11 octobre 2014

JOUR J tome 5: Qui a tué le Président?


Cette uchronie se déroule dans un monde où Kennedy n'a jamais été président puisqu'il a perdu l'élection contre Nixon. Une fois élu, ce dernier adopte une stratégie offensive particulièrement brutale dans la guerre du Vietnam et Hanoi tombe en 1967, au prix de massacres abominables. Aux USA, la colère gronde dans la population et l'armée ouvre le feu sur les protestataires pacifistes. Le pays semble au bord d'une seconde guerre civile et pourtant, Nixon entend solliciter un troisième mandat et déclarer la guerre à la Chine.

Entre en scène French, fils d'immigrants alsaciens qui s'est engagé dans l'armée américaine et qui a connu les atrocités du Vietnam. Il finit la guerre en prison pour avoir abattu son officier supérieur qui avait ordonné à lui et à ses camarades d'effectuer une manoeuvre suicidaire dont ils n'auraient eu aucune chance de sortir vivant. French s'attend à finir ses jours en prison, mais en 1973, après trois ans d'emprisonnement et à son grand étonnement, il est libéré par un énigmatique représentant des services de renseignements américains. Ce dernier l'informe que pour gagner sa liberté, French devra effectuer un petit boulot pour lui: assassiner Nixon lors de sa visite à Dallas. Réussira-t-il son coup? Et connaîtra-t-il une fin plus heureuse que celle qui fut réservée à Lee Harvey Oswald?

J'ai bien aimé cette BD, bien que le scénario ne m'ait pas toujours paru très plausible. Au début, on nous présente les faits d'une manière non-linéaire et j'ai trouvé un l'histoire un peu difficile à suivre. En effet, on saute du présent au passé et on aperçoit French préparer sa mission sans trop comprendre ce qui se passe. Ce choix narratif me semble être peu judicieux. Mais une fois que cessent les flashbacks, le récit coule beaucoup mieux.

Les dessins de Colin Wilson sont superbes et font toute la différence dans cette BD. Je crois que, si cela n'avait été de ses magnifiques planches, j'aurais probablement abandonné ma lecture en cour de route.


Aucun commentaire: