28 octobre 2011

Les aventures de Northstar IV

Extraits de The Uncanny X-Men #414 et 417 (décembre 2002, mars 2003)

Scénario: Chuck Austen, Dessins: Sean Phillips

Le numéro 414 a une signification toute particulière pour moi.
 
En effet, lorsque j'ai appris que Chuck Austen, le scénariste de la série Uncanny X-Men (que je connaissais via un fanzine consacré à Iron Man auquel j'ai contribué pendant quelques temps) avait l'intention de recruter Northstar dans la célèbre équipe de mutants, j'ai été emballé. Je savais que M. Austen était près des lecteurs et qu'il prenait régulièrement en considération les suggestions que lui faisaient les fans. Je l'ai alors contacté pour lui offrir mes services. Il m'a répondu dès le lendemain avec beaucoup d'enthousiasme.


Je lui ai expliqué que Northstar avait toujours été un personnage que j'aimais bien, mais que ce dernier manquait parfois d'authenticité parce que les auteurs qui lui donnent vie n'ont souvent aucune connaissance de la culture québécoise. Dans la vraie vie, les Québécois n'utilisent pas des expressions comme "sapristi" ou "sacrebleu". Je lui ai alors fait parvenir une liste d'expressions québécoises diverses. Quelle ne fut pas ma suprise de voir deux des expressions que je lui avais proposées dans les pages du numéro 414, le premier numéro mettant en vedette Northstar.

Ce fut vraiment agréable de quitter le rôle de simple spectateur et d'apporter ma contribution, aussi humble soit-elle, à un comic qui a été lu à travers le monde. Je partage avec vous ici quelques cases de ce numéro qui a maintenant une place de choix dans ma collection.
 


 
Lorsque j'ai écrit à Chuck Austen, ce n'était pas seulement pour lui suggérer une liste d'expressions authentiquement québécoises, c'était également pour lui parler un peu de notre identité. Je lui ai expliqué qu'aux yeux de plusieurs Américains, il n'y a pas de différence apparente entre un Français et un Québécois. Je lui ai expliqué que cela n'était pas le cas, que nous étions aussi différents de nos cousins européens qu'un Américain l'est d'un Britannique ou qu'un Mexicain l'est d'un Espagnol. Il semblerait que, une fois de plus, mes explications ne soient pas tombées dans l'oreille d'un sourd, comme le démontre bien cette case extraite du numéro 417.


6 commentaires:

fylouz a dit…

Génial, et félicitations !
Personnellement, les rares fois où j'ai osé écrire à un éditeur U.S., ce fut en pure perte et je me suis toujours dis que j'avais été bien naïf d'espérer une réponse. Mais peut-être as tu su tout simplement exposer tes arguments de façon sensible et convaincante.

Loulou a dit…

Wow, impressionnée que je suis! Encore une preuve que quand on s'implique...

Loulou a dit…

Je remarquai que tu lui a fait part des versions politically correct de blasphèmer à la québécoise. Calique!

Fred a dit…

WOW! Bravo!

Prof Solitaire a dit…

@ Fylouz: Peut-être, ou comme je l'écrivais, le fait que j'avais déjà eu un contact très courtois avec le type auparavant (quand il avait écrit la série U.S. War Machine) et qu'il me connaissait déjà a probablement aidé.

@ Loulou, je lui avais écrit une lettre assez complète dans laquelle je lui expliquais les différents "degrés" de blasphème québécois. Je lui avais écrit que s'il utilisait "câlisse", par exemple, un Français n'y verrais que du feu mais qu'un lecteur québécois serait possiblement très choqué. Et que la version "adoucie" dans ce cas serait "calique"... j'ai fait de même, comme tu peux le constater, avec "calvaire" et "calvasse". ;-)

@ Fred: Merci!

Marvel blog a dit…

Waouw! C'est sympa de savoir que tu as apporté ta pierre à cet énorme édifice qu'est cette série.Et cette synthèse sur les deux personnages,vraiment,bravo!