27 septembre 2014

L'art de torpiller un apprentissage: les lettres attachées

Enfin une étude qui vient prouver ce que le bon sens et de simples observations quotidiennes auraient dû faire comprendre aux enseignantes de primaire depuis looooooongtemps: apprendre successivement deux formes d'écriture à de jeunes élèves est un obstacle à leur dextérité et une belle façon de démolir leur motivation.

Imaginez, vous commencez tout juste à maîtriser une technique et que fait votre prof? Elle vous annonce que cette méthode est maintenant interdite et qu'une nouvelle technique, plus compliquée et qui n'offre absolument aucun avantage sur la première, est dorénavant imposée.

Pourquoi? Sais pas. C'est comme ça. Un bel exemple de la débilité aléatoire de l'école.

Cliquez ici pour le vidéo.





7 commentaires:

Guillaume a dit…

Et ça fait que j'ai une calligraphie de cochon.

PJ a dit…

Prof Solitaire, ton billet semble dire que c'est la première forme d'écriture enseignée (script), qui devrait rester. Si c'est le cas, tu n'as pas regardé le vidéo avec attention, sinon tu aurais compris que c'est l'écriture script qui n'offre aucun avantage sur la version cursive, et donc qu'on devrait enseigner uniquement à écrire en lettres attachées.

Évidemment, sans voir les détails du protocole expérimental (particulièrement la sélection des groupes), ni les statistiques, il est difficile de voir à quel point les conclusions de l'équipe de recherche sont appropriées.

Prof Solitaire a dit…

Salut PJ. En fait, corrige-moi si j'ai mal compris, mais ce que révèle le vidéo c'est que, d'abord et avant tout, l'enseignement des DEUX formes d'écriture qui est au détriment des élèves. La chercheuse est très claire là-dessus.

Pour ce qui est de choisir LAQUELLE des deux formes enseigner, le verdict est beaucoup plus nuancé. Au début du vidéo, la chercheuse affirme que la forme la plus facile à maîtriser, c'est la forme détachée. À la fin, elle avance que l'écriture attachée confère l'avantage de permettre à l'enfant de bien comprendre où s'arrête un mot et où débute l'autre, un avantage qui me semble bien insignifiant.

Moi, j'ai clairement une préférence pour l'écriture détachée, c'est certain. Je considère que la deuxième forme n'est enseignée que pour satisfaire à de vieux principes poussiéreux et dépassés hérités des soeurs grises...

Une femme libre a dit…

Très intéressante vidéo. Merci! Sa conclusion est claire: ce qu'il faut enseigner dès la première année, ce sont les lettres attachées. Elles ont comme avantage de préciser le sens du tracé des lettres, comme dans le b, le d, le p et le q. Elles aident à distinguer les mots et en plus, bien maîtrisée, c'est une écriture plus rapide que les lettres détachées et qui favorise donc la fluidité.

Le professeur masqué a dit…

Effectivement, la forme attachée est plus fluide et permet une écriture plus rapide, avec moins de stress pour la main. En cinquième secondaire, lors de l'examen d'écriture du MELS, les élèves écrivant en lettres attachées rédigent leur propre en bien moins de temps que les «cesses» qui détachent. Et ils ont moins mal à la main...

De toute façon, c'est plus de voir que peu d'écoles enseignent le doigté aux élèves qui m,embêtent...

Prof Solitaire a dit…

Que veux-tu dire par "le doigté"?

Prof Solitaire a dit…

Merci du commentaire, Femme Libre!