25 septembre 2011

LE FEUL tomes 1 et 2


Le long d'une grande rivière vivent différentes tribus humanoïdes aux coutumes, aux moeurs et à l'anatomie différentes.

Les Oldis sont des pêcheurs athées. À cause d'un déséquilibre démographique (il y a beaucoup moins d'hommes que de femmes), ils sont organisés en société matriarcale. Sans égal avec arcs et flèches, les femmes sont des guerrières affranchies qui se partagent librement et ouvertement les quelques hommes du village.

Leurs voisins, les Bourouwns, sont un peuple profondément religieux et belliqueux.

Évidemment, chacun voit l'autre avec incompréhension et animosité. Les Oldis voient les Bourouwns comme des brutes superstitieuses et ignares. Les Bourouwns, eux, considèrent que leurs voisins sont des êtres décadents, lubriques et dégénérés qui insultent les dieux.

Pourtant, ces deux peuplades font face au même ennemi invisible: le Feul, une mystérieuse maladie mortelle aux origines inconnues. Partant de l'hypothèse que cette maladie provient de ce qu'ils ont en commun; la rivière, les deux villages envoient une délégation en amont afin de recruter les autres habitants qui y vivent et de découvrir l'origine de ce mal étrange.

Les habitants de la région sauront-ils mettre leur méfiance et leurs préjugés de côté au nom d'une cause commune?

J'ai beaucoup aimé cette série qui nous plonge dans un monde tout simplement fascinant. Gaudin prend le temps de créer des peuples aux cultures et aux philosophies complexes, ce qui donne beaucoup de crédibilité à son récit et qui rend très intéressante l'interaction souvent tendue entre les personnages principaux. Ces derniers sont d'ailleurs très attachants. On s'inquiète pour eux et on est véritablement touchés lorsqu'il leur arrive malheur.

Les dessins de Peynet sont magnifiques. J'ai beaucoup aimé les subtiles différences anatomiques entre les peuples, comme si l'évolution amenait chacun dans une direction différente. Les décors sont superbes et les créatures sauvages sont à la fois fantastiques et parfaitement crédibles.

Vraiment, une lecture captivante qui m'a plongé dans un monde merveilleux. Avec des lectures pareilles, qui a besoin du Club Med? Pas moi! J'ai drôlement hâte de lire la suite!

Stark Industries


Trop cool... dommage qu'il n'ait été disponible qu'une seule journée. Quel étrange concept de marketing...

Trouvé ici.

Phoenix Jones empêche un vol de voiture



J'ai déjà parlé de ce type, ici.

Trouvé ici.

Des murales pour Lyon

Je n'avais jamais entendu parler de ça, merci Yves! Pour marquer le 400e de la fondation de Québec, la ville de Lyon a commandé des murales à des bédéistes et illustrateurs québécois, parmi lesquels figurent certains de mes préférés, tels que Godbout, Rodier et Bergeron.

Ci-dessous, la murale de Jean-Paul Eid, tout simplement magnifique, dont voici la description: Pour Jean-Paul Eid, la ville de Québec a les pieds bien enracinés dans le fleuve et la tête dans le ciel. Le pont de Québec est devenu une passerelle entre les édifices d'où sortent les canons de Frontenac et entre lesquels circule le bateau de Champlain.

Des influences d'un prof...

"A teacher affects eternity; he can never tell where his influence stops."


--Henry Adams, journaliste, historien et écrivain américain.
 
Une autre trouvaille d'Yves.

Les 10 meilleures couvertures de Thor

La sortie du film de Thor en DVD (pas très bon, malheureusement) n'est qu'un prétexte pour que je partage avec vous mes couvertures préférés de Thor. Les voici, en ordre chronologique.

Thor #145 par Jack Kirby (1967)

Thor #273 par John Buscema (1978)

Thor #318 par Gil Kane (1982)

Thor #324 par Ed Hannigan (1982)

Thor #337 par Walter Simonson (1983)

Thor #356 par Bob Layton (1985)

Thor #378 par Walter Simonson (1987)

Thor #71 par Scot Eaton (2004)

Thor #75 par Bill Sienkiewicz (2004)

Thor #4 (2007)

Univers


Trouvé ici.

24 septembre 2011

Traduire les pensées en images

Merci à Yves pour avoir attiré mon attention sur cette nouvelle absolument prodigieuse:

The future of mind reading is here. Scientists at Gallant Lab, UC Berkeley have created a computer program that can translate brain wave patterns into a moving image. They call it "Natural Movies."


The images are the result of visual perception in subjects watching hours of YouTube videos. As their brains processed the stimulus sent by their eyes, an fMRi machine recorded brain activity and a computer program translated those signals into a fair representation of what was going through the subject's mind.


The video below shows the mind reading results and there's no denying that, although this technology is in its infancy, its future development should benefit a wide variety of human activities.


Idées de suites pour Star Wars



Hilarant! Trouvé ici.

Fett attrape toujours son homme...


... ou son hobbit!

Trouvé ici.

Le test de Bechdel


C'est tellement vrai. Pensez-y: combien de vos films préférés échouent le test de Bechdel?

Réponse: la vaste majorité.

Le site FSR vous propose 10 films bien connus qui ne passent pas le test.

10 films pourris malgré d'excellents acteurs


Pajiba dresse la liste de 10 films qui sont nuls malgré la présence d'excellents acteurs. Je n'ai pas vu tous ces films, mais en ce qui concerne ceux que j'ai vus, je dois dire que je suis totalement en accord avec leur liste:

America’s Sweethearts
Batman Forever & Batman and Robin
All the King’s Men (jamais vu, c'est si mauvais que ça?)
Mars Attacks!
The Ben Stiller Trifecta: Meet the Fockers/Little Fockers, Night at the Museum/Battle of the Smithsonian, Starsky and Hutch
Honorable Mention: 80 percent of Woody Allen’s movies since 1990.

Dans la forêt des Ewoks...


Ce papa ajouté des Ewoks à ses photos de famille pour que sa fille, qui tripe sur Star Wars, croit qu'elle a visité la forêt d'Endor.

Trouvé ici.

American Teacher



Wow. Il a l'air vraiment intéressant, celui-là!

Psychiatric Tales


De tous les adjectifs qu'il m'ait été donné d'utiliser pour décrire une BD dans le passé, je ne me souviens pas d'avoir eu recours à "nécessaire" et "courageux". Mais dans le cas de celle-ci, je vais le faire.

Cette BD britannique de Darryl Cunningham raconte des faits vécus. L'auteur a travaillé dans un hôpital psychiatrique pendant des années et a également étudié dans le domaine. Il sait de quoi il parle. Ce qu'il a à dire est très pertinent.

Le but avoué de son livre est de démystifier les maladies mentales. C'est très ambitieux. S'il est un tabou qui persiste, c'est bien celui-là. Et pourtant, je crois qu'il réussit.

Son livre s'attaque d'abord à plusieurs maladies mentales, telles que la schizophrénie, la dépression, le trouble bipolaire, etc. Il aborde toujours le sujet par des observations personnelles ou des faits vécus, puis tente d'expliquer (avec une empathie remarquable) le fonctionnement de la maladie et ce que cela signifie pour une personne qui en souffre.

Et finalement, au dernier chapitre, l'auteur se livre de façon tout simplement poignante. Avec un courage extraordinaire, simplement et sans rien embellir, il nous raconte ses propres difficultés, nous expose ses propres démons et nous parle de sa guérison. Renversant.

Les récits, tous captivants et saisissants, sont magnifiquement illustrés par l'auteur dans un style bicolore et très géométrique qui rappelle le cubisme. Ses planches sont magnifiques.

Elle vaut vraiment le détour, celle-là! Et, à mon avis, elle devrait être traduite et distribuée à grande échelle.

22 septembre 2011

Le fond du trou


Je suis un fan fini de Jérôme Bigras depuis très, très longtemps. J'ai découvert le personnage... ouf, ça doit bien faire une bonne vingtaine d'années de ça, dans les pages du magazine Croc. J'ai été immédiatement accro (pardonnez ce petit jeu de mot facile destiné à mon sidekick, Yves).

Bigras, pour ceux qui ne le connaissent pas, est l'archétype du gros banlieusard épais. Mais sa vie n'a rien d'ennuyeuse. Accompagné de Rex, sa fidèle tondeuse à gazon, Bigras se retrouve plongé (bien malgré lui) dans des aventures loufoques, rocambolesques et carrément pissantes.

Quel plaisir de retrouver un personnage qu'on aime après tant d'années.

En effet, après ce qui doit bien être plus d'une décennie d'absence, Jean-Paul Eid a décidé de redonner vie à son personnage dans une nouvelle BD intitulée Le fond du trou.

Et le titre est tout à fait approprié car la BD en question est véritablement percée d'un gros trou qui en traverse toutes les pages.

Et c'est mal connaître Eid que de penser que le trou en question n'est qu'une gimmick. Non. Le trou est intégré à chacune des planches et joue un rôle de premier plan dans l'histoire. En effet, celui-ci n'est pas seulement visible par le lecteur, mais également par les personnages eux-mêmes qui interagissent avec le fameux trou tout au long du livre. Celui-ci leur premet d'entendre ou de voir ce qui se passe dans les pages suivantes. Certains personnages s'en servent même pour "voyager dans le temps" à travers la BD, c'est-à-dire pour reculer dans le passé ou pour faire un saut de plusieurs pages dans l'avenir. Parce que le temps, dans cette BD, se calcule en pages, évidemment.

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire cette BD. Même si, je dois bien l'avouer, ce n'est pas la meilleure BD de Bigras que j'ai lue. J'ai trouvé le scénario parfois décousu et confus. Toutefois, la présence de nombreux gags très réussis m'a fait oublier ces détours parfois étranges. Les clins d'oeil aux mangas, au Temple du soleil et à Julius Corentin Acquefacques n'ont pas manqué de me faire sourire. La "jungle" que traverse Bigras, qui a davantage d'aspects en commun avec un Canadian Tire qu'avec l'Amazonie, était à se rouler par terre de rire. Les nouveaux personnages qu'introduit Eid sont également très amusants, en particulier ce vieux puriste qui s'exprime avec des phylactères à la Hergé et qui ridiculise l'idée du trou dans une BD.

Oui, tu lis tout bonnement ta BD quant subitement, l'un des personnages lui-même la qualifie de pitoyables galipettes d'un bouffon en fin de course qui, pour attirer l'attention, nous ressert ces bricolages futiles et abrutissants. Ha! Ha! Ha! Du grand Eid!

Bref, une lecture amusante et divertissante. J'espère ne pas avoir à attendre aussi longtemps avant de revoir ce cher Bigras!

18 septembre 2011

Australopithecus sediba


Fascinante découverte:

Two-million-year-old bones—and possibly skin—from a pair of primate fossils are offering new insight into the apelike species that may have given rise to the first humans. Known as Australopithecus sediba, the ancient human ancestor was discovered in the Malapa region of South Africa in 2008 and was described for the first time last April.


Now a suite of five studies, published in this week's issue of the journal Science, is delving deeper into the species' unusual mix of human and apelike traits to help refine A. sediba's place in the time line of human evolution.


After examining A. sediba's anatomy, for instance, scientists think they may have evidence that the species was capable of making and using tools.


In addition, the team thinks it may have found samples of fossilized skin. If confirmed, the discovery would mark the first time any type of soft tissue has been recovered from an early human ancestor.


(...) The A. sediba skeletons belong to a male child in his early teens and a female thought to be roughly 30 years old. The pair likely died within days or perhaps even hours of each other and may have been related. The two primates apparently fell into a chasm, coming to rest in an underground cave system also littered with the bones of other animals. Over time this ancient "death trap" filled with breccia, a cemented stone material that helped preserve the remains.


The new studies build on previous work showing that A. sediba possessed an unusual mix of primitive and derived—or humanlike—traits. For example, the partial pelvis and right foot of the adult female suggest that A. sediba was capable of standing and walking upright. Its ankles were very humanlike, but it had thin, apelike heels. This odd combination of foot features suggests the 4-foot-tall (1.2-meter-tall) A. sediba almost certainly still climbed trees, the team says, yet was also capable of walking upright on the ground, much like a human.


(...) Also surprising are A. sediba's hands and brain, which, when considered together, raise the possibility that the creature had the capacity to create and use stone tools. Using powerful x-ray scans, the team created a virtual mold, or endocast, of the braincase of the A. sediba child. "With every heartbeat, the brain pounds out its shape on the developing skull of a child, eventually leaving a beautiful impression of the external shape and form of the brain on the inside of the skull," study co-author Kristian Carlson, also from the University of Witwatersrand, explained in a statement. "By mapping the contours of this surface, a clear image of the original brain located in the skull can be produced."


The endocast shows that the overall shape and organization of A. sediba's brain was similar to that of modern humans yet was surprisingly small—only about a quarter the size of a modern human brain, or a little larger than the brain of a chimpanzee. "What this study is showing reinforces the idea that our brains began reorganizing [into a more humanlike configuration] before there was any dramatic change in size," George Washington University's Richmond said.

A. sediba's possible abilities as a toolmaker are also supported by an analysis of the right hand of the female skeleton, which is the most complete hand yet known from an early hominin—the term that refers to our ancestors and their close evolutionary relatives. The hands of most early hominins are known from just a few isolated bones gathered from different individuals and cobbled together. But in the case of the A. sediba female, only a few hand bones—the tips of four fingers and a wrist bone—are missing. The fossil hand shows A. sediba had a relatively long thumb compared with its other fingers. This would have given the species a remarkably humanlike "precision grip," which is necessary for making stone tools. A precision grip is one that involves the thumb and fingers but not the palm. Other primates are capable of some precision grips, but humans are unique in their ability to apply force with these grips and use them for fine manipulations. According to the study authors, A. sediba would have an excellent precision grip. In fact, its hands might have been even more agile than ours, because of its longer thumb.

Gagnez une femme!

Certains concours te permettent de gagner un char, une croisière ou de l'argent. En voici un qui te permet de gagner... une femme!

C'est pas des crisse de farces. C'est sérieux! Voyez par vous-mêmes:

Edmonton radio station 100.3FM The Bear is "giving away a wife."



Partnering with a mail order bride company called A Volga Girl, The Bear is appealing to listeners "interested in potential holy matrimony with a hot foreign chick." They're calling the contest "Win A Wife" and have received entries from some men who are seeking genuine companionship, but also others who desire little more than someone to be their sexual partner and maid.


Offended and outraged, Edmonton listener Elicia Elliott has started a petition on Change.org to get this contest cancelled.

C'est vraiment hallucinant. Mesdames, voilà que vous êtes officiellement devenues un bien de consommation comme un autre qui peut être gagné dans un concours.
 
Pincez-moé quelqu'un...
 
Si cette nouvelle vous répugne autant qu'à moi, je vous invite à dénoncer cette horreur en signant cette pétition.

Le pape en prison?

Je sais, je sais... mais on peut toujours rêver! Extrait de la nouvelle:

Une association de victimes de prêtres pédophiles catholiques a mené mardi un coup médiatique contre le Vatican, en déposant un dossier «pour crimes contre l'humanité» devant la Cour pénale internationale (CPI), une démarche essentiellement symbolique.


(...) Dans sa requête, SNAP accuse le pape Benoît XVI, le cardinal américain William Levada, qui lui a succédé à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi en 2005, le secrétaire d'État, l'Italien Tarcisio Bertone, et son prédécesseur Angelo Sodano, d'avoir «toléré et rendu possible le camouflage systématique de crimes sexuels contre des enfants».


Des membres de SNAP venant d'Allemagne, des États-Unis, des Pays-Bas et de Belgique -quatre pays touchés par le scandale pédophile dans l'Église- sont allés à La Haye déposer leur demande d'ouverture d'enquête visant le pape et les trois cardinaux «pour leur responsabilité directe en tant que supérieurs hiérarchiques».


L'organisation a aussi entrepris une tournée d'information qui la conduira à Amsterdam, Bruxelles, Berlin, Paris, Vienne, Londres, Dublin, Varsovie, Madrid et Rome, pour y «porter sa plainte aux portes du Vatican».


Interrogé, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Chapeau!
 
La caricature provient d'ici.

Quand des chrétiens boycottent Superman...


Croyez-le ou non, cette pseudo-controverse est bien réelle.

Y'a pas que DC Comics qui a fait des reboots...


Doonesbury se paie la gueule de Palin



Le créateur du comic-strip  Doonesbury a obtenu avant tout le monde une copie de la biographie non-autorisée de Sarah Palin et, de toute évidence, il a un plaisir fou à s'en moquer.

Il utilise un de ses personnages, journaliste à Fox News, dans tous ses gags. Ce dernier se tape la biographie et essaie tant bien que mal de trouver un angle positif et flatteur pour chaque truc scandaleux qu'il y découvre. Hilarant.

11 septembre 2011

Andrew Myers


Vous n'hallucinez pas, cette oeuvre a été réalisée en 3D sur des vis! Tripant.

Trouvé ici.

Isaac Cordal


Il faut absolument que vous alliez voir les autres photos de ce type-là, chez le Zèbre. Wow!

Michael Reedy


Je suis fasciné... même si je ne suis pas trop sûr de la façon de l'interpréter...

Trouvé ici.

Linnea Strid


Regardez de plus près. Ceci n'est pas une photo, c'est un tableau. Génial.

Trouvé chez le Zèbre.

Ma contribution patriotique

C'est le 11 septembre... on ne parle que de ça sur le net, à la télé et à la radio. Je pense que ça fait dix fois que j'entends l'hymne américain aujourd'hui.

T'sais, trop de patriotisme, c'est comme trop de sucre. Ça tombe su'l'coeur.

Mais bon, tout le monde le fait, alors voici ma contribution:



Trouvé ici.

Dioné a une atmosphère!


Quelle découverte remarquable:

Saturn's icy moon Dione has an atmosphere, albeit a thin one, astronomers have discovered.



NASA's Cassini spacecraft revealed Dione's atmosphere during a recent close flyby of the Saturnian satellite. Cassini's data showed that Dione leaves behind "fingerprints" as it sweeps through Saturn's huge magnetic field.


"If a moon did not possess an atmosphere at all—if it was simply an ice ball—the magnetic field lines wouldn't be disturbed at all upstream of the moon, because you need conductivity to disturb the field," said study co-author Sven Simon. "You only get that [disturbance] when you have charged particles, for instance, from a moon's atmosphere," explained Simon, of the Institute of Geophysics and Meteorology at the University of Cologne in Germany. "Dione's atmosphere is strong enough to disturb [Saturn's] magnetic field."

10 septembre 2011

X-Men: First Class


C'est avec un plaisir fou que je me suis tapé ce film hier soir. Bon, OK, je l'avoue, je me suis endormi vers le milieu et j'ai dû le terminer ce matin, mais ce n'est pas du tout parce que c'était plate. C'est tout simplement parce que je suis crevé. C'est la norme depuis que je suis papa. Regarder un film tout d'une traite est un événement rarissime maintenant.

McAvoy et Fassbender sont vraiment excellents. Le scénario est intelligent, le contexte culturel et historique des 60s est génial, la musique est tripante... définitivement un des meilleurs films de super-héros que j'ai vus. Et le meilleur film de X-Men jusqu'à date. Quand j'ai vu le bout avec Wolverine, je me roulais à terre! ;-D

Seul problème pas majeur mais un peu fatiguant: un paquet d'éléments du scénario sont incompatibles ou contredisent carrément ce qui s'est passé dans les films précédents. Certains sont subtils, d'autres crèvent les yeux. M'semble qu'ils auraient pu faire un peu plus attention.

9 septembre 2011

Bobacon


Cool! Le vieux geek en moi jubile comme une p'tite fille devant une photo de Justin Bieber! ;-)

Trouvé ici.

Les 10 meilleures couvertures des X-Men

Le nouveau film X-Men qui sort aujourd'hui en DVD (et que j'ai vraiment hâte de voir) m'a inspiré à choisir mes 10 couvertures préférées des différentes séries X-Men.


Première position: Uncanny X-Men #141 par John Byrne (1981)
Un classique, le premier numéro de l'histoire intitulée "Days of Future Past". Quelle extraordinaire cover. Un vieux Wolverine aux tempes blanches et une Kitty Pride adulte au visage émacié, tous les deux surpris par un faisceau de lumière menaçant braqué sur eux. Et derrière, des affiches qui clament la capture ou la mort de leurs coéquipiers. Wow.


Deuxième position: Uncanny X-Men #234 par Marc Silvestri (1988)
Magnifique couverture qui ne requiert aucune légende. La position du corps à la fois tendu et abattu, le projecteur qui illumine la lugubre scène... le résultat est poignant. Sans parler de la signification de ce qui se présente à notre regard: Wolverine qui se métamorphose en Brood! Le plus violent et imprévisible des X-Men transformé en espèce de alien assoifé de sang? Wow. OK... je sais, ça ne devrait pas être possible avec les os en adamantium, mais bon...


Troisième position: Astonishing X-Men #2 par John Cassaday (2004)
Cette couverture est rendue encore plus efficace par le bleu omniprésent, à part pour le rouge vif qui représente l'éclat du regard de Cyclops, entre les doigts d'Emma. J'adore.


Quatrième position: X-Men: First Class #1 par Marko Djurdjevic (2006)
La plus belle image des membres fondateurs qu'il m'ait été donné de voir. Très dynamique et j'aime les plumes qui se détachent des ailes d'Angel.


Cinquième position: Uncanny X-Men #205 par Barry Windsor-Smith (1986)
Magnifique en tous points. Cette image me rend claustrophobe. Remarquez le squelette à gauche. Étourdissante de détails! Du grand Windsor-Smith.


Sixième position: X-Men Unlimited #30 par Michael Golden (2001)


Septième position: Uncanny X-Men #449 par Greg Land (2004)


Huitième position: Uncanny X-Men #472 par Chris Bachalo (2006)


Neuvième position: X-Men Unlimited #3 par Bill Sienkiewicz (1993)


Dixième position: Ultimate X-Men #46 par Brandon Peterson (2004)

Le lama a tout compris!

Extrait de la nouvelle:

Selon le dalaï-lama, l'un des secrets du succès de la promotion d'une harmonie religieuse d'après-11-septembre est de cesser de critiquer les religions en se basant sur les gestes destructeurs posés par certains fidèles.

(...) «Si vous critiquez l'islam en raison des gestes posés par une poignée de musulmans, il vous faudra aussi, en toute logique, dénoncer toutes les religions», a soutenu le chef spirituel du Tibet devant une salle bondée. «Créer ce genre d'impression négative à propos d'une religion en particulier est quelque chose qui n'a aucun sens», a-t-il poursuivi.

T'as tout compris, mon chum! Là, tu parles! Dénonçons TOUTES les religions également! Après tout, elles le méritent autant les unes que les autres!

Quand nos "élites" font le party...

Les gens qui contrôlent et exploitent le Québec sont sortis de leurs tours corporatives, de leurs manoirs et de leurs châteaux pour venir fêter au centre-ville, sous le couvert d'une bonne cause. Ils ont décidé de donner une infime partie de leurs colossales fortunes -cachées dans des paradis fiscaux- à l'Institut de cardiologie. Ne vous inquiétez pas pour eux, c'est sûrement déductible d'impôt.

Le vrai pouvoir du Québec fédéraliste, c'est eux. Ils possèdent l'argent, les connections, l'influence, les partis politiques et les médias d'information. Ils ont les mains sur les leviers du pouvoir. Ils se créent des premiers ministres et des présidents pour servir leurs intérêts.

Ils opèrent habituellement dans les coulisses, derrière les rideaux, loin des caméras, question de donner au petit peuple l'impression de démocratie. Mais de temps en temps, ils se montrent à la lumière du jour pour boire du vin et se gaver de fine cuisine. Pour un bref instant, le rideau se lève, les prétentions tombent et on peut apercevoir qui sont les vrais maîtres de la province of Québec.

Si vous avez envie de les voir se pavaner, cliquez ici.

Coeurs faibles s'abstenir.