21 septembre 2014

Déception écossaise

Évidemment, j'aurais bien aimé que les séparatistes l'emportent. Mais je suis tout de même heureux qu'il y ait eu un référendum écossais.

D'abord et avant tout, parce que ça montre que les souverainistes québécois ne sont pas des bibittes étranges et déconnectées de la modernité. Des peuples minoritaires dans le monde qui remettent en question le système qui les gouverne et qui se disent qu'au fond, ils ne seraient pas moins compétents pour se gouverner eux-mêmes, il y en a d'autres. Loin d'être déviant, c'est même plutôt... normal!

Ça montre aussi que les Québécois ne sont pas particulièrement plus pissous ou chicken que les autres. Voter pour l'indépendance malgré la propagande du pouvoir en place, malgré le biais des médias qui favorisent le statu quo et malgré les menaces du monde des affaires et de la finance, c'est très, très loin d'être évident. Et les menaces de Londres étaient de la petite bière comparativement aux menaces de refus de reconnaissance et de partition du territoire proférées par les Anglos lors du dernier référendum québécois!

Et ça nous donne des pistes de réflexion intéressantes dans l'éventualité d'un futur référendum. Il faut trouver une façon de contourner les médias traditionnels et massivement fédéralistes. Comme par exemple, plus de présence sur le terrain? Les médias sociaux? Il faut aussi être proactif, préparer des contre-arguments à l'avance et attendre l'inévitable campagne de peur de pied ferme. Il faut anéantir les arguments de la peur sans ménagement et les montrer pour les déclarations de mépris qu'ils sont, en réalité. Il faut décentraliser la campagne, il faut que le public y prenne part. On peut appuyer les militants souverainistes en leur fournissant des arguments solides et après, tu les lâches lousse. Il faut organiser des débats publics partout, dans les écoles, dans les bibliothèques, dans les clubs sociaux, dans les parcs, dans les centres d'achats!

Il faut ouvrir les yeux des gens sur les problèmes MAJEURS et les multiples conséquences NÉFASTES qui découlent du système fédéral dans sa forme actuelle.

Et surtout, il faut dire aux gens non seulement ce qui va arriver après la souveraineté, mais tout ce qui devient POSSIBLE et qui ne l'est pas présentement.



2 commentaires:

Guillaume a dit…

Je suis quand même déçu.

Prof Solitaire a dit…

Absolument... moi aussi... ça m'a rappelé de bien douloureux souvenirs...