28 octobre 2013

Guardians of the galaxy vol.1: Cosmic Avengers


Quand j'ai entendu parler de cette nouvelle série, je me suis dit que ça semblait être une valeur sûre.

Tout d'abord, il y a le film des Guardians qui s'en vient et pousserait sûrement Marvel à se dépasser avec cette série. Deuxièmement, il y a le choix de Bendis comme scénariste, un type qui ne transforme pas tout ce qu'il touche en or, loin de là, mais qui a été l'auteur de trucs très intéressants dans le passé (Ultimate Spider-Man et New Avengers, entre autres). Troisièmement, il y a un intérêt chez moi parce que j'ai suivi avidement cette série dans sa première incarnation, quand j'étais plus jeune, et je la relis encore avec nostalgie. Finalement, le coup de gr¸ace, Iron Man se joint aux rangs des Guardians, ce qui a éliminé toute résistance que je pouvais encore ressentir.

Ça avait l'air d'une valeur sûre. Et pourtant...

C'est mauvais ce truc-là! Mauvais, mauvais, mauvais! Pourri!

L'histoire est d'un ennui mortel. Une race d'extra-terrestres dont je n'ai jamais entendu parler (et avec la quantité de comics de Marvel que j'ai lus dans ma vie, c'est un fait rare) veut détruire la Terre. Ils s'arrangent pour signer un traité qui empêche aux grand empires galactiques de toucher à la Terre, mais leur véritable objectif est que ces derniers soient incapables de nous venir en aide lorsque les Badoons nous attaqueront. Ah! ouais et cette obscure civilisation galactique sortie d'un chapeau qui semble soudainement dominer la galaxie, les "Spartax"? Ben leur empereur est le père du chef des Guardians, un personnage si peu intéressant que j'en oublie le nom. Star-Lord, je crois...

Bref, c'est tellement du réchauffé que ça ne goût plus rien.

Les personnages sont terriblement nuls, c'est effrayant de voir ça. Les dialogues ont tout l'intérêt d'une liste d'ingrédients sur une boîte de biscuits. Ils semblent n'avoir absolument rien à se dire à part lorsqu'il est question de stratégie pour leur prochain (et incompréhensible) combat. Il ne semble n'y avoir absolument aucun lien intéressant entre eux, aucune dynamique d'équipe, aucune amitié aussi quelconque soit-elle, à part entre Groot et Rocket Racoon. Le problème, c'est que Groot est réduit à l'état de grosse écharde pendant le deux tiers de l'histoire. Drax ne dit pas une esti de mot. Gamora n'est rien de plus qu'une madame en costume métallique dépourvu d'originalité qui tire partout avec son gros fusil. Et Groot ne dit qu'une phrase encore et encore: "I am Groot." Calvaire...

Même la présence d'Iron Man ne suscite aucun intérêt. Que fait-il là? Bof... rien, il avait envie de se joindre à eux, c'est tout. Comment les a-t-il trouvés? Aucune idée. Pas d'importance.

Et Rocket Racoon, qui est sensé être le "comedy relief" de cette abominable série? Ses jokes, si on peut les appeler ainsi, sont complètement nulles. Exemple? Pendant je-ne-sais-plus-combien-de-pages, il se promène, tire les Baddons dans le visage en répétant à chaque fois: "Blam! Murdered you!" C'est pas drôle la première fois et ça l'est encore moins la trentième, croyez-moi!

Les dessins... ben... sont corrects, je suppose. Puisque tout ce qu'on exige de l'artiste c'est de dessiner des explosions et des Badoons qui se font éclater la gueule dans des vaisseaux ridicules, je suppose que le pauvre type a fait de son mieux.

Seul point positif? Cette magnifique couverture "variante" de Gamora signée par le légendaire Manara. On la voit dans son bon vieux costume, du temps où le personnage était complexe, intéressant et vachement agréable à regarder!

Malheureusement, t'as beau envelopper un navet dans les plus belles couvertures, ça n'en change pas le contenu!


Hitchens versus Ramadan



Débat très intéressant entre Christopher Hitchens et Tariq Ramadan, à propos de l'Islam et de sa prétention d'être une "religion de paix".

Les arguments de Ramadan ne sont pas sans rappeler ceux d'Aslan. Essentiellement, il considère que le point de vue de Hitchens est simpliste et réducteur, que l'Islam est une réalité beaucoup complexe et qu'il mélange des crises sociales, économiques et politiques avec la religion.

Hitch, fidèle à lui-même, est sans merci. Il cite de nombreux exemples qui démontrent que la doctrine musulmane contient des éléments violents et dénonce le fait que l'Occident est tellement terrorisé par les dérives des fanatiques islamistes qu'il marche sur la pointe des pieds pour éviter de les offenser, plutôt que de se battre pour conserver sa liberté de parole.


Hitchslap


Esti que je m'ennuie de ce gars-là...

Trouvé ici.


Quand deux points de vue s'affrontent...

Evgeny Yakovlev

Ophelia-Overdose II

26 octobre 2013

Nouveau cratère québécois!

Et un cratère de plus à l'impressionnante collection québécoise! On a vraiment été sérieusement bombardés!

Extrait de la nouvelle:

Les détails de la «découverte», dont le premier auteur est le géologue de l'Université Laval Patrick Lajeunesse, seront publiés dans le prochain numéro de la revue Meteoritics and Planetary Science. Le cratère est situé juste au sud de l'île de Corossol, dans le golfe du Saint-Laurent, à environ 13 kilomètres en face de Sept-Îles. Elle est bien sûr au fond de l'eau, mais la «petite bête» fait 4 km de diamètre et près de 250 m de profondeur.

«C'est une structure circulaire qui avait déjà été repérée en 2001 par les gens du Service hydrographique du Canada, qui cartographient des fonds marins et des habitats pour le homard et d'autres espèces. Eux ont vu la structure, ils ont trouvé ça intéressant et ont agrandi leur image au sonar, mais depuis ce temps-là, personne n'avait fait d'étude géologique sur le cratère pour en éclaircir les origines», explique M. Lajeunesse lors d'un entretien avec Le Soleil.

(...) L'examen mené par M. Lajeunesse et six autres chercheurs laisse toutefois peu de doute: l'impact d'un météorite est de loin l'hypothèse la plus réaliste. La forme du cratère, avec son rebond central, est typique des cratères météoritiques. De même, des relevés sismiques ont permis de voir que le fond marin est très craquelé dans le cratère, mais que les fissures se font plus fines et plus rares à mesure que l'on s'éloigne du centre - ce qui trahit un impact violent. Enfin, les chercheurs ont prélevé des échantillons de sol au fond du cratère, y trouvant notamment des espèces de petites billes de verre qui ne peuvent s'être formées que sous des pressions et des températures extrêmement fortes.

Il manque encore toutefois un morceau important à ce casse-tête: un morceau de météorite. M. Lajeunesse et son équipe n'ont pas pu en trouver parce que leur équipement ne leur permettait pas de forer à plus de 9 mètres sous le fond marin. Or, il y a environ 50 mètres de sédiments qui se sont accumulés au fond du cratère depuis sa formation. Avant d'avoir trouvé cette preuve directe, dit le géologue, il faudra parler d'un cratère météoritique au conditionnel, même s'il y a peu de chance pour qu'il ait une autre origine.



Les grosses Anglaises de chez Eaton


J'ai lu cet article en souriant hier soir. Ça m'a rappelé ma grand-mère qui utilisait exactement ce terme pour parler de cette profonde humiliation qu'elle avait subie pendant des années. C'est en partie pour cette raison que je n'ai jamais très bien compris comment elle pouvait être fédéraliste jusque dans la moelle des os.

Évidemment, c'est publié dans un des journaux de Power, alors la fin de l'article est un ramassis de petits slogans fédéralistes du genre "tout ça est derrière nous depuis longtemps" et "ce n'est plus comme ça de nos jours" et gnagnagna... mais le début de l'article est intéressant:

La majorité des personnes de moins de trente ans ne connaissent pas le fameux archétype de la «grosse vendeuse anglaise» de chez Eaton. Bien que la compagnie ait fait faillite en 1999, ce symbole est toujours vivant dans la mémoire collective québécoise. Chronique de magasinage historico-sociologique.

À l'époque où manger une gigantesque assiette de spag chez Da Giovanni à 50 cents était le gros luxe pour les étudiants, les Québécois allaient magasiner rue Sainte-Catherine, dans les beaux grands magasins, chez Morgan, Simpson, la Baie, Ogilvy. Chez Eaton, surtout. L'édifice de neuf étages avait ouvert ses portes un peu avant la dépression de 1930. On y trouvait de tout: du collier à cheval aux bijoux en passant par les stores et les robes. C'était chic, exotique même. Au neuvième, le spectaculaire resto Art déco - aujourd'hui classé monument historique - l'illustre bien.

Mesdames sont donc bien contentes d'y faire leur magasinage. Et ce, d'un océan à l'autre. Depuis l'ouverture de la première succursale à Toronto, en 1869, c'est un succès. Les commandes par catalogue et la formule «satisfaction garantie ou argent remis» plaisent. Eaton devient un véritable empire et c'est ici, à Montréal, qu'est construit le plus grand des magasins du Canada.

Les affaires sont bonnes dans la métropole. À la fin des années 1960, Eaton emploie à lui seul 5 000 personnes et accueille chaque jour de 30 000 à 50 000 clients, le double quand l'achalandage est fort, selon les chiffres de l'historien Paul-André Linteau, publiés dans son livre La rue Sainte-Catherine. «Il y avait tellement de monde qui magasinait sur cette artère, c'était sans doute pire qu'à l'heure de pointe aujourd'hui», affirme-t-il, montrant des photos prises en 1969.

(...) Alors que le Québec sort de sa Grande Noirceur, tranquillement, une révolution se prépare. Les conflits linguistiques commencent à secouer toute la province. À Montréal, les répercussions se feront sentir jusque dans les rayons des magasins.

(...) Pas de mélange: Montréalais anglophones d'un côté, à l'ouest, et francos de l'autre, à l'est. L'argent se trouve principalement du bord de la minorité anglophone. Les entreprises privées et les milieux d'affaires leur appartiennent. Le français est la langue des pauvres et des emplois subalternes. «Dans ce système discriminatoire, les Québécois francophones n'ont à peu près aucune chance d'être embauchés pour les postes clés des entreprises anglophones, sauf en reniant leur culture», ajoute l'historien. Le phénomène n'est pas que montréalais: «C'était comme ça dans toutes les villes québécoises où les compagnies anglophones s'étaient implantées.»

Les résultats de la Commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme, à la fin des années 1960, sont éloquents: parmi quatorze groupes ethniques recensés, les Québécois francophones se retrouvent au douzième rang en matière de revenu, devant les Italiens et les Amérindiens. «Ces résultats ont changé l'attitude des Québécois», explique le sociologue Joseph Yvon Thériault, fondateur du Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM). «L'idée qu'on était nés pour un petit pain évolue. Il y a désaliénation, désir d'affirmation d'une identité.»

À Montréal, l'animosité se répercute à l'endroit des vendeuses des commerces anglophones, devenues l'icône de l'unilinguisme anglophone british. Elles incarnent les bourgeoises nées dans les chics quartiers de l'Ouest qui lèvent le nez devant les femmes de l'Est. Parlez-en à vos mères, à vos grands-mères. Elles vous le diront: «Dès qu'on dépassait la rue Saint-Laurent, on se faisait snober par les vendeuses.»

Bien réelle, la frontière entre l'Est et l'Ouest symbolise une profonde division. «La rue Saint-Laurent, ce n'est pas seulement une frontière culturelle. On a transposé ici une frontière nationale, comme celle entre l'Angleterre et la France, avec son rapport dominants/dominés», explique le géographe Mario Bédard, professeur à l'UQÀM. Ainsi, les vendeuses de l'ouest de Montréal étaient devenues, bien malgré elles, l'ennemie. Une sorte de réincarnation de la reine d'Angleterre au Canada: Eaton, symbole de la suprématie canadienne-anglaise. Le choc est inévitable.

Et l'accalmie linguistique prend fin. En 1968, la situation est explosive, littéralement. Discours enflammés, émeutes, attentats. Des bombes du Front de libération du Québec (FLQ) sautent dans le magasin Eaton de la rue Sainte-Catherine, peu avant le centième anniversaire de la compagnie.

Au cours de la décennie 1970, plusieurs mesures sont prises par les différents gouvernements de la province concernant la question linguistique. Le climat s'apaise, mais la mémoire est toujours vive. Ainsi, plus de dix ans après la loi 101, le symbole de l'unilinguisme anglophone hante toujours l'imaginaire collectif. En 1989, Pierre MacDonald, ministre libéral du Commerce sous Bourassa, pète sa coche devant les médias: «On est tannés d'aller chez Eaton et d'avoir une maudite grosse Anglaise qui ne sait pas parler un mot de français!» 

(...) La «grosse vendeuse anglaise» a entaché la réputation de Eaton, mais pourquoi cette compagnie en particulier? (...) Trentenaire francophone, Daniel-Joseph est l'un des derniers garçons d'ascenseur de chez Eaton avant sa fermeture. Il se rappelle qu'à la fin des années 1990, «il y avait curieusement des vendeuses qui étaient identifiées par un point rouge sur leur name tag. C'étaient des vendeuses qui travaillaient pour Eaton depuis longtemps et qui ne pouvaient pas dire autre chose que bonjour et un instant en français.»

Mais M. Linteau est catégorique: la faillite de la compagnie n'a pas de lien avec ce symbole. «C'est lié à l'apparition des centres commerciaux en périphérie. Ils vont tous écraser les grands magasins les uns après les autres. Dupuis Frères a été le premier à disparaître, et la Baie est le seul qui reste aujourd'hui.»



Bienvenue au Royaume de l'Ignorance

Je n'aime pas toujours Guy Nantel, mais il est fort ici. Je ris et j'ai honte en même temps, est-ce que ça se peut?


Séquelles II

J'ai déjà parlé ici de certaines des séquelles qu'il me reste suite au cauchemar que j'ai traversé il y a quelques mois... il faut que je me rende à l'évidence que cette liste est incomplète.

J'ai omis la séquelle la plus importante de toutes, et aussi la plus inquiétante.

Je pète les plombs.

Je sais que cela est considéré parfaitement normal pour certaines personnes, mais pour moi, y'a rien de plus atypique. J'ai toujours été un type tout ce qu'il y a de plus pacifique et de plus relaxe. Je suis le genre de gars qui s'esclaffait de rire lorsqu'on l'insultait. Le genre de gars qui avait toujours comme première réaction d'essayer de désamorcer une situation explosive, pas de l'envenimer. Le genre de gars qui n'hésitait pas à s'excuser, même quand il n'avait absolument rien à se reprocher, juste pour mettre un terme rapide à une situation désagréable.

Mais maintenant, j'ai cette espèce d'agressivité totalement atypique qui se déchaîne en moi dans les situations de stress ou d'agression. Ce doit être lié à ces mois de supplice à être traîné dans la boue, diffamé, humilié, insulté, menacé et intimidé sans jamais pouvoir me défendre. C'est comme si tout cela avait anéanti la forteresse de tolérance dont je m'entourais auparavant. Comme si, suite à ces douloureuses attaques répétées, j'avais ce nouvel instinct agressif de protection qui s'éveillait subitement. Comme un chien jadis amical qui, après avoir été maltraité, montre les crocs et grogne quand on élève la voix ou la main...

L'autre soir, je conduisais, j'avais les deux enfants sur le siège arrière et un connard de chauffard change de voie, puis se jette à nouveau dans ma voie alors que je le dépasse. Et après ça, il accélère, se positionne à côté de moi, me dévisage, accélère à nouveau et me coupe.

C'est le genre de conneries qui m'aurait bien fait rigoler, avant. J'aurais traité l'autre conducteur de pauvre type et je l'aurais oublié deux minutes plus tard. Mais là, j'ai flippé. J'ai klaxonné, je l'ai aveuglé avec mes phares et j'ai accéléré... je serrais le volant tellement fort que mes mains en tremblaient. Je serrais les dents. Un vrai débile. C'est uniquement la présence de mes enfants dans la voiture qui m'ont soudainement poussé à ralentir et à me calmer un peu, autrement je ne sais pas ce que j'aurais fait. J'étais enragé. Si ce connard avait été devant moi, je lui aurais carrément arraché la tête.

J'y repense maintenant et ça me semble complètement ridicule et dément, mais c'est comme ça.

Et cette semaine a été difficile. Les élèves étaient pas du monde, complètement exaspérants. Pas moyen de les faire taire, devoirs pas faits, niaisage constant, rien à faire... j'ai sauté ma coche et je leur ai crié dessus. J'ai profondément honte, mais j'ai complètement pété les plombs. Un vrai crisse de fou.

Encore une fois, difficile d'imaginer comportement plus anormal pour moi, le type habituellement hyper-relax, très cérébral, jadis doté d'une patience à peu près illimitée, qui n'élevait jamais la voix avec les enfants...

Et maintenant, j'y repense et c'est l'angoisse totale. Que vont penser les parents quand les enfants vont leur raconter ça?

Angoisse totale. Et profonde honte. Je me suis excusé auprès d'eux le lendemain, mais bon... est-ce suffisant?

Il faut vraiment que je trouve des moyens de détecter et de calmer cette incroyable agressivité avant qu'elle explose de la sorte, ça n'a pas de sens...

On dirait bien que je suis loin d'en avoir fini de dealer avec les retombées nocives du cauchemar que j'ai vécu... mais ce n'est absolument pas acceptable que les gens autour de moi, particulièrement les enfants, en subissent les conséquences...

J'espère juste que cette éruption ne marquera pas le début d'une nouvelle saga cauchemardesque...


ReyeD33

22 octobre 2013

Si Allah le dit!

Voilà un vidéo horrifiant et fascinant qui fait la démonstration de façon très claire que les croyances les plus abominables issues de l'Islam ne sont pas l'apanage des terroristes fanatiques, mais semblent plutôt être largement acceptées par les musulmans en général.




Rodolphe d'Autriche a-t-il été assassiné?



L'arnaque

Voilà ce que font les commissions scolaires lorsqu'on leur impose des réductions de dépenses:

Depuis des années, elles sont dans la ligne de mire des politiciens qui, tous partis confondus, exigent des réductions de dépenses. Pourtant, le nombre des cadres dans les commissions scolaires a augmenté constamment depuis six ans. Entre 2006 et 2012, on comptait 333 cadres de plus dans les 72 commissions scolaires du Québec.

Au même moment, le personnel de soutien diminuait: moins de concierges, moins de techniciens, moins de secrétaires, ce qui a permis de réduire de 10,9% les frais d'administration en trois ans. Mais s'il y a moins d'indiens... le tableau du Ministère montre qu'il y a néanmoins plus de chefs.

Non mais, sont-y assez écoeurants?

C'est toujours la même chose, une grosse gang de parasites qui se considèrent indispensables et qui oublient complètement que le système d'éducation n'a pas été créé pour eux, mais plutôt pour les enfants.

Pu capable...


"Le sécularisme est le nouveau terrorisme"

Non, cette déclaration ridicule n'a pas été faite au Québec et n'a rien à voir avec la Charte des valeurs.

C'est à l'Europe et plus particulièrement à la France qu'est adressée cette critique.

Et attendez de voir qui dit des âneries pareilles. Des fanas religieux qui accusent les athées de terrorisme. Il faut le faire!

Extrait de la nouvelle:

“It sounds to me as though secularism could be the new terrorism.” 

That remark by Father Aethelwine Richards of the Antiochian Orthodox Archdiocese of Europe pretty much sums up the sentiments faith leaders and human rights defenders shared at a conference in Brussels on Wednesday.

Richards moderated two panels, which brought together Christians, Sikhs, Scientologists, Mormons, Muslims and more to discuss discrimination against religious minorities in Europe.

(...) Most panelists had harsh words for France, which has long followed the principle of laïcité, or church-state separation.

Bashy Quraishy of the European Muslim Initiative for Social Cohesion called France’s policies towards religion “secularism gone mad.” He referenced a 2004 law in France that banned the wearing of conspicuous religious symbols in public schools.

Jasvir Singh of United Sikhs International was expelled from school under this law for refusing to remove his turban. He said that France’s policies towards religion are less about security, as the government often claims, and more about instilling and promoting uniformity.

Paul Herzog Von Oldenburg, a conservative Christian from Germany and coordinator of Pro Europea Christiana, didn’t parse his words:

“We are supposed to be living in a tolerant human rights era. Instead, we live in a dictatorship of relativism, the worst form of religious persecution. Secular intolerance forces us to abandon our values, to be part of this festival of diversity. It is tantamount to apostasy.”

Fascinant, n'est-ce pas?



Chine: une ville entière paralysée par la pollution




Un épais brouillard de pollution a paralysé le 21 octobre 2013 une métropole du nord-est de la Chine, réduisant la visibilité à à quelques mètres. Ce phénomène rappelait les pics de pollution atteints plus tôt cette année dans le pays. Le brouillard sur Harbin, une métropole de plus de 10 millions d'habitants, s'est formé alors que la ville redémarre son système public de chauffage à l'approche de l'hiver, particulièrement rude dans la région, a précisé le quotidien Beijing Times.





Oglaf

Omar Souleyman



C'est moi qui perd la boule ou c'est super bon?



Ömer Zeren

Sabine van Apeldoorn

Nicksketch

20 octobre 2013

«C'est une attaque hypocrite, sournoise.»

Extrait de la nouvelle:

L'Assemblée nationale devrait cette semaine adopter une motion unanime pour dénoncer la décision d'Ottawa de contester la loi 99, qui établit à 50 % des voix plus une le niveau nécessaire pour décider de l'avenir constitutionnel du Québec.

Dans un point de presse inusité dimanche à l'Assemblée nationale, le ministre des Affaires intergouvernementales, Alexandre Cloutier, a indiqué que le gouvernement entendait discuter avec les partis d'opposition afin que l'Assemblée nationale parle d'une seule voix sur cette question.

(...) Il repousse du revers de la main toute interprétation voulant que le gouvernement souverainiste se serve de cette querelle pour mousser son option: «il faut se rappeler que  c'est une initiative du gouvernement fédéral. Le gouvernement du Québec voit sa propre loi contestée, le fédéral souhaite faire déclarer notre loi inconstitutionnelle. Nous, on se défend, on va se tenir debout, on va défendre le consensus exprimé par l'ensemble des partis politiques», promet-il.

(...) «Même dans les précédents examinés par les Nations unies, rien ne vient cautionner la position fédérale», observe M. Cloutier, avocat-constitutionnaliste.

(...) «C'est une attaque hypocrite, sournoise. Au moment où l'attention était tournée vers la lecture du discours du Trône, où on disait aux Québécois "on vous reconnaît comme nation", le soir même on apprenait que le gouvernement d'Ottawa allait contester la validité de cette loi fondamentale pour le Québec».



Écoles juives: la saga se poursuit

Vaut mieux tard que jamais! Extrait de la nouvelle:

Le gouvernement Marois serre la vis à quatre écoles religieuses accueillant 2000 petits juifs hassidiques montréalais: elles ont un mois pour se mettre au pas et offrir des conditions d'apprentissage normales aux élèves. À défaut, de sévères sanctions pourraient leur être imposées.

Le ministère de l'Éducation vient de leur envoyer une lettre à cet effet, a appris La Presse. «Il y a déjà eu une chance qui a été donnée [par le gouvernement Charest], maintenant il faut que ces écoles se conforment», indique-t-on au gouvernement.

La situation dans ces établissements est si grave que la commission consultative chargée d'étudier leurs dossiers a recommandé à la ministre de l'Éducation de ne pas renouveler leur permis de fonctionnement, selon nos sources.

Plusieurs professeurs sans formation y enseignent, des laboratoires scientifiques et informatiques manquent à l'appel et le programme du Ministère n'est pas respecté.

Fait rare, la ministre Marie Malavoy a tout de même renouvelé les permis de fonctionnement pour un an, en dépit de l'avis de la Commission consultative. La ministre a voulu donner aux écoles une toute dernière chance, indique-t-on à son cabinet. Elles ont jusqu'au début octobre pour respecter l'intégralité de la loi.

«On va les mettre sous surveillance, dit-on au gouvernement. Si dans un mois ils ne sont pas conformes, nous prendrons les mesures nécessaires.» Il pourrait par exemple s'agir d'une baisse des subventions accordées.

Les élèves qui fréquentent ces écoles reçoivent à la fois un enseignement séculier et un enseignement religieux traditionnel, basé sur la Torah. C'est ce double cheminement - de longues périodes de temps consacrées à l'éducation religieuse - qui cause des problèmes de conformité à la loi.

En 2009, les écoles Belz, Mesifta, Skver et Yeshiva Gedola-Merkaz Hatorah - celles qui recevront la lettre dans les prochains jours - avaient toutes signé une entente avec le gouvernement Charest, qui leur donnait jusqu'à cette année pour «apporter tous les correctifs nécessaires afin de se conformer entièrement à la loi».

Selon la Commission consultative de l'enseignement privé et des sources bien au fait du dossier, ce n'est pas encore le cas, plus de trois ans après la signature de l'entente.

Comme si ce n'était pas assez scandaleux en soi que nous financions tous des centres d'endoctrinement religieux! Il faut en plus qu'ils se moquent complètement du programme séculier. Et la menace suprême: des baisses de subventions? Qu'on coupe les vivre, tout simplement!




Plus économe, la droite?

On connaît la rhétorique de la droite conservatrice qui se prétend en faveur d'un appareil gouvernemental moins imposant et qui critique les manies dépensières de la gauche.

Ben, en Amérique du nord au moins, c'est essentiellement de la bullshit.

Les tableaux proviennent d'ici:




Où serez-vous en 2032?



L'image ci-dessus montre la trajectoire de tous les corps célestes connus qui pourraient éventuellement menacer la Terre.

Et le plus menaçant d'entre tous vient d'être découvert. L'objet, décrit comme un "planétoïde", passera dans le voisinage de la Terre en 2032.

Extrait de la nouvelle:

Mark August 26th, 2032 on your calendar, folks. Ukrainian astronomers have just detected a 1,350-foot-wide (410 meter) minor planet that’s headed our way. The impact risk is minimal, but it’s now the most serious near-term celestial threat to face our planet.

(...) But it is considered potentially hazardous because its orbit will bring it closer than 7.5 million km from Earth’s orbit. In this case, TV135 could come as close as 1.7 million km. Size also matters when it comes to risk assessment. If it were to hit us, it would unleash 2,500 megatons of TNT — 50 times greater than the biggest nuclear bomb ever detonated.

The newly discovered asteroid, named 2013 TV135, now joins 2007 VK184 as the only Torino Scale 1 objects known to astronomers. Asteroid VK184, which is 603 feet (184 meters) in diameter, has a 1 in 1,750 chance of hitting the Earth between 2048 to 2075.

Deux queues?


L'évolution nous en met vraiment plein la vue! Après le dinosaure à quatre ailes (le microraptor), voici maintenant Jeholornis, le dinosaure volant à deux queues!

Tout semble indiquer que l'évolution des oiseaux aient amené leurs ancêtres dans toutes sortes de directions expérimentales! Mais quelle était la fonction de cette seconde "queue"? Le vol ou la parade?

Extrait de l'article:

One of the oldest known birds, Jeholornis, lived in what is today China, along with a trove of other feathered dinosaurs discovered in the region over the last decade. It was also thought to sport only a long fan-feathered tail at its back end. Now, however, paleontologists are claiming discovery of a second tail frond adorning the bird. 

(...) Of 11 Jeholornis fossils that retain evidence of ancient plumage, 6 have signs of this frond of 11 feathers, which would have jutted above the bird's back at a jaunty, upright angle in a "visually striking" manner, according to the study.

"Clearly the display aspect of the frond would have been undeniable," says paleontologist Mark Norell, of the American Museum of Natural History in New York, who was not part of the study. "It calls to mind living birds, even peacocks, which display broad plumes of feathers."


Antechinus: baiser à en crever

Sur son blogue, Ed Young attire notre attention sur un petit marsupial au comportement sexuel... disons... extrême. Extrait:

It’s August in Australia, and a small, mouse-like creature called an antechinus is busy killing himself through sex. He was a virgin until now, but for two to three weeks, this little lothario goes at it non-stop. He mates with as many females as he can, in violent, frenetic encounters that can each last up to 14 hours. He does little else.

A month ago, he irreversibly stopped making sperm, so he’s got all that he will ever have. This burst of speed-mating is his one chance to pass his genes on to the next generation, and he will die trying. He exhausts himself so thoroughly that his body starts to fall apart. His blood courses with testosterone and stress hormones. His fur falls off. He bleeds internally. His immune system fails to fight off incoming infections, and he becomes riddled with gangrene.

He’s a complete mess, but he’s still after sex. “By the end of the mating season, physically disintegrating males may run around frantically searching for last mating opportunities,” says Diana Fisher from the University of Queensland. “By that time, females are, not surprisingly, avoiding them.”

Soon, it’s all over. A few weeks shy of his first birthday, he is dead, along with every other male antechinus in the area.

Pour comprendre ce comportement suicidaire et les raisons pour lesquelles l'évolution de cette espèce l'a amenée dans cette direction, il faut lire la suite, dont voici un extrait:

Fisher thinks that as the ancestors of antechinuses spread south through Australia and New Guinea, they encountered strong yearly fluctuations in their food supply. The females were better at raising their young if they gave birth just before the annual bonanza, and were well-fed enough to wean their joeys. Their mating seasons shortened and synchronised, collapsing into a tight window of time.

That probably wouldn’t have happened if they were placental mammals like shrews or mice, which could have produced several litters during the peak of food. But they were marsupials: their babies are born at an incredible early stage and rely on their mothers’ milk for a long time. A baby shrew suckles for days or weeks; a baby antechinus does so for four months. The females could only fit in one litter during the annual peak.

This had a huge impact on the males, which were forced to compete intensely with each other in a matter of weeks.  They didn’t fight. Rather than using claws or teeth, they competed with sperm. The more they had, the more females they impregnated, and the more likely they were to displace the sperm of earlier suitors.


Tableau périodique médiéval

Le frigo le plus cool de la galaxie

pascal blanché III

Jaroslav Wieczorkiewicz





Comment s'y prend-il? Réponse:

London based photographer, Jaroslav Wieczorkiewicz, has created a 12 month calendar inspired by retro calendars from the 1940′s pinup girl. Except the girls aren’t wearing clothes, they are wearing milk. Very fast milk.

Frozen with high speed strobes, each photograph is layered from hundreds of photographs of splashes on real models using real milk. 

Getting inspiration from iconic images from artists like Gil Elvgren, Wieczorkiewicz takes up to 200 frames to complete an image. Then the frames are layered in Photoshop and mixed seamlessly to complete the dress.

Trouvé ici.


Nostradamus démystifié




Pietro Scola Di Mambro

Joel Carroll