30 mars 2014

La tentation du prof

Je dois vous avouer être face à un profond dilemme électoral.

Au début de la campagne, il me semblait évident que je voterais PQ une fois de plus, comme d'habitude.

Mais là, vraiment, Marois me fait chier.

Y'EN N'AURA PAS DE RÉFÉRENDUM! Y'EN N'AURA PAS DE RÉFÉRENDUM! Y'EN N'AURA PAS DE RÉFÉRENDUM! Y'EN N'AURA PAS DE RÉFÉRENDUM! Y'EN N'AURA PAS DE RÉFÉRENDUM! 

J'pus capab', crisse!!!

J'en veux un esti de référendum, moi! Pis j'en ai plein le cul de me faire dire que les Québécois ne veulent pas entendre parler de souveraineté! Tous les sondages révèlent qu'au moins 40% des Québécois sont souverainistes! QUARANTE POUR CENT! Ce n'est tout de même pas rien, ça! S'il était question de n'importe quelle autre idée, on parlerait de "presque la moitié" ou au moins d'une "part significative" de la population, mais quand c'est la souveraineté, là, ça ne vaut plus rien! J'en ai marre de me faire dire que je n'existe pas et que je ne compte pas! Que les libéraux me le disent, je suis habitué, mais que le PQ embarque dans le jeu? C'est tout simplement insupportable.

Je suis écoeuré de voir Marois chier dans ses culottes à chaque fois que Couillard lui dit qu'elle veut faire un référendum! Elle est chef du parti québécois, ciboire, sa réponse devrait être: OUI, MONSIEUR, JE VEUX EN FAIRE UN RÉFÉRENDUM ET JE VAIS LE FAIRE AUSSITÔT QU'ON AURA UNE CHANCE DE LE GAGNER! VOUS NE CROYEZ PAS FAIRE PARTIE D'UN PEUPLE À PART ENTIÈRE, MONSIEUR COUILLARD? VOUS CONSIDÉREZ QUE LE PEUPLE QUE VOUS SOUHAITEZ DIRIGER N'EST PAS DIGNE D'ÊTRE SOUVERAIN? VOUS LE VOYEZ COMME UN SOUS-PEUPLE? CE QUI EST BON POUR LES CANADIENS, LES FRANÇAIS, LES MEXICAINS, LES NÉERLANDAIS, LES BELGES, LES SÉNÉGALAIS, LES IRLANDAIS, LES EST-TIMORAIS ET LES SUÉDOIS NE SERAIT PAS BON POUR LES QUÉBÉCOIS, MONSIEUR COUILLARD?

C'est ça que je veux entendre!!!!

Le PQ me lève le coeur, sacramant.

J'ai le goût de voter pour des vrais souverainistes, des gens qui ont de vraies convictions et qui ont le courage de les défendre!

Je parle de qui? D'Option nationale!

Regardez ça de quoi ça a l'air des gens qui n'ont pas peur de parler d'indépendance dans des termes positifs, optimistes et enthousiastes:

À son tour, Option nationale a dévoilé son cadre financier, mercredi, qui prévoit que même en augmentant les sommes consacrées à certains services sociaux et en prenant à sa charge une partie de la dette fédérale, un Québec indépendant dégagerait des surplus. En entrevue, le chef du parti indépendantiste, Sol Zanetti, a martelé que non seulement le Québec avait les moyens d'être indépendant, mais que cela était même avantageux financièrement pour lui.

(...) Selon ses calculs, même en prenant à sa charge 18,2% de la dette fédérale, même en établissant la gratuité scolaire, et même sans accroître le fardeau fiscal des Québécois, un Québec indépendant parviendrait à dégager un excédent de 1,08 milliard $ dès la première année suivant son indépendance. Il croit possible d'atteindre l'équilibre budgétaire, le «déficit zéro», en 2015.

«Les conventions internationales qui gèrent les processus d'indépendance des pays disent qu'on ne serait pas obligé de prendre la dette fédérale. D'ailleurs, ça a été réitéré dans le cas de l'Écosse. Cela dit, nous, bon joueur, on pense qu'il serait légitime qu'on en prenne une certaine partie, tout en négociant d'avoir une partie équivalente des actifs financiers du Canada qui y correspondent, ainsi que les actifs en infrastructures qui sont sur notre territoire», a expliqué M. Zanetti.

«On a voulu démontrer que même sans augmenter le fardeau fiscal des contribuables, on est capable d'avoir des projets sociaux audacieux - comme la gratuité scolaire balisée. Et avec l'indépendance du Québec, on serait capable de dégager une marge de manoeuvre et, en plus, d'augmenter notre contribution au Fonds des générations», a-t-il avancé.

Le chef d'Option nationale qualifie son cadre financier d'«extrêmement conservateur» et qui «ne gonfle pas» les perspectives de croissance économique, comme le fait le plan du Parti libéral du Québec, selon lui.

M. Zanetti affirme que le Québec pourrait réaliser maintes économies en éliminant les dédoublements et chevauchements avec le gouvernement fédéral - en transports et en santé entre autres. Cette seule élimination des dédoublements permettrait au Québec d'épargner 2,3 milliards $ par année, selon Option nationale.

De plus, ils semblent voir les déclarations de Marois du même oeil que moi:

Option nationale a appelé le Parti québécois à cesser la «campagne de démobilisation» qu'il mènerait envers la souveraineté du Québec, hier.

«L'électorat se fait chaque jour rappeler par le PQ à quel point le Québec n'est pas mûr pour son indépendance», a dénoncé le chef Sol Zanetti par voie de communiqué. Il dit vouloir «rappeler à l'ordre» Pauline Marois parce que «cette situation doit cesser».

(...) «La seule façon de faire émerger la confiance des Québécois envers un enjeu tel que l'indépendance de notre nation, c'est d'être clair, convaincu et assumé», a affirmé M. Zanetti.

Alors, il est où mon dilemme?

Très simple; la course est tellement serrée que chaque vote qui affaiblit le PQ vient aider les esti de libéraux, évidemment.

Sauf que, sincèrement, j'en suis à un point d'écoeurement tel que je suis solidement tenté de voter pour ON quand même. Parce que cette gifle, le PQ la mérite amplement:




#killallmen

Extrait de la nouvelle:

On Sunday, liberal feminists on Twitter issued a number of messages calling for the death of all men using the hashtag "#killallmen," Infowars reported Monday.

"Imagine the outrage if a group of male bigots had descended on the social network to promote the trend #killallwomen – accounts would be deleted and feminists would be up in arms at such a brazen display of misogyny," Paul Joseph Watson wrote.

Watson posted a number of tweets and a video showing some of the messages.

"My housemate changed supermarkets because the security man wouldn't stop asking for her number. #killallmen," one person tweeted.

"A guy I barely know tried to hit on me with Smiths lyrics. Then another guy I barely know basically gave me a friendzone rant. #killallmen," another person said.

One tweet by a male feminist said men's rights activists should "go away and die."

Some even discussed how men should be murdered.

"Stabbing is not my preferred method for #killallmen, TBH. Too messy," one person said.

"Archery early tomorrow morning. Preparing for when it’s time to #killallmen," another person tweeted.

Some messages fell short of genocide, but called for a massive reduction in the number of men on the planet.

"Not endorsing that we #killallmen, (some of my best friends, etc), but reducing men to 1 in 4 would solve many of Society's problems," one person said.

(...) The hate-filled rhetoric continued Monday, according to a search of Twitter.

The idea of exterminating men is not new.

In 1967, for example, Valerie Solanas wrote a particularly vile, profane screed called the "SCUM Manifesto." SCUM stands for "Society for Cutting Up Men." "SCUM will kill all men who are not in the Men's Auxiliary of SCUM," Solanas wrote.

"Of course," Watson wrote, "no one is suggesting that feminists really want to wipe out the male population, that would be silly, but then again some of the tweets actually do call for outright genocide."

One person said the hatred behind the "#killallmen" hashtag is "real enough" and proves that militant feminism is a movement motivated by hate.

L'image provient d'ici.

L'explication de M. Brunelle

La démocratie est-elle la meilleure option?

Dans ce fascinant article, Anja Steinbauer explique quelles étaient les réserves de Platon face à cette forme de gouvernement et, comme c'est souvent le cas, ses observations sont encore pertinentes aujourd'hui:

It seems like Plato didn’t like democracy much, and neither did Socrates. Athenian democracy didn’t like Socrates either, which is why the troublesome thinker was eventually democratically put to death.

(...) As you probably know, Socrates was an outspoken advocate of truth, of uncompromising honesty and commitment to virtuous behaviour. Why was a man of such integrity sentenced to death by the democratic majority of his civilized peers?

At the time of Socrates’ trial in 399 BCE, Pericles had been dead for 30 years and other events had occurred which were less conducive to political liberty and tolerance. The Peloponnesian War, a gruelling conflict between Sparta and Athens, was fought on and off for almost 30 years, ending in the defeat of Athens in 404 BCE and the installation of a pro-Spartan oligarchy, the ‘Thirty Tyrants’. Their rule was marked by mass executions and the exiling of political dissenters. After only a year the Thirty were driven out and democracy was re-established. Three years later, three men, Meletus, Anytus, and Lycon, all of whom had been part of the democratic anti-Spartan resistance movement, brought charges against Socrates.

The fragility of democracy had been laid bare. It is no accident that the trial of Socrates took place in the aftermath of military humiliation, political collapse and resistance. Socrates was accused of corrupting the young and ‘inventing new gods’, in other words of causing young people to critique the customs and institutions of the state and of undermining the core values of the Athenian society. Plato himself acknowledges the fundamental importance of political and legal obligations in the Crito. Can any democracy, especially one as vulnerable as Athens at the time, tolerate civil disobedience?

Socrates argues at his trial that a democracy such as Athens is particularly in need of someone critical and controversial: “And so, men of Athens, I am now making my defence not for my own sake, as one might imagine, but far more for yours, that you may not by condemning me err in your treatment of the gift the god gave you. For if you put me to death, you will not easily find another, who, to use a rather absurd figure, attaches himself to the city as a gadfly to a horse, which, though large and well bred, is sluggish on account of his size and needs to be aroused by stinging.” Who is on trial here, Socrates or Athenian democracy itself?

In Book 8 of the Republic, Plato describes how a democracy is unlikely to be a stable political solution, since it offers freedom but neglects the demands of proper statecraft. Plato therefore predicts an almost certain collapse of democracy and decline into tyranny, a total loss of freedom. Why does democracy involve a neglect of statecraft? Plato argues that in a system where political power (‘cratos’) lies in the hands of the people (‘demos’) it is not guaranteed, in fact is unlikely, that those best equipped to rule will get a chance to manage public affairs. Instead the loudest voices will dominate, irrational, ill-motivated decisions will be made and the complex arena of politics which is in need of carful ordering and management will turn into a crazy circus.

To make this plausible, Plato illustrates his account with his famous ‘ship of fools’ analogy: Imagine a sea voyage on which all that are travelling feel entitled to claim the helm. Though the captain is a good navigator he isn’t good at convincing the others that he is, and those who shout the loudest and make the most confident claims, though they know nothing of the skills of navigation, will get a go. Discipline and order go overboard and what results is a kind of drunken pleasure cruise rather than a rational, well-organized journey from A to B.

Jonathan Wolff in his Introduction to Political Philosophy summarizes Plato’s argument like this: Ruling is a skill, like medicine or navigation. It is rational to leave the exercise of skills to experts. In a democracy, however, the people rule and the people are not experts. Therefore, democracy is irrational.

Are the people really as incompetent at political decision-making as Plato fears? The death of Socrates seems to confirm it, yet it is not clear what ‘being good at’ politics means. Perhaps Plato’s ship analogy is also flawed: Is statecraft really a skill like navigation, dentistry or carpentry, a skill which requires an expert in the field to execute it?

Perhaps Rousseau is right when he tells us democracy is a good idea but such a tall order that it is realistically almost impossible to pull off: “Were there a people of gods, their government would be democratic. So perfect a government is not for men.”


La biostase n'est plus de la SF...

Extrait de l'extraordinaire nouvelle:

The US Food and Drug Administration (FDA) has given the go ahead for a trial where 10 emergency patients with life threatening injuries will be suspended between life and death by surgeons at the UPMC Presbyterian Hospital in Pittsburg, Pennsylvania. This state of "suspended animation" will hopefully buy surgeons more time to fix the otherwise fatal injuries. 

Suspended animation may sound like something out of a science fiction novel, but doctors are hoping that it may actually save the lives of severely injured people, for example those with serious gunshot wounds who have lost a lot of blood. The technique will only be performed on individuals where the heart has already stopped beating, and is not responding to attempts to restart it. It involves draining all of the blood of the individual and pumping a cold saline solution through the heart to brain. After this the cold saline solution is pumped through the entire body, dropping the  body temperature from the normal 37 degrees to around 10 degrees. At this point, the patient will be "clinically dead" and the surgeons have around a 2 hour window to operate in an attempt to fix the injuries.

(...) This technique has never before been trialed in people, but in 2002 at the University of Michigan Ann Arbor Hospital it was successfully tested in pigs. Although some of the pigs required resuscitation as their hearts did not begin beating on their own, the animals recovered well with no apparent physical or cognitive problems. The trial will involve 10 people who fit the criteria for the procedure to go ahead, who will be compared to another 10 people who did not have this procedure because the appropriate medical team was not available. The trial is allowed to proceed because it is considered to be exempt from informed consent because the injuries are so severe that they would otherwise be fatal, and there is no current alternative. This will continue on groups of 10 patients, tweaking the procedure each time to improve it, in the hope of eventually gathering enough data to be able to confirm or dismiss it as viable treatment option. 

Tintin, prisonnier de Moulinsart?


Merci à Fylouz qui m'a dirigé vers ce très intéressant article:

Un camarade journaliste et moi-même avons lancé, mi-février, le Petit XXIe, à la fois un compte Twitter et un Tumblr, qui illustre chaque jour l’actualité avec des cases tirées des aventures de Tintin.

(...) Malheureusement, à la suite de ces articles parus dans la presse, il y a quelques jours, presque toutes les images ont été supprimées par la plate-forme de blog Tumblr «à la demande des ayants droit».

Ecrivant tous deux de temps à autre sur la bande dessinée, nous savions que les Editions Moulinsart, qui possèdent les droits d’exploitation de Tintin, ne sont pas réputées pour leur souplesse. Dans le petit monde du neuvième art, elles ont même très mauvaise réputation. Nick Rodwell, le gérant, mari de la veuve d’Hergé, est connu comme le loup blanc pour être prêt à tout pour préserver la poule aux œufs d’or. Récemment, il a même émis l’idée de sortir un nouveau Tintin pour éviter que le petit reporter ne bascule dans le domaine public en 2052, s’asseyant au passage sur les volontés d’Hergé qui n’a jamais souhaité que la série continue après sa mort.

Mais nous pensions pouvoir éviter le joug des éditions Moulinsart. Le Petit XXIe, tout-à-fait non lucratif, n’a pour but que de rendre hommage à Tintin et à la richesse de l’œuvre d’Hergé. Il ne dévoile jamais un album en entier, seulement une case à chaque fois, conformément au droit de citation qui s’applique à toute œuvre. Nous leur avons donc envoyé un mail pour comprendre l’objet de leur courroux après la disparition des images sur notre Tumblr. Leur service juridique nous a répondu plutôt cordialement et rapidement.

«La jurisprudence considère une case des albums les Aventures de Tintin comme une œuvre à part entière. Or, la citation s’entend par nature d’un extrait, d’un passage, d’une œuvre constituant un tout», nous a-t-on expliqué. Toute case étant une œuvre d’art, cela rendrait donc impossible de citer Tintin dans aucune circonstance que ce soit, à moins de n’en citer que le texte?

(...) Dans son mail, le service juridique nous explique également que Moulinsart s’efforce «de maintenir le caractère neutre et dépourvu d’idéologie politique (et autre) de l’œuvre d’Hergé. Nous n’autorisons en conséquence jamais son association avec ce domaine».

Les Soviets, les Picaros, le Lotus bleu, l’Or noir, la Syldavie, sans oublier «l’expurgée» Etoile mystérieuse, dire que Tintin n’est pas politique, c’est un peu comme écrire que la Bible n’est pas religieuse, c’est absurde. Mais soit, on pourrait comprendre que Moulinsart ne souhaite pas que son petit reporter soit associé à une cause en particulier. Sauf que ce n’était absolument pas le but de notre démarche. Nous avons simplement cherché à illustrer l’actualité, nous avons plaisanté sur les écoutes de Sarkozy comme sur la déroute du PS aux municipales. En aucun cas nous avons voulu défendre la gauche, la droite, Copé ou la boucherie Sanzot, Hollande ou Séraphin Lampion.

(...) Aux Etats-Unis, Marvel et DC, s’ils savent aussi être pénibles, ont tout de même laissé leurs personnages de superhéros vivre leur vie. Superman, Batman ou Spiderman ne sont ainsi plus seulement des personnages de comics, ce sont aussi des héros de cinéma et d’Internet. Ce sont des mèmes, utilisés à satiété pour commenter l’actualité ou simplement pour faire des blagues. Cela rend ces héros créés au lendemain de la Grande Dépression pour le premier, juste avant la Seconde Guerre mondiale pour le second, et dans les années 60 pour le troisième, encore bien vivants. Ils ont réussi le pari d’être une partie intégrante du patrimoine culturel américain tout en restant en phase avec la société. Pour Marvel, ce détournement des œuvres est loin d’être un problème et a même permis à l’entreprise de devenir un studio hollywoodien surpuissant.

Tintin, pour le monde francophone, pourrait être la même chose. Un étendard et un bien culturel commun. Un signe de fierté à promouvoir pour montrer la capacité de notre culture à éclairer et interpréter les enjeux du monde actuel. Au contraire, les éditions Moulinsart ont choisi de mettre le petit personnage sous cloche, dans un musée d’où il n’a pas le droit de sortir. Il prend doucement la poussière. Face à la concurrence des héros de comics et de mangas, accessibles partout et tout le temps, Tintin est invisible. Les jeunes, petit à petit, ne se tourneront plus vers lui. Ils vont l’oublier. Au-delà d’une simple ligne de bénéfices en bas du bilan comptable des éditions Moulinsart, de toute évidence, Tintin se meurt.


Costume de Batman instantané!

Le retour de Bacon



J'ai regardé ça avec un gigantesque sourire...

Trouvé ici.

Superbe...

La pub la plus cool de la galaxie



Merci à Fylouz!


Borislav Kostov

Stephan McGowan

schia025

29 mars 2014

Paul Farmer

"Il garde des élèves dans sa classe."

Ma taupe en avait deux belles à me raconter hier.

La première concerne une de mes collègues de cycle qui est allée voir ma taupe afin de lui dire: "L'as-tu vu? Il garde des élèves dans sa classe à la récréation!"

Hum... ouais, je garde des élèves aux récréations et je devais bien en avoir 7 ou 8 hier. Ça s'appelle de la récupération et on est tenu d'en offrir aux élèves. En d'autres termes, tout le monde est supposé de faire ça. Ils sont assis à leur pupitre et ils travaillent. D'ailleurs, ma taupe avait elle-même 4 élèves dans sa classe au moment où l'autre petite connasse est allée lui dire ça.

Bref, c'est quelque chose de parfaitement anodin... sauf si c'est moi qui le fais. Là, ça devient suspect.

Est-il nécessaire de rappeler que je suis le seul homme dans cette école? Ceci explique cela. Une femme qui aide des enfants pendant une récréation, c'est admirable. Un homme qui fait la même chose est bizarre et doit nécessairement avoir de mauvaises intentions.

Crisse de gang d'esti de connasses de merde...

Le deuxième incident concerne mon directeur. Ce dernier a convoqué ma taupe dans son bureau afin de savoir si elle avait l'intention de rester à l'école l'an prochain et pour essayer de la convaincre de rester. À un moment donné il lui a dit: "Je sais que tu n'as pas eu la plus belle coopération dans ton cycle, tu sais de qui je parle..." (il faisait référence à moi). Elle lui a répondu: "Ce n'est pas avec lui que j'ai un problème, c'est avec les deux autres!" Il a été complètement estomaqué d'entendre ça.

C'est évident parce que, depuis le début de l'année, il ne reçoit que des commentaires négatifs de la part de mes merveilleuses collègues. Elles se plaignent et se plaignent sans relâche depuis des mois et lui, trop épais pour se dire qu'il y a toujours deux côtés à une médaille, il a tout gobé ça sans remettre leurs propos en question. Et là, surprise, il se retrouve face à cette autre enseignante à qui il n'a jamais parlé et qui lui dit exactement le contraire, c'est-à-dire que je suis super correct et que ce sont les deux autres qui sont des esti de bitchs.

C'est fascinant de voir comment ces femmes s'y prennent pour m'anéantir. C'est toujours le même cirque, mais c'est la première fois que j'ai une taupe qui est témoin de ce qui se trame et qui me raconte tout. La tactique est toujours la même, les araignées commencent à tisser leur insidieuse toile de mensonges et de diffamation. Ça commence lentement, avec des petites niaiseries, mais elles escaladent et les fautes imaginaires deviennent de plus en plus graves. Comme les pires chienneries ne sortent pas de nulle parce qu'elles ont pris le temps au préalable de créer un préjugé négatif à mon égard, tout le monde est prêt à croire le pire. Comme elles n'ont rien de véritablement terrible à me reprocher, elles créent de toutes pièces leurs allégations qu'elles disséminent ensuite toujours en cachette, sans jamais accuser directement, mais plutôt en laissant planer le doute, en laissant entendre que je suis un type louche. Leurs vacheries se répandent et atteignent lentement les oreilles des autres enseignantes, de la direction, des parents, parfois même des élèves. Les préjugés négatifs à mon égard sont méticuleusement entretenus. Et tout ce temps-là, elles me croisent dans les corridors et me saluent en me faisant des beaux gros sourires car l'hypocrisie est toujours de mise, ce qui fait que je ne me doute d'absolument rien tant que la toile n'est pas complètement tissée et que j'y suis irrémédiablement empêtré. C'est de cette façon qu'elles procèdent à chaque fois.

C'est toujours la même câlisse d'affaire...

Et que puis-je faire face à ces campagnes occultes de salissage? Me conduire de façon exemplaire? Ça n'y change rien puisqu'on n'est pas dans le domaine des faits, on est dans le royaume des insinuations et des interprétations malveillantes.

Je ne peux strictement rien y faire.



Psychologie féministe 101

J'ai parlé ici, il y a quelques jours, de l'espèce de vague de paranoïa féministe qui déferle sur le campus de l'université d'Ottawa.

La saga s'est poursuivit hier, alors qu'une conférence intitulée 'What's Equality Got to Do With It? Men's Issues & Feminism's Double Standards' s'apprêtait à débuter. Voici la description de l'événement:

University of Ottawa Professor of English Literature Janice Fiamengo will deliver a talk that will focus on the 'Don't Be That Guy/Don't Be That Girl' anti-rape and anti-false charge campaigns and their very different reactions in the public sphere; also on the idea proposed by uOttawa Professor of Law Elizabeth Sheehy that battered women have a legal and a moral right to kill their abusers, even when those abusers are asleep or passed out. She will also be addressing recent events that have occurred at uOttawa. Q&A to follow.

Il s'agit donc d'une causerie qui s'intéresse à la philosophie du "deux poids, deux mesures" du féminisme, qui se questionne à propos de la récente campagne féministe anti-viol intitulée "Don't be that guy", à laquelle un groupe d'hommes a répliqué avec sa propre campagne anti-fausse accusation intitulée "Don't be that girl". L'idée selon laquelle des femmes victimes de violence devraient avoir le droit d'assassiner leur conjoint lorsque celui-ci dort devait également être débattue.

Bref, plein de discussions très, très intéressantes en perspective. C'est un événement ouvert à chacun, alors quiconque le souhaite peut s'y présenter et intervenir en posant des questions ou en offrant des contre-arguments. Quelles conversations fascinantes auraient pu se dégager de cette conférence...

... si elle avait eu lieu.

À peine 8 minutes après le début, un groupe féministe a fait irruption dans la salle en hurlant et en faisant un tapage terrible. Ils ont complètement bousillé l'événement et, évidemment, la sécurité n'a absolument rien fait.

Parce que c'est ça la mentalité des groupes féministes militants. Ils refusent qu'on remette en question leurs dogmes et refusent même de respecter la liberté d'expression de leurs critiques. Plutôt que de venir débattre calmement et d'offrir des contre-arguments, elles préfèrent hurler jusqu'à ce que l'événement soit annulé. Ces gens-là n'acceptent même pas qu'on QUESTIONNE ou qu'on ouvre un DIALOGUE à propos de leurs dogmes.

"Si tu me critiques, je vais hurler jusqu'à temps que tu t'en ailles."

Le voilà le fanatisme féministe, dans toute sa splendeur.

Je me demande quelle comparaison est la plus juste: un enfant de 4 ans qui fait une crise dans un magasin ou les talibans?



Une cellule vivante... en MÉTAL?


Extrait de la fantastique nouvelle:

One of the greatest challenges facing scientists in the search for life is figuring out what life is and where it can thrive. As you’re probably aware, all life on Earth is carbon-based. Carbon is an extremely versatile element, so it provides a perfect foundation for life to form and evolve. However, does that mean that carbon is the only element that can support life? Previously, scientists have believed that life could form from other elements (namely silicon), but now we have some evidence to support this hypothesis.

Lee Cronin at the University of Glasgow has successfully created lifelike cells out of metal, such as tungsten (atomic number of 74). If creating lifelike metal wasn’t a big enough feat, Cronin also has reason to believe his metallic life is evolving. To that end, he has stated that he believes he can get evolution to work outside of ‘organic’ biology.

Mars terraformée

Politiciens

Paco Martinez

snikstencilstuff

Anthony Jones

28 mars 2014

Fausse alerte

Deux élèves s'en prennent à une victime du sexe opposé en la frappant violemment, en l'injuriant, en lui crachant au visage!

C'EST INACCEPTABLE! MAUDIT PATRIARCAT DE MERDE! LES HOMMES SONT VRAIMENT DES SALAUDS! IL FAUT METTRE FIN À LA PERSÉCUTION DES FEMMES! C'EST UN AUTRE BEL EXEMPLE DE CETTE CULTURE DU VIOL! UNISSONS NOS VOIX POUR DÉNONCER CETTE...

Pardon?

Ce sont deux filles qui ont attaqué un gars, dites-vous?

LE GARS A DÛ ESSAYER DE LES AGRESSER, LE SALAUD! ELLES ONT FAIT ÇA POUR SE DÉFENDRE LES PAUVRES! ELLES MÉRITENT UNE MÉDAILLE POUR AVOIR DÉCIDÉ DE SE RÉVOLTER CONTRE LE PATRIARCAT! UNISSONS NOS VOIX POUR APPLAUDIR CETTE...

Comment?

Il s'agit d'une agression totalement gratuite et le gars ne s'est même pas défendu?

Oups...

OK, désolé tout le monde, fausse alerte, c'est complètement sans intérêt finalement, y'a rien à voir, circulez... c'est d'ailleurs ce qu'a fait un automobiliste témoin de la scène... nothing to see here...


PaSt1978 III

27 mars 2014

Mon Phil...


Merci à ma marraine qui m'a fait parvenir ceci par courriel.

Chanceuse d'être une femme...

Il est arrivé un truc récemment à une enseignante que je connais et je crois sincèrement qu'elle est vraiment chanceuse d'être une femme.

Elle m'a raconté que dans sa classe (elle enseigne en 4e année, comme moi) un petit groupe d'élèves s'est mis à, dans leurs propres mots, "penser croche". À chaque fois qu'une fille (et cela inclut l'enseignante en question) avait le malheur de manger une banane, ils se mettaient à rigoler et à faire des allusions peu subtiles à la fellation. Si quelqu'un avait le malheur de dire un mot dans lequel il y avait les syllabes "suce" (exemple: susceptible), encore les rigolades et les regards complices.

Au-delà du fait qu'il me semble tout à fait anormal et incongru que des enfants de cet âge puissent être au courant de ça, la situation était devenue intenable, évidemment. La réaction initiale de l'enseignante a été d'ignorer le tout en espérant que le problème disparaisse de lui-même. Bien sûr, ça n'a fait qu'empirer, au point où des filles de la classe sont venues la voir pour lui dire à quel point elles étaient excédées et qu'elles souhaitaient "fuir" cette classe.

L'enseignante a alors eu la très fâcheuse réaction de confronter les élèves en pleine classe en leur disant des trucs du genre "Si je mange une banane, tu penses vraiment que je me mets un pénis dans la bouche?"

C'est seulement après cette intervention qu'elle m'a parlé du problème. Ma première réaction a été de lui dire que, contrairement à ce qu'elle semblait croire, des propos semblables n'étaient absolument pas banals ni normaux pour des garçons si jeunes.

Je lui ai également dit que son intervention avait été très malhabile. "Imagine les élèves naïfs et innocents qui n'avaient rien à voir dans tout ça, lui ai-je dit, que vont-ils raconter à la maison? Que leur prof parle de pénis dans la bouche en pleine classe?" Je lui ai fortement recommandé de faire du "damage control" et d'en parler à sa direction afin que celle-ci soit prête à répondre en cas de plaintes de parents.

Je ne sais pas si elle en a parlé à la direction, mais elle m'a raconté que, suite à notre conversation, elle a explicitement demandé aux élèves de ne pas raconter ce qui s'était passé à la maison.

Je veux être très clair sur un point: j'aime beaucoup cette enseignante. C'est une des très rares personnes dignes de confiance que j'ai rencontrées dans ce métier depuis fort longtemps. J'ai l'absolue conviction qu'elle n'a pas un iota de mauvaise intention. Mais en même temps, j'ai du mal à imaginer comment son intervention aurait pu être pire dans ce cas-là. Au lieu de prendre les quelques élèves à part afin de mettre discrètement fin à leur comportement irrespectueux et d'essayer de déterminer pourquoi ils disent des choses pareilles (influence d'un grand frère, accès à du porno sur Internet ou, scénario cauchemardesque, l'un d'eux a-t-il été victime d'une agression, par exemple), elle les a confrontés en pleine classe, devant tout le monde, en utilisant des termes si crus qu'elle a carrément expliqué à tous les élèves ce qu'est une fellation. Ça n'a pas de sens. Et après ça, elle va carrément dire aux élèves de cacher ce qui s'est passé en classe à leurs parents.

Pourquoi a-t-elle agi ainsi? Simple. Elle est une jeune enseignante, elle est naïve, totalement inconsciente du danger comme seules les femmes peuvent l'être dans ce métier et elle a agi sans réfléchir, dans le feu de l'action. Je l'ai dit et je le répète, je sais qu'elle n'a pas une once de méchanceté et je suis convaincu qu'elle croyait vraiment bien faire.

La conclusion de l'histoire? Par chance pour elle, ça a fini là. Les élèves ont dû lui obéir ou encore les parents ont été compréhensifs, parce qu'il n'y a eu aucune plainte à sa direction. Elle a déjà oublié l'incident et la vie suit son cour.

Elle est vraiment chanceuse d'être une femme. Et c'est ce que je lui ai dit, d'ailleurs.

Imaginez un seul instant si moi, j'avais agi de la sorte.

Souvenez-vous de ce que j'ai subi l'an passé. Souvenez-vous des allégations sans aucun fondement, de la diffamation et du harcèlement pendant des mois. Souvenez-vous que je n'avais rien fait de mal, ni rien dit de mal, ni posé de geste inapproprié, illégal ou immoral. Souvenez-vous que j'ai été vertement critiqué et réprimandé pour avoir OSÉ dire aux élèves dont les mères hystériques se plaignaient sans cesse à la direction qu'il ne fallait pas se sentir coupables et que personne n'avait rien fait de mal. Souvenez-vous des lettres de réprimandes, des menaces de suspension et des procès d'intention. Tout ça, malgré le fait que je n'avais absolument RIEN fait de mal.

Imaginez si j'avais fait une intervention comme celle de cette enseignante, en parlant de fellation en classe et en demandant aux élèves de le cacher à leurs parents.

Vous croyez vraiment que l'histoire se serait terminée de la même façon?

Je suis un homme qui travaille au primaire, donc en partant, je dois vivre à tous les jours avec les soupçons d'être une espèce de dégénéré pédophile potentiel. Je suis déjà sous intense observation simplement parce que je suis un homme, et donc suspect. Même des événements complètement anodins et banals sont tordus et interprétés pour m'affubler des pires intentions. Alors imaginez un seul instant si j'avais agi comme cette enseignante l'a fait.

J'aurais été cloué au pilori. J'aurais été chanceux de m'en sortir seulement avec un congédiement, les chances sont que je serais maintenant l'objet d'une enquête au criminel.

Mais cette enseignante? Rien.

Ouais, une sacrée chance qu'elle est une femme...


Quelle est l'odeur de l'espace?

Oui, oui, le cosmos a des odeurs assez surprenantes:

The final frontier smells a lot like a Nascar race-a bouquet of hot metal, diesel fumes and barbecue. The source? Dying stars, mostly.

The by-products of all this rampant combustion are smelly compounds called polycyclic aromatic hydrocarbons. These molecules "seem to be all over the universe," says Louis Allamandola, the founder and director of the Astrophysics and Astrochemistry Lab at NASA Ames Research Center. "And they float around forever," appearing in comets, meteors and space dust. These hydrocarbons have even been shortlisted for the basis of the earliest forms of life on Earth. Not surprisingly, polycyclic aromatic hydrocarbons can be found in coal, oil and even food.

Though a pure, unadulterated whiff of outer space is impossible for humans (it's a vacuum after all; we would die if we tried), when astronauts are outside the ISS, space-borne compounds adhere to their suits and hitch a ride back into the station. Astronauts have reported smelling "burned" or "fried" steak after a space walk, and they aren't just dreaming of a home-cooked meal.

The smell of space is so distinct that, three years ago, NASA reached out to Steven Pearce of the fragrance maker Omega Ingredients to re-create the odor for its training simulations. "Recently we did the smell of the moon," Pearce says. "Astronauts compared it to spent gunpowder."

Allamandola explains that our solar system is particularly pungent because it is rich in carbon and low in oxygen, and "just like a car, if you starve it of oxygen you start to see black soot and get a foul smell." Oxygen-rich stars, however, have aromas reminiscent of a charcoal grill. Once you leave our galaxy, the smells can get really interesting. In dark pockets of the universe, molecular clouds full of tiny dust particles host a veritable smorgasbord of odors, from wafts of sweet sugar to the rotten-egg stench of sulfur.




Deux nouvelles planètes?

Maintenant que nous avons la capacité d'observer des astres situées à des distances extraordinaires, peut-on envisager que notre petit système solaire puisse nous réserver encore des surprises? Extrait de l'étonnante nouvelle:

Even after all these years, the solar system can still surprise us. Not just with the occasional new rock — a nifty asteroid, or interesting comet — but sometimes we even find new minor planets and, if really lucky, an entire new region.

Now astronomers have done just that: findings announced today suggest there’s a never-before-seen minor planet orbiting the sun beyond Pluto. And, beyond that, it’s possible a major planet is hiding out in the darkest, farthest regions of the solar system too. If the researchers are right, their discovery would redefine the edges of our planetary neighborhood.

(...) Astronomers knew of only one object that orbited more than 50 AU away, as defined by its perihelion, the closest it gets to the sun: Sedna. Discovered about 10 years ago and about 1,000 km (600 miles) wide, it’s almost certainly a minor planet like Pluto, but its enormous distance (with a perihelion of about 76 AU) makes it hard to know for certain. Since then, we thought Sedna was one of a kind, the only known object that occupied the space beyond 50 AU, the well-defined edge of the observable solar system. Until now.

Astronomers today announced in Nature the discovery of a new Sedna-like body, named 2012 VP113, with a perihelion of 80 AU. It’s estimated to be 450 km (300 miles) wide, and also likely to be a dwarf planet.

And while the mere fact that we can look at something so tiny and so far away is cool, the important thing is it proves Sedna is not alone. Instead of being some weird unique outlier, the distant world is likely part of a whole new category of solar system objects belonging to the inner Oort cloud. Odds are scientists will keep finding more and more of this type of world out there (the study’s authors estimate about 900 such objects), which will help astronomers understand more about the solar system’s dynamics.

Perhaps most intriguingly, and still fairly speculatively, the findings also suggest the presence of another large planet in the outer reaches of the solar system. When the authors plotted the motion of Sedna, 2012 VP113, and distant Kuiper belt objects, they noticed some odd behaviors which they couldn’t explain — but which a massive, “super-Earth” planet about 250 AU away could. They note that such a dimly lit planet “would be fainter than current all-sky survey detection limits, as would larger and more distant perturbers” (i.e., planets), so it’s certainly possible… but right now it’s little more than a guess. A weird, intriguing guess.


Les vagues de Titan

Extrait de l'article:

Il y aurait des vagues sur Titan, une des lunes de la planète Saturne, mais d'un type tout à fait particulier : elles ne sont pas composées d'eau, mais d'hydrocarbures, selon des scientifiques américains, rapporte la revue Nature.

Si leur découverte est confirmée, ce serait la première fois que des vagues océaniques auront été découvertes, en dehors de la Terre. 

La sonde spatiale Cassini de la NASA avait repéré des reflets à la surface d'un des océans de Titan en 2012 et en 2013. Ces reflets pourraient provenir de légères ondulations, d'une hauteur de deux centimètres, qui se produiraient sur cet océan de Titan, selon Jason Barnes, un spécialiste des planètes à l'Université de l'Idaho, rapporte la revue Nature sur son site Internet.

Mais si Titan possède bel et bien des mers et des lacs, leur composition est bien différente de ceux qui sont présents sur la Terre. Ce n'est pas de l'eau qui y coule, mais du méthane, de l'éthanol et d'autres hydrocarbures, qui forment ensemble l'atmosphère de Titan. La planète contiendrait 40 fois plus d'hydrocarbures que les réserves estimées de la Terre, explique la BBC.

Ces liquides s'évaporent et créent un système météorologique qui inclurait des vents. La météo sur Titan contraste toutefois avec celle sur Terre. Les températures peuvent atteindre -180C. 



On a arrêté la lumière!

Extrait de la fascinante nouvelle:

The speed of light is a constant. It travels at an amazing 186,282 miles per second (299,791km/sec). However, this speed only applies in a perfect vacuum where light will not encounter any other atoms. In a non-vacuum (which exists pretty much everywhere), bits of light smash into other objects. These objects absorb the photon and then re-emit it. In this respect, the slowing of light is an illusion. The photons still travel from at the same speed, but they make a few stops along the way as they are absorbed and refracted by various atoms. And light is absorbed and emitted more slowly through certain substances. For example, diamond makes light travel from A to B significantly slower.

But we can use these principles to essentially stop light. In all likeliness, many of you have already heard about the scientists in Germany who stopped light for a full minute. I’d like to offer a breakdown of how they accomplished this feat.

To begin with, the scientists took an opaque crystal (something that light is not able to penetrate) and fired lasers into it. This caused the quantum states of atoms within the crystal to become disturbed. Ultimately, the scientists were able to make it so that a specific frequency of light could pass through this previously opaque object by altering the crystal in such a say so that the atoms within it had two quantum states.

Next, the researchers shot a laser beam (which corresponded to the specific frequency) through the newly transparent region. Then they turned off the laser beam that was altering the quantum states of the atoms within the crystal. This made the material once more opaque. The result of this was that the second laser beam was halted within the material. The beam was held in place for a whole minute. They were also able to store and retrieve an image using the same technique.


Coucous! Coucous!




Trouvé ici et ici.

Le diagramme de Venn des conneries insensées

L'inspiration de Poutine...