n'est plus suffisant, il faut que je me tape la rédaction d'un dossier informatique complet pour chaque élève. Ben oui, je ne suis plus juste un enseignant, je suis un secrétaire qui doit rentrer les dossiers des élèves à l'ordinateur! Ça prend des heures et, rappelons-le, pour absolument aucune raison: le dossier papier existe toujours et continue d'être envoyé au secondaire! L'an dernier, moi et une collègue avons tellement rué dans les brancards qu'on a finalement obtenu une libération d'une demi-journée pour faire leur crisse de paperasse inutile. Ça a été ça leur compromis, la paperasse avant les élèves. Vous avez bien lu: pour les fonctionnaires de la C.S., me faire travailler sur des dossiers d'élèves informatiques est préférable à ma présence en classe avec les jeunes.

Cette année, comme d'habitude, on vient de nous ajouter de la paperasse. Pour obéir aux nouvelles exigences bureaucratiques du ministère, il faudra dorénavant que je consigne sur des documents officiels la date et la nature de toutes mes communications avec les parents d'élèves. Y compris les courriels et les messages écrits dans l'agenda! C'est pas des câlisse de farces! Je gardais déjà des copies de tous les courriels que j'écris aux parents, la date y est incrustée, comme chacun sait. Mais ce n'est plus suffisant! En plus de me taper la correspondance, il faudra aussi que je remplisse un formulaire en papier pour consigner le fait que j'ai écrit aux parents et de quoi j'ai parlé! Non seulement je continue de me taper des notes dans l'agenda, mais je devrai ensuite noircir une feuille à chaque fois pour archiver la date et la nature de mon message! Comme si le courriel lui-même et la note écrite dans l'agenda n'étaient pas des preuves suffisantes de leur propre existence, sacramant! Si c'est pas écrit dans un câlisse de formulaire, ça n'existe pas!

L'an prochain, ils vont me faire remplir un formulaire pour prouver que les formulaires ont été remplis!

Je vous jure, ils sont fous ces câlisses-là...

Évidemment, pris isolément, tu regardes ces petites formalités et tu te dis que ce n'est pas la fin du monde. Mais c'est comme ça à chaque crisse d'année depuis 14 ans! Imaginez le temps perdu, le temps et l'énergie qu'on m'empêche de consacrer à ce qui compte vraiment: enseigner et aider.

C'est à rendre fou, crisse. Ça serait tellement le fun qu'on me laisse faire ma câlisse de job des fois!

La suite l'année prochaine lors de l'arrivée d'un nouveau formulaire!

16 novembre 2010

IRON MAN #500


Pour célébrer le 500e numéro de Iron Man, l'excellent MARKO DJURDJEVIC a créé une série de couvertures commémoratrices. J'affectionne particulièrement celle-ci.

Trouvée ici.

14 novembre 2010

Congédié!


Trouvé ici.

Extraordinaires églises...



Ça va peut-être paraître contradictoire pour quelqu'un qui déteste la religion autant que moi, mais j'adore les églises. Lorsque je voyage, je ne rate pas une occasion de visiter les églises locales. J'adore ça.

VOJ nous offre ici 20 photos d'églises à l'apparence très inhabituelle. La première est en Islande, la deuxième en Colombie.

Secretariat



Ce n'est pas à tous les jours que les Américains tournent un film historique dont l'un personnages principaux est un Québécois (joué par nul autre que John Malkovich) et un autre, Acadien! Ma curiosité est piquée...

Cliquez ici pour d'autres détails, gracieuseté du plus grand des francophiles d'Amérique, Dean Louder.

À la défense des p'tits monstres!


J'étais assis dans une réunion du personnel l'autre jour quand ma collègue préférée, la désormais légendaire Mathilde, a fait une proposition qui m'a fait sursauter.

Elle voudrait bannir les costumes "violents" lors de la prochaine journée d'Halloween, en 2011. Elle ne veut pas de monstres, pas de sang, pas d'épées de plastique, pas de fusils-jouets de pirates. Du moins, j'imagine que c'est ce qu'elle voulait dire en parlant de costumes "violents". Je n'ai rien vu de plus terrible que ça.

J'ai immédiatement ressenti une grande opposition. Je me suis d'abord demandé si c'était uniquement à cause de la profonde antipathie que m'inspire cette femme. Puis, après une réflexion rapide, je me suis dit que ce n'était pas seulement ça.

Alors j'ai pris la parole, sachant que les autres enseignants n'oseraient pas s'opposer à elle (par peur ou par simple loyauté mal placée).

Je ne suis pas toujours très bon dans des situations comme celles-là, pour défendre une position que je n'avais pas prévu devoir débattre. Je suis quelqu'un qui a besoin de réfléchir à ses arguments et à la validité de ceux-ci avant de me lancer dans un débat. Mais là, je n'avais pas le choix. Bref, je n'ai pas défendu mon point aussi éloquemment que je le fais ici, mais voici essentiellement mes arguments principaux:

1- L'essence même de la fête d'Halloween est la peur. C'est ça l'idée de la fête. Mathilde aimerait que tous les jeunes se déguisent en princesses et en clowns, mais le concept de l'Halloween, ce n'est pas ça. C'est la fête des fantômes, des sorcières et des monstres!

2- Il faut se mettre dans la tête que les élèves d'une école primaire ne sont pas un bloc monolithique qui a les mêmes besoins, les mêmes goûts et qui est au même stade de son développement. Un univers sépare les plus jeunes des plus vieux. Les enfants de première année seront probablement heureux de se déguiser en p'tits animaux mignons, mais tu ne peux pas demander ça à des élèves de sixième. Ils seraient en beau crisse et avec raison. Ce sont des pré-ados de 11-12 ans, ils aiment avoir peur et ils sont parfaitement capables de faire la différence entre de la vraie violence et un déguisement d'Halloween. C'est une de leurs journées préférées de l'année, ils se rebelleront si on tente de les empêcher de la célébrer normalement. Et ils auront raison.

3- Permettre à des enfants de se déguiser en monstres UNE journée par année ne constitue pas une validation de la violence. J'en ai marre de cette espèce d'intégrisme qui voit tout en noir ou en blanc, sans aucune nuance. C'est comme les tatas qui ne veulent pas qu'on donne de bonbons aux élèves à l'Halloween parce qu'on doit promouvoir les bonnes habitudes alimentaires. Ces gens mangeaient-ils des crudités à l'Halloween quand ILS avaient 10 ans? Ou encore cette enseignante qui m'avait réprimandé d'avoir peint un Lucky Luke avec mes élèves sur l'un des murs de l'école parce qu'il avait une cigarette dans la bouche. Merde, je lis des albums de Lucky Luke depuis que j'ai 5 ans et je n'ai jamais fumé! Les enfants n'auraient donc jamais vu de cigarettes de leur vie si ce n'était de ce Lucky Luke sur le mur? Bannissons aussi Tintin tant qu'à y être, il utilise parfois des fusils! Et Astérix aussi, il est trop violent, il frappe les Romains! J'en ai marre de ce dogmatisme quasi-religieux. Les enfants ne sont pas cons, n'en déplaise à ces ayatollahs, ils sont capapbles de faire la part des choses et comprennent qu'une fois n'est pas coutume et que Lucky Luke est un personnage fictif...

4- Je n'aime pas l'idée de surprotéger les enfants. Même s'ils ne voyaient pas d'autres jeunes déguisés en monstres à l'école, ils en verraient le soir en passant aux portes! Notre job, ce n'est pas de cacher la réalité, mais plutôt de les aider à la comprendre et à y réagir adéquatement. Cette année, à l'Halloween, je marchais aux côtés de mon p'tit gars de 4 ans lorsque nous sommes arrivés devant une maison vraiment bien décorée. La famille avait vraiment mis le paquet: des fantômes géants drapés sur la façade, les monstres géants gonflables, les bruits et les cris qui jaillissaient des hauts-parleurs et toute la famille portant des costumes vraiment très réussis (et sanglants). Mon p'tit gars s'est immobilisé en l'apercevant, ne sachant trop que faire. J'ai souri et je lui ai expliqué en riant que les bruits n'étaient qu'un CD, les créature géantes rien de plus que des ballons et que les monstres étaient le papa, la maman et les enfants ados qui portaient des costumes et des masques. J'ai désamorcé sa peur. Il était encore sur ses gardes, mais il souriait. Il s'est approché de la maman-sorcière et elle lui a donné des bonbons. Il est reparti le sourire aux lèvres. Il avait compris que c'est un jeu. Et il n'a que 4 ans. Il me semble que c'est ça qu'on devrait faire, comme éducateurs: expliquer et faire comprendre, pas censurer et cacher.

5- On parle de rendre l'école plus accueillante pour les p'tit gars, voilà une belle occasion! Les p'tites filles aiment peut-être les princesses et les licornes, mais les gars aiment les monstres sanglants, les pirates et les ninjas. C'est comme ça. La violence fictive, la peur, le faux sang, ils adorent ça. Je suis un gars moi aussi, je les comprends, un de mes auteurs préférés est Stephen King et j'adore les bon vieux films d'horreur de slashers. Ça ne fait pas de moi un potentiel tueur en série, baptême! Je ne ferais même pas de mal à une mouche! Pourrait-on laisser les gars être des gars de temps en temps?

Anyways... le débat n'a finalement pas eu lieu, il a été reporté à l'an prochain. J'ai bien hâte de voir comment ça va se passer et comment la peur qu'inspire Mathilde et la loyauté aveugle de ses courtisanes influenceront la tournure des événements.

Moi, je m'y opposerai jusqu'au bout, même si je suis le seul à le faire.

Au pire, il y en aura une ou deux de plus qui ne me salueront plus dans le corridor. Pas grave...

Si vous avez d'autres suggestions d'arguments, n'hésitez pas à m'en faire part. Et si vous êtes en désaccord, de grâce, n'hésitez pas à écrire. Je ne prétends pas posséder la Vérité sur tout, je serais très curieux d'entendre des arguments en faveur d'une telle mesure.

Au plaisir de vous lire!

Pathfinder: la BD


Malgré toutes les nombreuses similitudes qu'on retrouve entre la bande dessinée et le cinéma, ces deux médiums demeurent profondément différents. Les BD qui tentent d'adapter un film scène par scène sont rarement réussies. La même chose est vraie des films qui tentent de reproduire, case par case, une bande dessinée. Il y a quelques exceptions, mais règle générale, ce n'est jamais aussi bon. Ça demeure une pâle imitation de l'oeuvre originale.

C'est ce qui explique mon hésitation initiale à lire cette BD. Je croyais qu'il s'agissait d'une adpatation du film du même nom et je suis habitué à la déception quasi-inévitable qui s'ensuit. Comme je n'avais pas trouvé le film extraordinaire, je me disais que la perte de qualité inhérente au passage d'un médium à l'autre donnerait en bout de ligne une BD médiocre.

Or, ce n'est pas le cas.

Il faut savoir que cette BD n'est pas une adaptation dans le sens habituel du terme. Le réalisateur du film (Nispel), grand amateur de BD, a fourni une copie du script au bédéiste (Shy) qui a créé sa bande dessinée en même temps que le film était tourné et donc, sans jamais avoir vu celui-ci. Plutôt que d'attendre une BD qui adapterait fidèlement le film, on a plutôt encouragé Christopher Shy à créer sa propre vision du récit. Le résultat n'est donc pas vraiment une adaptation classique, mais plutôt une oeuvre originale et parallèle au film. Et ça change tout.

On pourrait même dire que c'est plutôt le film qui prend des airs d'adaptations puisque Marcus Nispel a été tellement impressionné par les premières planches de la BD qu'il s'en est inspiré dans la création de certains personnages, décors et scènes.

Bref, cette BD est une oeuvre à part entière et complètement distincte du film. Et malgré le préjugé défavorable qui m'habitait au départ, j'ai été complètement envoûté. Les cases de cette BD mélangent photos, peintures et dessins plus traditionnels à l'encre... le résultat est à couper le souffle. Certaines images presque fantômatiques nous hantent, on a parfois l'impression d'être en plein rêve (ou quelques fois, en plein cauchemar). J'ai été accroché dès le départ et je ne pouvais plus m'arrêter. Hypnotisé, j'vous dis! Le scénario est intéressant, mais c'est surtout l'aspect visuel qui fait de cette BD une expérience unique. Les cases sont toutefois très sombres, ce qui rend parfois le décodage difficile. Mais cette noirceur permet de créer une atmosphère indescriptible et on est parfois heureux qu'elle nous cache l'horreur de certaines scènes, nous laissant imaginer le pire. Je ne sais pas si c'est juste moi, mais dans certaines cases, j'ai également cru apercevoir un hommage (très réussi) à Frazetta.

Pour ceux qui l'ignorent, Pathfinder nous plonge dans l'Amérique du nord inconnue d'il y a environ 1000 ans et raconte le choc brutal de la rencontre entre les premières nations du continent et les explorateurs Vikings. Le personnage principal est un jeune Viking qui se retrouve abandonné en Amérique et qui est adopté par une tribu amérindienne. Il grandit parmi eux et devient l'un des leurs. Puis, inévitablement, un nouveau groupe viking fait son apparition et dans le conflit qui s'ensuit, le jeune Européen devra choisir entre son peuple d'origine et sa tribu d'adoption.

Le scénario comporte quelques moments forts, mais on nage souvent dans les clichés et la prédictibilité. Les Amérindiens sont dépeints dans la plus pure manière romantique: de bons sauvages pratiquement incapables de vices ou de violence qui vivent en parfaite harmonie avec la nature et qui communiquent avec les esprits de la forêt. Dans le cas des Vikings, on tombe dans un autre cliché: des barbares monstrueux et sanguinaires, arborant armures anachronistiques et casques ornés de cornes, incapables de pitié ou de la moindre compassion, qui massacrent et anéantissent tout ce qu'ils rencontrent sur leur chemin. Le contexte se veut donc historique, mais aucun effort d'authenticité n'a été fait. On est dans la caricature. Toutefois, une fois qu'on accepte cela et qu'on voit l'oeuvre pour ce qu'elle est, c'est à dire un divertissement sans aucune valeur documentaire, il est possible de l'apprécier davantage.

Visuellement, un chef d'oeuvre incomparable. Je n'ai pas été aussi hypnotisé par la beauté esthétique d'une BD depuis Arkham Asylum...

13 novembre 2010

La DECam



J'ai déjà glissé un mot dans ce billet à propos de la matière noire, cette substance hypothétique qui serait reponsable du mouvement et de la cohésion des galaxies. Hypothétique parce que jamais détectée et son existence n'a jamais été prouvée. Pourtant, selon certaines théories, elle pourrait constituer jusqu'à 90% de l'univers observable! Et encore, je ne vous parle pas de l'énergie sombre, une force énigmatique dont on voit les effets mais dont on ignore totalement la nature. Nous ne sommes vraiment qu'aux premiers balbutiements de l'exploration et de la compréhension de l'univers!

Cet appareil, appelé DECam, aidera les scientifiques à comprendre ces mystérieuses forces du cosmos qui nous échappent toujours. Les découvertes qui s'ensuivront pourraient changer complètement notre compréhension de l'univers! Quelle époque extraordinaire que la nôtre!

Trouvé ici.

Palestinien jeté en prison pour "hérésie"

Walid Husayin, un jeune Palestinien de 26 ans, vient d'être arrêté et risque la prison à vie pour avoir osé écrire sur l'Internet (sous le couvert de l'anonymat) qu'Allah avait tout d'un "Bédouin primitif" et que l'Islam n'est rien de plus qu'une "croyance aveugle qui contrôle les esprits des gens partout où on retrouve l'irrationalité et l'ignorance."

Plusieurs personnes de son village, y compris des membres de sa famille, réclament sa mort.

Trouvé ici.

Jeune de coeur


Sony Playstation - Victor from Blue Management on Vimeo.

Géniale, cette pub. Trouvée ici.

Château de papier


Oui, oui... de papier! Incroyable...

D'autres oeuvres en papier ici.

Jacek Yerka III



Hypnotique, n'est-ce pas? D'autres oeuvres ici et ici.

Les deux tableaux ci-dessus proviennent d'ici.

Étranges produits d'hier...



Jaffa Mood nous offre ici une liste de produits tous plus bizarres les uns que les autres.

Sourires garantis.

Une Bat-chambre pour la nuit?


Il semblerait que ce soit une véritable chambre d'hôtel en Thaïlande. Trop cool. Je me demande si t'as un Alfred qui vient te porter à déjeuner! ;-)

Trouvé ici (attention, il y a des photos de chambres pas mal plus érotiques que celle-ci).

Ce qui se cache dans tes McCroquettes

Une récente enquête de CNN a trouvé du dimethylpolysiloxane dans les McCroquettes, un produit chimique également présent dans le... Silly Putty!

Imaginez ce qui se cache dans un Big Mac...

Trouvé ici.

Le mythe du Canadien ouvert, accueillant et multiculturel...

On a tous goûté à ce stupide préjugé qui prétend que les Canadiens sont des gens ouverts et tolérants tandis que les Québécois seraient une espèce de tribu nationaliste et xénophobe.

Voici un aperçu plus exact de la réalité:

Selon un sondage Angus Reid/Opinion publique mené au début du mois de septembre, 46% des Canadiens affirment que l'immigration a un impact négatif au pays, une augmentation de 5% par rapport à août 2009. Seulement 34% de la population croit que l'immigration a un effet bénéfique. La Colombie-Britannique (44%) et le Québec (42%) sont les provinces où les répondants sont les plus nombreux à percevoir l'immigration de façon positive. Du côté de l'Alberta, 56% des répondants estiment que l'immigration a un effet négatif. En Ontario, cette proportion atteint 55%.

La reine sur Facebook


On savait déjà qu'être sur Facebook n'était pas une bonne idée quand tu es Superman ou quand tu es moi...

Quand tu es la reine d'Angleterre, il semblerait que ce ne soit pas une très bonne idée non plus:

Sa page a été inondée de commentaires, pas toujours élogieux. Des 171 000 personnes qui se sont abonnées, plusieurs ont utilisé cette tribune pour critiquer la monarchie, les goûts vestimentaires de Camilla Parker-Bowles ou le sourire figé de la monarque. (...) Des internautes se sont amusés à retoucher des photos de la reine (ci-dessus) pour parodier sa page Facebook. Oh dear.


Vous ne pouvez pas me voir présentement, mais j'ai un gros sourire dans la face...

La responsabilité parentale

Pour une fois que des propos intelligents et pertinents sortent de la bouche de notre premier ministre, ça mérite d'être cité:


«C'est trop facile de blâmer le système (...) Chaque fois que la question du décrochage scolaire est soulevée, on vise les commissions scolaires, on vise les professeurs, on vise les politiciens. Mais on oublie les acteurs les plus importants: les parents. J'aimerais savoir pourquoi on parle si peu du rôle des parents au sujet du décrochage scolaire alors que c'est à eux qu'on doit s'adresser. Les parents doivent s'intéresser à l'éducation de leurs enfants.»


«Le gouvernement fait son travail et reconnaît sa responsabilité, les commissions scolaires et les profs aussi. Dieu sait qu'on demande aux profs aujourd'hui de faire des choses qu'on ne leur demandait pas il y a 20 ans. On leur en demande beaucoup. Ce qui m'étonne, dans le débat, c'est le peu d'attention qu'on donne aux parents et à leur rôle.»


«(Ils) devraient tous les jours s'enquérir auprès de leurs enfants de leurs études. (...) Je pense que ça ne se fait pas assez. Je sais que ça ne se fait pas assez.»


«Je ne m'attends pas à ce que les parents refassent leurs cours primaire ou secondaire. Mais, tous les jours, un enfant doit savoir que son père, sa mère, celui qui est son gardien, se préoccupe de ses études. Si les parents ne faisaient que ça, ils enverraient un message puissant à leur enfant selon lequel étudier, c'est important.»


Trouvé ici.

L'environnement n'est pas en danger, Dieu l'a dit!



Un élu américain qui cite la Bible (!!!) pour démontrer qu'il n'y a rien à craindre du réchauffement climatique. C'est comme citer un livre de recettes dans un procès pour faire remettre un tueur en liberté...

Maudit calvaire...

Trouvé chez Hétu.

11 novembre 2010

Les tentations du jour: homosexualité et dessert...



Extrait préféré:

"That's how conservatives see it. It's like, when there are gays around you, ooh, it's like dessert, Lawrence, you know? You just can't resist it."

Bulles géantes dans la Voie Lactée?!?

Extrait de la fascinante nouvelle:

La découverte de deux bulles géantes mystérieuses liées l'une à l'autre et émettant de puissants rayonnements gamma au coeur de notre galaxie, la Voie Lactée, intrigue les astrophysiciens, qui supposent qu'elles seraient des résidus de l'éruption d'un énorme trou noir.



(...) «Ce que nous voyons, ce sont deux bulles émettant des rayons gamma s'étendant sur 25 000 années-lumière respectivement au sud et au nord du centre de la Voie Lactée et nous ne comprenons pas totalement leur nature ou leur origine», explique Doug Finkbeiner, un astronome du centre d'astrophysique de l'Université Harvard à Cambridge (Massachusetts).

La photo (d'un phénomène distinct) provient d'ici.

Les bureaucrates se payent la traite

Extraits de la révoltante nouvelle:

Alors que plusieurs écoles ont un urgent besoin de rénovations, une commission scolaire de la Rive-Sud s'apprête à dépenser 13 M$ pour s'offrir un siège social flambant neuf, parce qu'elle manque d'espace pour loger ses fonctionnaires qui sont de plus en plus nombreux.



(...) «C'est aberrant de voir ça. Actuellement on a des écoles très vétustes, des plafonds qui coulent, des murs qui n'ont pas été repeints depuis 25 ans et des dictionnaires qui datent du siècle dernier. J'ai de la difficulté à accepter des dépenses comme celle-là, dans l'état dans lequel l'école se trouve actuellement.»



«Si on avait tout ce dont on a besoin dans les écoles, je ne m'objecterais pas. Mais là, je ne peux pas faire autrement que d'imaginer la quantité de services professionnels qu'on pourrait obtenir avec 13 M$. Ça me fait me poser de sérieuses questions quant à la façon dont on gère nos ressources financières. Quand on dit qu'il ne manque pas d'argent en éducation et que c'est juste qu'il est mal dépensé, en voici un bon exemple.» - Chantal Longpré, présidente de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement