30 septembre 2012

L'Église de scientologie, un attrait touristique!!!

Si je vous disais que le gouvernement du Québec aide une secte à faire du recrutement, vous vous moqueriez de moi, n'est-ce pas?

J'espère que vous êtes bien assis, parce qu'il y a vraiment de quoi câlisser le camp en bas de sa chaise:


Selon l'Office du tourisme de Québec, l'Église de scientologie est un attrait touristique.

L'institution religieuse controversée, dont l'édifice a été inauguré en 2010 rue Saint-Joseph, a obtenu ce titre il y a environ un an en devenant membre de l'Office du tourisme de Québec (OTQ), ce qui lui confère différents avantages comme celui d'être mis en exergue dans un circuit piétonnier proposé aux touristes pour découvrir les attraits de la ville.

(...) Ainsi, après avoir admiré la Grande Allée, les fortifications, la Citadelle, le Capitole, les marcheurs explorent le jardin et l'église Saint-Roch et la rue Saint-Joseph. C'est là que le guide propose d'aller découvrir l'Église de scientologie de Québec. La description des lieux y est pour le moins élogieuse.

Des employés du Centre Infotouriste (qui relève du ministère du Tourisme et non de l'OTQ) sont mal à l'aise. «L'Église de scientologie est dans un bâtiment sans intérêt, mais sa rubrique essaie de nous faire croire le contraire. Je trouve aberrant de donner un livret qui promeut une secte à mes touristes», a écrit l'un d'eux au Soleil. Il ajoute qu'un de ses collègues a interpellé un directeur de l'OTQ à ce sujet, mais que sa réponse a été vague.

Ne manquez pas, dans un prochain dépliant touristique de Québec, une invitation à visiter le quartier général de la mafia calabraise, le siège social des Hell's Angels et, pourquoi pas tant qu'à y être, les bureaux de recrutement des Raëliens.

Calvaire...



Tolérer ton intolérance

Modèles débiles

La porte familiale

La science des seins


Extrait de cet article un peu étrange, écrit par les auteurs du livre "The Chemistry Between Us: Love, Sex, and the Science of Attraction":


Selon des théories de biologie évolutive, une poitrine abondante était perçue par l'homme comme un signe de bonne santé de la femme en question, qui devenait du coup une option de tout premier ordre pour porter et élever des enfants. Mais les hommes ne sont pas connus pour faire les difficiles concernant leur partenaires sexuels. Après tout, le sperme est bon marché. Puisque nous ne pouvons pas tomber "enceints" ni porter des enfants, cela ne nous coûte pas cher de l'éparpiller à droite à gauche. Si le but principal du sexe - en termes d'évolution - est de transmettre les gènes, cela a plus de sens de coucher avec le plus de femmes possibles, qu'elles ressemblent ou non à la Playmate du mois dernier.

Une autre hypothèse est basée sur l'idée que pour la plupart des primates, l'acte sexuel se résume à une pénétration par derrière. Ceci expliquerait peut-être pourquoi certaines femelles singes exhibent avec un art consommé leur arrière-train. Chez les humains, avec le temps, les seins seraient devenus plus gros pour imiter le contour des fesses féminines.

Nous pensons que ces deux hypothèses sont des foutaises! Sans aucun doute, il n'y a qu'une seule explication neurologique et elle a à voir avec les mécanismes du cerveau qui aident au développement du lien très fort entre une mère et son enfant.

Quand une femme donne naissance, son bébé va commencer une manipulation assez élaborée de la poitrine maternelle. Cette stimulation envoie des signaux au cerveau, déclenchant la production depuis l'hypothalamus d'une substance neurochimique appelée ocytocine. Celle-ci va à son tour stimuler les muscles de la poitrine maternelle pour faire sortir le lait, rendant la mère capable de nourrir son enfant.

Mais la production d'ocytocine a d'autres effets. Quand c'est le bébé qui en est à l'origine, l'attention de la mère se porte sur lui, il devient la chose la plus importante au monde. L'ocytocine, agissant de concert avec la dopamine, aide aussi à imprimer dans le circuit neuronal maternel, le visage, l'odeur et les bruits de son bébé, faisant de la maternité et de l'allaitement une expérience positive, et motivant la mère à la poursuivre, tout renforçant le lien mère-enfant. Ce lien n'est pas seulement le plus beau lien social qui puisse exister. C'est aussi le plus long, qui dure toute une vie.

Une autre étrangeté humaine est que nous sommes parmi les rares animaux à pratiquer l'acte sexuel face-à-face, regardant dans les yeux de l'autre. Nous pensons que cette particularité de la sexualité humaine a évolué dans ce sens pour exploiter le lien séculaire mère-enfant comme moyen d'améliorer la formation du lien entre amants.

Quand un partenaire touche, masse ou mordille les seins d'une femme, cela déclenche le même type de réactions neuronales que l'allaitement. L'ocytocine concentre l'attention du cerveau sur le visage, l'odeur et les sons du partenaire. La combinaison entre l'ocytocine produite par la stimulation de la poitrine, et l'irruption de la dopamine avec l'excitation des préliminaires et du sexe face-à-face, contribuent à créer une association entre le visage et les yeux du partenaires avec des sentiments de plaisir, construisant un lien dans le cerveau féminin.

Bref, vous pouvez plaisanter tant que vous voudrez, mais notre fascination pour vos seins, loin d'être suspecte, est un mouvement inconscient dicté par l'évolution, et qui nous pousse à créer des liens affectifs et nourrissants.

Je ne sais pas trop ce que vous pensez de cette théorie... moi, à première vue, je ne suis pas d'accord et principalement pour deux raisons.

Premièrement, si l'attirance pour les seins était liée à l'expérience de l'allaitement, alors A) les femmes seraient aussi attirées par les seins que les hommes, ce qui n'est pas le cas et B) les enfants manifesteraient le même intérêt pour les seins que les adultes, ce qui n'est pas du tout le cas non plus.

Deuxièmement, l'expérience de l'allaitement et les différentes hormones qui sont produites lors de cette expérience ne sont pas exclusives aux humains, alors il ne s'agit pas d'une explication intéressante.

En effet, seuls les humains développent des glandes mammaires avant la grossesse et considèrent celles-ci attirantes sexuellement. Il faudrait donc élaborer une théorie qui expliquerait, à la fois, pourquoi les hommes sont attirés par les seins et PAS les autres mammifères, ni même les autres primates. Je crois donc qu'il faut plutôt regarder du côté de cette autre exclusivité humaine: la bipédie. Il me semble que ces deux spécificités évolutives humaines sont fort probablement étroitement liées.

Pour ce qui est de leur théorie du sexe face à face comme émulation de l'allaitement d'un enfant... c'est carrément bizarre, à mon humble avis. Ces types-là on des complexes d'Oedipe non-résolus! C'est n'importe quoi, là.

Qu'en pensez-vous?


La petite animation qui coiffe ce billet provient d'ici.


Lelanie-Stock

Michael DiPascale

Jaime Ibarra

29 septembre 2012

Sauvons les riches!

Pauline Marois veut que la taxe sur la santé soit assumée par les riches qui peuvent se le permettre, plutôt que par le p'tit monde qui est déjà saigné à blanc et qui a du mal à joindre les deux bouts.

Mais ne craignez rien pour les riches, ils ont leurs preux défenseurs: le valeureux PLQ et la vaillante CAQ! En effet, ces deux partis déclarent qu'ils ne veulent rien savoir de cette mesure.

C'est dans des moments comme ceux-là que les masques tombent et qu'on voit clairement qui sert les intérêts de qui.

Les riches ont le PLQ et la CAQ.

Il nous reste encore le PQ.

C'est aussi simple que ça dans le fond. Tout le reste est diversion.


Image trouvée ici.

Romney demande pardon aux "sales mendiants affamés"

Si vous suivez un peu la politique américaine et que vous avez entendu parler du fameux commentaire de Romney filmé à son insu (dans lequel il dénigrait la moitié des Américains), alors vous adorerez cette parodie du site The Onion qui m'a fait rire aux éclats.

En voici un court mais hilarant extrait:


SALT LAKE CITY—Seeking to limit the fallout from a videotaped speech in which he asserts 47 percent of Americans “pay no taxes” and do not take “personal responsibility and care for their lives,” Mitt Romney hastily called a press conference today to apologize personally to the “150 million starving, filthy beggars [he] might have offended.”

Saying that he deeply regretted his choice of words at a private $50,000-a-plate fundraising function in May—during which he argued “[his] job is not to worry” about the lower-earning half of the nation’s populace—Romney personally appealed to the country’s “dirt-caked garbage pickers and toothless street urchins” for forgiveness.

“First and foremost, I would like to offer a heartfelt apology to all the whores, junkies, bums, and grime-covered derelicts out there who make up nearly half our nation,” a visibly contrite and solemn Romney said outside a campaign stop at a local high school. “Let me assure you that I in no way meant to offend any of the putrid-smelling, barefoot masses out there. My campaign is not about dividing this nation, but about bringing all sides together—the rich, elegant members of the upper class, as well as the 47 percent who are covered in flies and eat directly from back-alley dumpsters.”

À lire absolument...





Liberté?

Elle a eu sa chance...

frenic

screwbald

27 septembre 2012

Desmarais accusé... en France!

C'est Richard Le Hir qui attire notre attention sur cette nouvelle:


Le dépôt le 24 août dernier d’une requête au Conseil d’État, l’instance suprême en matière administrative en France, nous permet d’apprendre qu’une «plainte contre X» a été déposée le 2 juillet 2012, au Parquet de Paris, enregistrée sous le n° P 12 184 730 12, pour «abus de pouvoir, corruption active et passive, trafic d’influence» (...) par Jean-Marie Kuhn, un homme d’affaires français qui prétend avoir été lésé par le «dynamique» duo dans le cadre d’une transaction survenue en 2006.

Jean-Marie Kuhn poursuit cette affaire avec ténacité et sans relâche depuis lors. Éconduit par l’administration judiciaire française, très politisée, à quelques reprises, il est parvenu à convaincre, en juillet 2009, les autorités belges qui enquêtent sur cette affaire depuis et qui, sur la base de la preuve recueillie, se sont jointes en décembre 2009 à sa plainte.

Mais ne craignez rien... au Canada, les Desmarais ne seront pas inquiétés. Leur hégémonie est trop bien établie.



L'éradication du français en Ontario

Le sort du français en Ontario est à la fois un prélude et une promesse de ce qui attend tous les francophones de ce pays:


(...) les statistiques sont implacables. Le fait français recule inéluctablement dans la province. Et les données du recensement de 2011 sur la langue, qui doivent être rendues publiques dans 30 jours, confirmeront selon toute vraisemblance cette tendance, qui se poursuit depuis que des données fiables sur la question existent.

En 1991, 37% de la population de langue maternelle française avait adopté l'anglais comme principale langue d'usage à la maison. En 2001, ce chiffre avait grimpé à 41%, et 42,3% en 2006.

(...) «En Ontario, le taux d'anglicisation est à 40% et frise 50% chez les jeunes adultes, note le statisticien Charles Castonguay, expert des données sur la francophonie canadienne. On peut ouvrir des écoles, des collèges, une université unilingue si on veut. Mais c'est l'attitude personnelle qu'on n'arrive pas à changer. On n'a pas réussi à le faire au Québec. Alors en Ontario...»


Henri Bourassa


«L'histoire de la Confédération canadienne, c'est la série lamentable de nos déchéances et de nos défaites par la fausse conciliation.»



Trouvé ici.

UKanada?

Après le retour de l'adjectifs "Royal" dans l'armée, la prolifération des portraits de la reine dans les ambassades et les édifices gouvernementaux, voilà que le Canada annonce qu'il partagera des ambassades avec le Royaume-Uni.

Le tout, annoncé en grandes pompes en présence du ministre britannique des Affaires étrangère devant moult drapeaux canadiens et Union Jack... est ensuite décrit comme une "petite entente administrative".

Et il faut qu'on avale cette couleuvre, sans broncher. Y'a rien là. Pas grave. 

Imaginez comment ce sera perçu à l'étranger. Le Royaume-Uni et sa petite colonie canadienne. Pas croyable esti, on se croirait revenir 100 ans en arrière.

C'est Henri Bourassa qui doit se retourner dans sa tombe...


La quête des "A"

24 septembre 2012

Conséquences de l'égalité hommes/femmes


Une nouvelle étude s'intéresse aux changements comportementaux qu'engendre une société égalitaire hommes/femmes. Il semblerait que, dans de telles circonstances, ces messieurs recherchent moins la beauté et la jeunesse, tandis que ces dames, elles, se désintéressent de la richesse et du pouvoir. Ce qui semble indiquer que ces préférences sont davantage motivées par les inégalités de la société que par la nature humaine elle-même.

Extrait de l'article:


In a study published in Psychological Science, researchers looked at two large samples of people who were surveyed about the qualities they most wanted in a mate: one survey was conducted in the late 1980s and included 8,953 people from 37 different cultures; the second survey was more current, administered to 3,177 people from 10 nations via the Internet.

Noting prior research finding that women who expect to be employed full-time on their own put less emphasis on a man’s “provider” qualities, the authors write: “As the positioning of men and women in societal roles changes, gender differences in mate choice criteria should change because people look for mates who fit into their anticipated future lives under prevalent societal circumstances.”

To figure out if that’s true, the researchers ranked nations according to a new measure of gender equity introduced by the World Economic Forum in 2006. Within various societies, they looked for relationships between the gender gap and how much of a difference there was between male and female mate preferences. And indeed, the researchers found, the greater the equality of power between the genders, the more similar were the traits that both men and women sought in potential mates. In Finland, the country with the greatest gender parity among the 10 countries included in the more current of the two surveys, there was a far smaller difference between male and female preferences than in Turkey, which had the biggest gender gap.

That means, basically, that the more equal men and women became, the less emphasis men placed on youth and beauty, and the less emphasis women put on wealth and power. These findings were borne out by the 37-culture survey as well; although it showed a definite gender difference in mate-seeking preferences, it also showed that these gender-based differences narrowed in countries with more equality. Further, it found that the top few most desired traits were shared by both men and women: most people first look for intelligence, kindness and sense of humor, even before men mention beauty or women mention wealth and status.

Other supposedly biologically based gender-based differences — such as gaps in math performance between men and women — have also been found to recede in gender-equal societies, suggesting that the role of culture in these variations has been underestimated.

Les hommes et les femmes ne sont donc pas si différents et incompatibles que ça, après tout. Fascinant, n'est-ce pas?

L'image provient d'ici.


23 septembre 2012

Michal Ivan

Welcome to Ottawa

Toujours amusant de rencontrer un fédéraliste naïf qui croit sincèrement que la capitale de son pays est bilingue.

Extrait de la nouvelle:


Le français se fait de plus en plus rare à l'hôtel de ville d'Ottawa. Des présentations sont faites uniquement en anglais, des documents ne sont pas traduits et l'interprétation simultanée est inexistante.

Ce fut notamment le cas la semaine dernière, lors du point de presse sur le nouveau calendrier des déchets.

Même situation, mercredi, au moment de la publication très attendue du rapport sur les infrastructures de la Ville d'Ottawa. Le document préparé était en anglais seulement.

Jeudi, le bilan des activités de l'organisme Prévention du crime Ottawa, au sujet du quartier francophone de Vanier et de la Basse-Ville, était présenté en anglais seulement. Il n'y avait pas non plus d'interprétation simultanée, malgré la présence de nombreux francophones dans l'assistance.

«C'est insultant. Moi, à Vanier, je travaille pour la francophonie. J'assiste à des réunions et j'aurais aimé m'exprimer en français. Je n'ai pas osé, tout se passait en anglais.» — Denise Beauchamp

(...) «Je ne suis pas le seul conseiller francophone. On se bat pour ça au jour le jour.» — Mathieu Fleury, conseiller de Rideau-Vanier

Ça résume bien la réalité des francophones de ce pays, n'est-ce pas? Une constante lutte pour simplement SURVIVRE.

Ne serait-on pas mieux dans un pays bien à nous dans lequel on pourrait simplement VIVRE?


Islam et Vatican: Même combat!

Oui, mes amis, il ne faut surtout pas s'attaquer aux religions et au fanatisme qu'elles engendrent. Il faut plutôt s'attaquer à la liberté d'expression qui heurte les sensibilités des pauvres petits croyants!

Extrait de la nouvelle:


A Catholic bishop has called for a blasphemy law in Germany, saying all religions deserved legal protection from attack in order to preserve human dignity. 

“Those who injure the souls of believers with scorn and derision must be put in their place and in some cases also punished,” said Bamberg Archbishop Ludwig Schick on Wednesday. 

(...) The paper said that German law only criminalises attacks on faith if it threatens to create a breach of the peace. 

Satire magazine Titanic raised the topic of blasphemy and respect for religion last month after publishing an image of Pope Benedict with a yellow stain on his cassock in reference to the Vatican leaks scandal. 

The Pope took legal action which succeeded in banning further printing of the image, although copies of the magazine already published were not removed from sale. Yet his legal argument was based on his personal rights rather than any protection of religion. 

A spokesman for the bishop told the paper his comments were not linked to the Titanic incident specifically, but were part of a discussion that had been going on for some time. 

Comment réagir? Devrait-on s'indigner devant cette nouvelle attaque de la religion contre la liberté? Ou devrait-on se réjouir de voir l'Égile si affaiblie qu'elle se sent forcée d'employer de telles tactiques?


Suggestion

theflyingdutchman84

Sean Wallis

Patrice Chessé

Différence

22 septembre 2012

L'agenda "xénophobe" de Lisée

Mme Marois a décidé de nommer un interlocuteur désigné pour parler avec la communauté anglophone.

Certains y voient un beau geste d'ouverture. Personnellement, je ne suis pas certain de comprendre quel en est l'intérêt. Ce n'est pas comme si les anglophones étaient menacés d'extinction en Amérique du nord!

Mais bon... je me suis d'abord dit que les Anglos seraient contents et qu'ils se calmeraient peut-être un peu le poil des jambes.

Grave erreur. Quel naïf je suis.

Le journaliste Don Macpherson (The Gazette) crache sur cette nomination en balançant son mépris à la gueule de Lisée dans cet article intitulé "Lisée building bridges? Is this a joke?" et avec le sous-titre "Ex-journalist has a long history of spearheading and supporting xenophobic campaigns against linguistic minorities":

Après une intro pareille, on peut s'attendre au pire:

(...) Then came Lisée’s hatchet job on anglos in L’actualité magazine in April while he was doing double duty as a “journalist,” two months after it was announced he had joined a PQ sovereignty-strategy committee. That was the “dossier” in which he criticized us for not embracing Bill 101, not defending French in Montreal against ourselves and, in the privacy of our own homes, not listening to the pop music of Marie-Mai.

Plusieurs accusations précèdent celle-ci, mais comme je ne trouve pas les commentaires originaux de Lisée afin de voir à quel point ils ont été déformés, je ne suis pas en mesure de les commenter.

Mais ici, par contre, je ne vais pas me gêner.

Tout d'abord, j'attire votre attention sur l'utilisation des guillemets autour du mot "journaliste". Comme s'il s'agissait d'un titre non-mérité, une fausse prétention de Lisée. On sous-entend ici qu'il est une espèce de charlatan qui se fait passer pour un journaliste. Évidemment, le but ici est de s'assurer que le lecteur ait un préjugé défavorable face à Lisée.

Pour ce qui est de la soi-disant critique de Lisée à l'égard des Anglos, quand on la regarde pour ce qu'elle est, on voit bien qu'il n'y a là rien de bien choquant. C'est la réalité, que ça plaise aux Anglos ou non: ils se crissent de toute la production culturelle québécoise. Ils ne veulent rien savoir. Ils ne connaissent pas le cinéma québécois, la musique québécoise, etc.

Ils sont trop occupés à nous mépriser pour s'intéresser à ce qui se fait ici. Plutôt que de célébrer cette francitude qui fait du Québec un endroit unique en Amérique du nord, ils préfèrent rêver de l'Ontario et consommer tout ce qui vient des USA. C'est ça la réalité, que ça leur plaise ou non. Évidemment, ça ne colle pas très bien à leurs fausses prétentions de "gens ouverts, tolérants, inclusifs et bilingues". Mais la réalité est ce qu'elle est, qu'on la nie ou non n'y change rien.

Le choix des mots de Macpherson est également très révélateur. Pourquoi, écrit-il, devrions-nous défendre le français à Montréal "contre nous-mêmes". Comme si la solidité du français signifiait automatiquement la faiblesse de l'anglais. C'est ridicule. Et franchement, pour croire que l'anglais est en position de faiblesse sur ce continent, il faut être malhonnête en esti. Mais c'est très instructif à propos de la mentalité des Anglos. Ils se disent bilingues et ouverts, tant que l'hégémonie de l'anglais semble inévitable. Mais dès que tu prends des mesures pour défendre le français, les masques tombent et le vrai visage apparaît.

Puis, il y a cette phrase qui laisse entendre que Lisée souhaite imposer Marie-Mai dans tous les salons anglophones. Là, on tombe carrément dans la paranoïa.

Once he became a PQ candidate for the Sept. 4 election, Lisée became the party’s leading spokesman in its xenophobic campaign against linguistic minorities. In a PQ communiqué titled “With a Parti Québécois government, Montreal will remain predominantly French-speaking,” Lisée, now the minister in Marois’s government responsible for the city, said: “We refuse to be the generation that will see Montreal marginalize French! We shall not accept that francophones soon are in the minority on the island and we shall not let French lose its critical mass in Quebec’s metropolis.”

Bon... nous voici rendus à la campagne "xénophobe" contre les minorités linguistiques.

Encore une fois, il faut connaître le contexte montréalais pour être capable de lire entre les lignes.

Quelle est donc la réalité de ces "minorités linguistiques"? Elle est fort simple. Les immigrants peuvent conserver leur langue d'origine dans la famille et lorsqu'ils sont parmi des gens de la même origine ethnique qu'eux, mais tôt ou tard ils sont confrontés à un choix: si tu veux sortir de ton ghetto, te trouver une job et interagir avec les autres, tu dois parler anglais ou français.

Le PQ souhaite faire en sorte qu'un plus grand nombre d'entre eux choisisse le français, ce qui fait de toute évidence chier royalement les Anglos. Alors que faire? Simple: diaboliser le PQ et les francophones, une bande de racistes et de xénophobes. Nous sommes donc face à une campagne de salissage et de désinformation qui poursuit un but stratégique très clair.

“While we should be glad at the progress of French as a second language in Montreal, the decline in the proportion of Montrealers for whom French is the language mostly spoken is very worrying.” That is, it was good that anglos and other linguistic minorities had learned French — but not good enough.

On déforme complètement les propos de Lisée, ici. Il dénonce simplement le fait que les gens qui parlent surtout le français soient minoritaires à Montréal. C'est une inquiétude fort légitime. À lire Macpherson, on croirait que Lisée à des desseins sinistres. "Il est content qu'on ait appris le français, mais ça ne lui suffit pas!" Il veut aller plus loin... comprendre: s'attaquer à nos droits fondamentaux.

In a radio interview during the campaign, Lisée said the PQ would favour a prospective immigrant from France over one from China, because the one from France “lives in French with their family.”

Est-ce que c'est sur cette déclaration que Macpherson appuie son accusation de xénophobie? Parce qu'une fois de plus, il n'y a rien de bien choquant là-dedans. Évidemment, le lecteur anglo, déjà pompé à bloc par ce qui précède, arrive à ce paragraphe et comprend que Lisée déteste les Chinois et ne veut plus qu'ils immigrent ici. Or, ce n'est pas du tout ce qu'il dit. Il veut simplement favoriser l'immigration de francophones. C'est un choix tout à fait légitime.

But even living in French at home wasn’t good enough. In a communiqué earlier in the campaign, the PQ had expressed concern over declines in the proportion of both Quebecers and Montrealers with French as their mother tongue. And in another interview that surfaced during the campaign, Lisée said: “From the moment where there isn’t a majority of people whose first language is French, it means there is no majority to defend it.” So the only Quebecers who are good enough for Lisée are the ones with French as their mother tongue — which excludes the anglos to whom Marois now would have him build bridges.

Comme malhonnêteté intellectuelle, il est difficile d'imaginer pire. Tout ce que Lisée dit, c'est que seuls les locuteurs natifs du français sont prêts à se battre pour que leur langue soit respectée. C'est un fait, Macpherson a lui-même déclaré plus haut que pour les Anglos, défendre le français est contre leurs intérêts. Il en découle donc que, logiquement, la seule façon d'avoir une majorité de Montréalais qui est prête à défendre le français est d'avoir une majorité de francophones sur l'île. Parfaitement logique.

Mais Macpherson dévie complètement du sujet en déclarant que "les seuls Québécois qui sont assez bons pour Lisée sont les locuteurs natifs du français." C'est vraiment n'importe quoi. Il n'est même pas subtil ici, sa malhonnête gymnastique intellectuelle crève les yeux. Ce serait comme critiquer la réforme de la santé de Barack Obama en disant que seuls les Américains malades sont assez bons pour lui.

N'im-por-te quoi.

Voilà ce qui arrive quand le PQ fait preuve d'ouverture. Vite! Vite! Ridiculisons le geste et détruisons la crédibilité de la personne choisie! Il ne faut surtout pas que le PQ ait bonne presse! Après tout, en dire du bien serait un acte de trahison! Dépêchons-nous avant que nos lecteurs n'entendent la moindre note discordante dans le discours anti-PQ que nous leur enfonçons dans la gorge depuis des années! S'il fallait qu'ils se mettent à penser par eux-même, ce serait catastrophique!

Pauvre taré...

La réalité, bien sûr, est que Lisée n'a rien d'un xénophobe. Il se décrit lui-même comme un anglophile. 

Amusant de voir un Anglo étroit d'esprit traiter de xénophobe un Franco bilingue passionné de culture anglophone.



La religion de la limonade

Dans un étrange futur post-apocalyptique, un morceau d'étiquette de limonade devient un texte sacré:



Trouvé ici.

Fabio Valle

20 septembre 2012

Marois ne perd pas de temps!

Wow! Des décisions gouvernementales qui me font sourire! Voilà un bon moment que cela ne s'était pas produit! 


Et pas seulement une! Mais plutôt TROIS! Le même jour! Je crois rêver!


Dès la première réunion de son Conseil des ministres, Pauline Marois a tenu trois promesses électorales. Par décret, elle a annulé la hausse des droits de scolarité, abrogé une partie de la loi 12 et annoncé le déclassement de la centrale nucléaire Gentilly-2. Mme Marois n'abrogera que la portion de la loi 12 qui limite le droit de manifester. Le volet sur le calendrier scolaire, qui permet aux établissements de récupérer à temps les heures de cours perdues à cause des grèves du printemps dernier, demeurera. Il arrivera à échéance à la fin de l'année scolaire, en juin 2013.

Quelles extraordinaires nouvelles!

Étudiants qui lisez ceci, VICTOIRE! Vous avez gagné sur toute la ligne! Les libéraux sont tombés, la saloperie de loi 12 est abrogée et la hausse est annulée! Vous pouvez vraiment être très fiers aujourd'hui.

Merci, chers étudiants, pour votre entêtement, pour votre dévouement, pour tous les sacrifices et surtout, pour votre persévérance.

Et Mme Marois, je suis debout et je vous applaudis.

On dirait bien qu'une ère nouvelle vient de débuter, mes amis...


salviphoto

White Swan de Sil van der Woerd

zbush

18 septembre 2012

Les quatre cavaliers de l'athéisme: deuxième partie




Je vous en ai déjà parlé ici, voici la suite de la discussion.

 (00:00) Que voulons-nous accomplir? Est-il possible de remporter une guerre des idées avec les croyants?

(09:40) Quel est notre véritable objectif? Voulons-nous voir la foi disparaître du monde?

(18:39) Peut-on espérer une grande réforme de l'Islam?

(26:55) Les athées rejettent-ils du revers de la main des concepts non-quantifiables comme l'amour ou la compassion?

(34:36) Est-ce que souhaiter la fin de la religion signifie également souhaiter l'éradication de sa présence dans la culture? Les athées sont-ils des vandales culturels?

(44:55) Est-il juste de dénoncer toutes les religions également, malgré le fait que certaines d'entre elles conduisent à des débordements pires que d'autres?



17 septembre 2012

POST MORTEM de Pierre Maurel


Un être aimé décède.

L'épreuve suprême.

Mais dans le monde de Post Mortem, la mort n'est pas la fin. Pas nécessairement.

En effet, si vous accordez votre permission au gouvernement, votre fils, fille, amant ou ami sera réanimé et vous pourrez le garder à vos côtés pour toujours.

Comme au bon vieux temps. Enfin presque. Parce que, voyez-vous, la personne réanimée aura un étrange teint verdâtre. Ses capacités mentales seront grandement réduites. Et elle ne cessera pas de saliver de façon incontrôlable. Mais à part ces "petits" inconvénients, ça va.

Ah! oui... j'oubliais. Comme vous le savez, dans la vie, il n'y a rien de gratuit. Et dans la mort non plus. Bien que vous n'aurez rien à débourser pour la réanimation elle-même, sachez que le gouvernement se donnera ensuite le droit de faire travailler la personne réanimée où il le souhaite et sans lui verser de salaire.

Or, plusieurs choisissent la réanimation de leurs proches, même si cela revient à les condamner à une vie d'esclavage. C'est mieux que rien, pas vrai?

Les années passent.

La colère gronde.

Car voyez-vous, les vivants perdent leurs emplois. Il ne faut pas s'en surprendre, avec tous ces zombies qui sont disponibles pour travailler gratuitement. Le taux de chômage atteint des sommets, si bien que les gens s'attaquent aux "Post Mortem" et tentent de les exterminer. La société sombre dans le chaos et la violence.

Moi qui croyais que les histoires de zombies avaient été jouées à l'os et qu'il n'y avait plus rien à en tirer, je suis obligé de me rétracter. Cette BD est vraiment originale. J'ai été plongé dans un monde qui m'a complètement captivé. L'auteur nous le fait découvrir lentement, un peu à la fois. Si bien que le sentiment ahuri de dépaysement total du début mène lentement à un sentiment que ce monde tient la route. Qu'il est crédible, dans toutes ses contradictions et toutes ses horreurs. Que tout cela est parfaitement compatible avec la nature humaine.

Et ça te laisse avec de profonds questionnements.

Et ça, c'est toujours un signe que tu as à faire à de la bonne SF.


Lévitation acoustique

Maison suisse


Magnifique... mais pas très rassurant! ;-)

Trouvé ici.

Turquie

mehrdadisvandi

16 septembre 2012

Les quatre cavaliers de l'athéisme: première partie



Je trouve ce vidéo particulièrement intéressant parce que d'habitude, lorsqu'on nous présente des arguments athées ou séculaires, c'est en opposition à des propos religieux ou dans le cadre d'un débat contre un croyant.

Ici, la dynamique est totalement différente. Pas de croyant à l'horizon. Les Four Horsemen (Richard Dawkins, Christopher Hitchens, Sam Harris et Daniel Dennett) sont tous athées et ils se questionnent sur leur propre démarche. Le résultat est fort intéressant. Mon seul problème est que Hitchens marmonne quand il parle et je ne comprends rien de ce qu'il dit le quart du temps! :-P

Si le sujet vous intéresse mais que vous manquez de temps, voici les différentes questions qui sont soulevées et, entre parenthèses, le moment du vidéo où ce sujet est abordé.

(00:00) Sommes-nous trop agressifs ou insultants dans notre critique des religions?

(09:02) La religion doit-elle être la seule façon d'adresser les intenses expériences émotives ou "spirituelles" que rencontre un individu dans sa vie?

(13:30) Les athées sont-ils arrogants et manquent-ils d'humilité?

(23:56) Les athées s'attaquent-ils seulement aux proies "faciles" et aux charlatans patents qui ne représentent pas vraiment le croyant moyen?

(37:09) La physique quantique n'est-elle pas aussi "mystérieuse" que la foi?

(47:35) Comment réagir au fait que la science est incapable de complètement réfuter avec certitude l'existence d'un dieu?

(50:58) Y a-t-il un argument servi par les croyants qui vous a ébranlé? Qui vous a fait douter que critiquer la religion comme nous le faisons est une bonne idée?


À suivre...


Terreur partagée