30 juillet 2012

À betôt!

Juste un petit mot pour vous aviser que je me pousse en camping pour une semaine. Je sais, je sais, l'idée de ne pas avoir le privilège d'être illuminé par mes billets vous emplit d'un grand sentiment de détresse et votre vie sera bien vide sans moi.

OK... en réalité, à mon retour, il me restera trois lecteurs et les autres auront oublié que j'existe! Mais laissez-moi mes illusions! ;-)

Je vous laisse avec cette image (trouvée ici) qui illustre bien la petite histoire de ce blogue, à mon avis! ;-)

À plus!


Belle illusion

L'arnaque de 1867

Excellent billet de Lisée qui nous rappelle les aspects les plus outranciers et scandaleux entourant la fédération canadienne de 1867. Tout le monde devrait savoir ça:


(...) C’est qu’il y a un vice de conception. Le premier juillet 1867, date de fondation du pays, fut un jour chômé et les autorités organisèrent plusieurs manifestations (voir ici).  Le haut clergé était très favorable à la confédération, se sachant maître des compétences léguées à la nouvelle province, notamment l’éducation, outil de son autoperpétuation.


Les Québécois, alors appelés Canayens – les autres étaient Les Anglais — se sentaient évidemment concernés. Dans l’intense débat du moment, les leaders du projet, dont le conservateur George-Étienne Cartier, avaient même promis de tenir un référendum sur le sujet. Mais ayant testé la méthode au Nouveau-Brunswick, et s’étant fait dire non, ils ont renoncé à tenir parole.


Des élections ont eu lieu d’août à septembre 1867, faisant office d’élection référendaire. Le Parti rouge — dont le PLQ est le lointain héritier — s’opposait à la confédération, préférant que le Québec reste une province autonome dans l’empire britannique — une souveraineté-partenariat avant la lettre.


Cette élection fut une des plus divertissantes de l’histoire politique. D’abord, ce qui était normal à l’époque, le vote n’était pas secret: les électeurs signaient leur nom dans un grand livre ouvert. Seuls les hommes de plus de 21 ans détenant une richesse minimale avaient le droit de vote, ce qui réduisait l’électorat à une fraction du nombre d’adultes.


Ensuite, le clergé a annoncé que voter pour le Parti rouge serait un «péché mortel», qui conduirait, pour l’éternité, aux flammes de l’enfer. Les prédécesseurs de Mgr Ouellet ont averti que les prêtres refuseraient même de donner l’absolution aux fautifs, assurant ainsi leur damnation. (L’historien Marcel Bellavance a montré qu’effectivement, moitié moins d’absolutions furent consenties aux Pâques suivantes qu’aux précédentes.) Par mesure préventive, des curés refusaient aussi l’absolution, en confession, aux ouailles qui avouaient lire les journaux de l’opposition.


Résultat: 40% des électeurs ne se sont pas présentés, refusant de commettre ce péché, réduisant d’autant le bassin électoral. D’autres techniques furent mises en œuvre:


L’escamotage : Pour être candidat, il fallait être présent, au jour et à l’heure dits, pour un «appel nominal» des candidatures. Pourquoi ne pas kidnapper le candidat adverse –on disait escamoter — le temps de la procédure? Cela est arrivé dans trois comtés, au profit des conservateurs.


L’achat: Ailleurs, le candidat conservateur, parfois avec l’assistance du curé, proposait au candidat libéral une somme d’argent ou une nomination (les nominations devaient être approuvées par le clergé). En échange, le libéral retirait sa candidature au moment de l’appel nominal, ce qui avait pour effet de faire élire sur-le-champ le conservateur. Ce fut le cas dans deux comtés.


Le défranchisage: Les officiers chargés de l’appel nominal, souvent conservateurs, avaient le pouvoir de «défranchiser» une paroisse, c’est-à-dire d’y annuler l’élection, sous divers prétextes. Les quartiers libéraux du comté de L’Islet -la moitié des électeurs- furent ainsi «défranchisés», comme trois paroisses libérales de Kamouraska, donnant dans les deux cas une courte victoire aux conservateurs.


Dans cette élection, la plus frauduleuse de l’histoire du Québec, même au regard des standards de l’époque, 45% des électeurs (donc une majorité de francophones, car les anglos votaient conservateur) ont quand même bravé les interdits pour voter contre la fédération. L’adhésion du Québec au Canada a donc été décidée par moins de 10% des adultes, moins de 20% des hommes adultes. Les Canayens de l’époque savaient et les historiens d’aujourd’hui savent, que s’il s’était agi d’un vote libre, l’électorat aurait très majoritairement refusé l’entrée au Canada.


Ces faits sont évidemment perdus dans la mémoire collective. Mais ils aident à comprendre pourquoi la date du premier juillet 1867 n’a jamais constitué, pour les francophones du Québec, un moment fort. Voilà pourquoi on ne s’est pas transmis, de génération en génération, le goût de célébrer… une fraude.


Et encore…


Certains accusent les «séparatistes» d’avoir voulu nuire au Canada en faisant du premier juillet, la date légale de la fin des baux, plutôt que le premier mai comme c’était le cas auparavant. En fait, le changement fut décidé par le ministre libéral de la justice, Jérôme Choquette, grand pourfendeur de séparatiste en 1971. La raison: ne pas perturber l’année scolaire des enfants affectés dans les déménagements.



Histoire récente de l'Iran



Merci à l'engagé qui m'a dirigé vers cet excellent résumé de l'histoire de l'Iran. C'est une bonne idée de se remémorer le passé, surtout dans la présente conjecture d'escalade de tension qui pourrait mener à une nouvelle guerre.


Mythes à propos de la hausse

Gargantua d'Honoré Daumier



Extrait de la description de Wikipédia: 



En 1828, Daumier réalise ses premières lithographies pour le journal La Silhouette. En 1830, durant le règne de Louis-Philippe, lorsque Charles Philipon lance le journal humoristique, La Caricature, Daumier rejoint son équipe, qui comptait aussi Achille Devéria, Auguste Raffet et Grandville, et commence sa série de dessins satiriques, en prenant pour cible la bourgeoisie, la corruption des magistrats et l'incompétence du gouvernement.


(...) Ses caricatures lui apportent une immédiate célébrité, mais lui valent également des ennuis avec la justice. Sa caricature du roi Louis-Philippe représenté en Gargantua conduit Daumier à la prison Sainte-Pélagie pour une peine de six mois de détention en 1832.



Je suis hypnotisé...




matmoon

Ismael Bergara

Speculum Historiae

Le Gaulois mourant

Superbe photo de ce qui est probablement ma sculpture préférée:



Et une version peinte de la statue qui n'est pas mal du tout (par skratek):


29 juillet 2012

15 oeuvres d'art controversées

Difficile (et un peu prétentieux) de vouloir dresser la liste des 15 oeuvres d'art les plus controversées quand il en existe des milliers. Mais, le site Pop Crunch nous offre tout de même une liste intéressante:


1) La ‘Holy Virgin Mary’ de Chris Ofili, tableau dans lequel a été incorporé des découpures pornos et qui a également été maculé d'excréments d'éléphant. J'avoue qu'il est difficile de traumatiser des chrétiens mieux que ça! Quoi que le suivant y arrive plutôt bien...






2) ‘Piss Christ,’ d'Andres Serrano est la photographie d'un crucifix qui a été submergé dans l'urine de l'artiste. Cette oeuvre a eu la vie dure aux États-Unis. Elle a été vandalisée à plusieurs reprises et a provoqué une pluie de lettres vitrioliques et de menaces de mort. 






3) ‘Loose Lips Sink Ships de Peter Lagenbach est une sculpture qui représente Bill Clinton et Monica Lewinsky dans un bain. Après avoir été bannie d'une première galerie d'art, l'oeuvre a trouvé refuge dans une autre.






4) ‘Yo Mama’s Last Supper‘ est une photographie de  Renée Cox qui recrée la Dernière Cène, sauf que les apôtres sont tous Noirs et que l'artiste elle-même, nue, remplace le Christ au centre. Des groupes religieux ont été offensés et Rudy Giuliani lui-même a tenté de la faire disparaître de la galerie sous prétexte qu'elle est "morally offensive"






5)  La statue ‘Piss’ de David Černý, située à Prague, représente deux hommes qui pissent. Comme l'explique le site: The most innovative feature of this statue is that the men’s upper bodies swivel at the pelvis, so that their respective penesia are in their respective hands, and it is only then that they let forth a glorious stream of fluid. The posture of the two men is respectable, almost proud, creating a humorous juxtaposition between the seeming reverence of the subject and the perceived obscenity of the act being committed. 






6) David Černý obtient une seconde place dans ce palmarès avec sa sculpture ‘Shark’: a  life-size realistic model of former dictator Saddam Hussein, suspended in a large tank of formaldehyde. L'oeuvre a été bannie en Belgique et en Pologne.







7) ‘Everyone I Have Ever Slept With 1963–1995‘ est une oeuvre de Tracey Emin. Il s'agit d'une tente dont la toile a été brodée des noms de toutes les personnes avec qui l'artiste a couché entre les dates mentionnées. On parle ici de "coucher" dans les deux sens du terme: sexuel et platonique. L'oeuvre a été détruite dans un incendie. La presse britannique s'est moqué de cette perte en la qualifiant de ‘rubbish.’






8) ‘Miss Kitty‘ est une sculpture de Paolo Schmidlin qui transforme le pape Ti-Ben XVI en travesti au regard coquin. Des organisations catholiques ont multiplié les tentatives de censurer l'oeuvre, évidemment. 






9) La ‘Fontaine’ de Marcel Duchamp est tout simplement un urinoir placé sur le côté. L'oeuvre a créé toute une polémique à l'époque: The work was completed in 1917 and it made (what was at the time) an incredibly radical statement: that art is more or less what we make it, and is sometimes no more than seeing a familiar object in a new light. Needless to say, not everyone in 1917-land agreed, and the statue became an intense topic of debate among artists and citizens alike.






10) ‘Eres Lo Que Lees’ (Tu es ce que tu lis) de Guillermo Vargas est la seule oeuvre de cette liste qui me choque personnellement: The work consisted of a seemingly starving dog, chained to a wall in the gallery with the title of the work spelled out in dog biscuits, just out of the animal’s reach. (...) Vargas received a number of death threats during the exhibition (...) The gallery’s director insisted that the dog was being fed, but it really didn’t look like it. (...) Vargas has stated that reactions to his piece highlight the hypocrisy of a society which doesn’t care about a dog dying in the street, but finds one being chained to a wall in a gallery abhorrent. 






11) La sculpture ‘Call Me Ishmael‘ de Joe Davis n'est pas encore terminée, si j'ai bien compris. De plus, je ne vois pas très bien ce qu'elle a de controversé, ça me semble être une idée hyper-originale: The sculpture is to serve as a memorial to the victims of hurricanes, and consists of a ten story tall tower that collects the electrical nitrogen that forms in the air during severe storms, converts this energy, and fires it back into the storm in the form of a giant laser beam, with no real effect besides just looking awesome and making the storm weep like a child. Davis has mentioned that he calls his creation ‘Call Me Ishmael‘ because, like captain Ahab, it rages blindly against nature.






12) ‘Virgin in a Condom,’ de Tania Kovat est exactement ce que le titre dit. Elle a déchaîné les chrétiens d'Australie et de Nouvelle-Zélande. 






13) ‘Down by the Lake With Liz and Phil‘ est une sculpture de Greg Taylor à Canberra. La statue représente Elizabeth II et le prince Philip assis sur un banc devant le parlement. Qu'y a-t-il de controversé là-dedans, me dites-vous? Ben voilà: they’re both completely naked. As soon at the statue was erected, royalists and people who don’t want to see the Queen naked alike sought the artwork’s destruction, and only a week after its opening, someone successfully beheaded the Queen, thus rendering the sculpture far less creepy than in its original form.






14) ‘Myra‘ est un tableau de Marcus Harvey représentant Myra Hindley créé avec les traces de mains de jeunes enfants. Qui est cette Myra Hindley? Myra Hindley, along with Ian Brady, was responsible for the vicious murder of five children aged between 10 and 17 in the years 1963 to 1965. Dès sa première exposition, l'oeuvre a été éclaboussée d'encre et d'oeufs par des membres du public, outrés. 






15) Paolo Schmidlin ferme la liste avec sa sculpture ‘Porno Queen’. Est-il nécessaire d'expliquer en quoi cette oeuvre est controversée? ;-)






Plusieurs autres oeuvres auraient mérité d'être mentionnées, je pense entre autres à Ron English, Salvador Dali, Sun Yuan, le trou d'homme de Martin Bureau, le Great Wall of Vagina de Jamie McCartney, Merde d'Artiste de Piero Manzoni, le bébé-mouette de Xiao Yu ou encore La Cène de Marithé et Girbaud que je trouve, personnellement, fascinante:











Des salafistes appellent à boycotter la tomate


Ça ne s'invente pas quelque chose d'aussi con:



(...) un groupe de salafistes a fait parler de lui en exhortant les musulmans du monde entier à ne plus consommer de tomates, car désormais classées "aliment chrétien"...


(...) Voici le message diffusé sur Facebook : “Manger des tomates est interdit parce que les tomates sont chrétiennes. [La tomate] loue la Croix au lieu d'Allah et dit qu'Allah est trois [en référence à la Trinité]. Je vous en conjure, faites circuler cette photo car il y a une sœur de Palestine qui a vu le prophète d'Allah [Mahomet] dans une vision. Il pleurait et mettait sa nation en garde contre le fait de manger des tomates. Si vous ne diffusez pas ce message, sachez que c'est le diable qui vous en a empêché.”  





Merci, encore une fois, au sidekick.





Batman, héros de la droite?


Siroka a pondu un billet fort intéressant à propos du message politique qui habite le dernier film de Batman. Il mérite d'être lu au complet, mais j'en cite seulement cet extrait:




C’est le retour de la Révolution française et de la Terreur. Comme plusieurs l’ont noté, Bane est la réincarnation de Robespierre à l’ère du terrorisme. Les plus vicieux pourraient voir en lui un avertissement des conséquences d’une gauche extrême au pouvoir, mais le propos de Nolan est plus nuancé: Bane n’est pas un révolutionnaire, mais un nihiliste opportuniste. Son objectif suprême est de réduire la ville (le monde) en poussière. Et ce, à l’aide d’une arme nucléaire dont la détonation n’est possible que grâce à une puissante machine conçue pour générer… de l’énergie verte.


(...) Des policiers élevés au rang de saints, un milliardaire qui sauve le monde, une énergie verte destructrice, le mouvement Occupy Wall Street vilifié (...); voir The Dark Knight Rises dans le contexte du conflit étudiant suscite forcément un parallèle avec le Printemps Érable et le climat social de diabolisation mutuelle. J’imagine le malaise de certains manifestants québécois qui, après la séance, se regardent et conviennent en choeur à une conclusion évidente : «Batman ne porterait pas le carré rouge». J’imagine aussi Jean Charest qui sort du cinéma, scrute des yeux le ciel nocturne, espérant y trouver le bat-signal qui symboliserait une fois pour toutes sa délivrance.






Je me souviens maintenant que cette notion m'a également traversé l'esprit pendant le dernier acte du film. J'avais trouvé que le scénario semblait diaboliser le mouvement Occupy Wall Street... et j'avais également ressenti un certain malaise face à cette notion d'une énergie verte transformée en arme de destruction massive.


Plus j'y repense et plus je suis d'accord avec Siroka...




Merci au sidekick pour ce lien!

La guerre aux paradis fiscaux

Le sidekick attire mon attention sur ce billet du Major Blog qui est à la fois divertissant et terriblement traumatisant:


Le 24 juillet 2012 va passer à l’histoire. C’est à 4 heures 50 (locale) que l’attaque simultanée a eu lieu. L’opération Tan Spectre, a bénéficié d’une force armée comptant plus de 15 000 militaires et policiers. Ils ont mené une intervention surprise dans 7 paradis fiscaux considérés comme étant les plus grands refuges financiers de criminels, terroristes et de fraudeurs boursiers et fiscaux.


Les citoyens des Bahamas, des îles Caïmans, des Bermudes, de Monaco, d’Andorre, de la Suisse, et du Liechtenstein n’en ont pas cru leurs yeux au petit matin. Les institutions financières de leurs pays ont été mises sous séquestre. Toutes, sans exception. Des militaires ont tenu les politiciens à l’écart et procédé à plus de 400 arrestations. Avocats, fiscalistes et banquiers d’affaires ont été tirés de leur sommeil et embarqués dans des fourgons cellulaires.


(...) Si vous trouvez que c’est trop beau pour être vrai. Vous avez raison. J’ai imaginé ce scénario en 2009. 


(...) L’organisme Tax Justice Network affirme que les paradis fiscaux ne cessent de croître. On estime maintenant  au minimum à 21 000 MILLIARDS de dollars la somme totale des actifs qui échappent à l’impôt dans leur pays respectif. Le plus effrayant de l’analyse c’est que seulement 92 000 personnes sont propriétaires de ce magot. Dans une évaluation supérieure, le montant pourrait atteindre 32 000 milliards. Avant de prétendre que c’est de foutaise, sachez que ces chiffres s’appuient sur les données publiques des banques! «Les 50 premières banques destinées aux clients fortunés ont collectivement géré en 2010 plus de 12 100 milliards de dollars dans des investissements transfrontaliers (contre 5400 milliards en 2006), via notamment des trusts qui permettent de dissimuler le nom du bénéficiaire réel de ces placements». A cela, il faut ajouter les plus petites banques ET les sociétés d’investissement qui n’ont pas de structure bancaire et TOUTES celles qui ne publient RIEN car elles sont privées. Vous comprenez mieux pourquoi l’Europe s’écroule sous les dettes et que nos hôpitaux, écoles, institutions et infrastructures manquent cruellement de ressources!


21 000 milliards. Vous trouvez ça énorme? Ça l’est, mais cela ne tient pas compte des avoirs physiques, comme les oeuvres d’art, les bijoux, collections ou les biens immobiliers.




Analogie du chat noir


Trouvé ici. Merci au sidekick!


Marcel Pérez

28 juillet 2012

Top 100 des bouquins de SF et de fantasy


Le site NPR a demandé à ses lecteurs de voter pour leurs romans de SF et de fantasy préférés et a compilé les résultats des 60 000 (!!!) participants. Les 100 bouquins les plus appréciés sont ici. Voici le Top 15:


1) The Lord Of The Rings de J.R.R. Tolkien
2) The Hitchhiker's Guide To The Galaxy de Douglas Adams
3) Ender's Game d'Orson Scott Card
4) The Dune Chronicles de Frank Herbert
5) A Song Of Ice And Fire Series de George R.R. Martin
6) 1984: A Novel de George Orwell
7) Fahrenheit 451 de Ray Bradbury
8) The Foundation Trilogy de Isaac Asimov
9) Brave New World d'Aldous Huxley
10) American Gods de Neil Gaiman
11) The Princess Bride: S. Morgenstern's Classic Tale Of True Love And High Adventure de William Goldman
12) The Wheel Of Time Series de Robert Jordan
13) Animal Farm de George Orwell
14) Neuromancer par William Gibson
15) Watchmen par Alan Moore and Dave Gibbons

Qu'en pensez-vous? En ce qui me concerne, je n'ai jamais été capable de lire LOTR malgré plusieurs tentatives. Ma femme adore le Hitchhiker's guide, alors j'ai lu le premier, mais je n'ai pas beaucoup aimé. Je n'ai jamais lu Orson Scott Card parce que sa série à propos de Ultimate Iron Man était vraiment pas forte. Dune, par contre, est très bon.

Mes préférés dans cette liste sont Fondation (surtout le premier) et Watchmen. Et vous?

J'ai lu 1984 et Fahrenheit 451 il y a une éternité, faudrait que je me les retape... et pour ce qui est de mon Top 10 personnel... hum... je vais commencer par vous laisser la parole.




Les dames de Téviec


Merci à Fylouz qui a attiré mon attention sur ce mystère préhistorique:


Voilà la position presque foetale dans laquelle les deux femmes de l'île Téviec ont été découvertes en 1928, avec leurs bijoux de coquillages. Elles semblaient en paix jusqu'à ce que l'on apprenne qu'il s'agissait d'un crime.


(...) À l'occasion de la préparation d'une exposition à Toulouse, les deux squelettes emblématiques sont passés au peigne fin : «Nous les avons confiés à des médecins légistes et aux méthodes de la police scientifique. Ils les ont analysés comme dans la série des Experts», rapporte Gaëlle Cap-Jedikian.


Le résultat est désarçonnant : ce couple scellé depuis 8 000 ans est en fait constitué de deux femmes. De 25 ans environ, d'1,60m. L'une d'elle porte des traces de coups violents dont deux mortels. Sur d'autres squelettes, on a prélevé des pointes de flèches : «En clair, on est face à une tuerie, conclut Grégor Marchand.


Voilà qui percute notre conception romantique du bon sauvage non violent. Oui, on se trucidait au mésolithique. On peut imaginer que ces cueilleurs-pêcheurs vivaient dans une relative opulence. Que leur territoire a attiré d'autres humains. Qu'ils se sont battus pour leur ressource.» Mais qui les a enterrées de si belle façon? Les agresseurs? Les rescapés? Les scientifiques sèchent, pour l'instant.

C'est très intéressant, même le fait de sauter à la conclusion du meurtre me semble faire preuve d'un manque d'imagination et d'une méconnaissance des sociétés primitives.

Il pourrait s'agir, par exemple, d'un sacrifice religieux. Les sacrifiés se portaient souvent volontaires pour ce type de rituels.

Rien n'indique que les sociétés pré-agraires aient été particulièrement portées sur les guerres et les tueries.







oliviaml

44NATHAN

ErrorJones

Raphael FRANCAVILLA