21 janvier 2015

Charte, charte, charte...

Bon, voilà M. Drainville qui revient à la charge avec sa Charte de la laïcité, version revue et corrigée. Qu'est-ce qui a été modifié? Pas grand-chose:

Le député péquiste propose maintenant de soustraire les employés actuels de l'État à l'interdiction de porter des signes religieux. Autre changement majeur par rapport à la charte qu'il défendait bec et ongles sous le gouvernement Marois: cette interdiction ne s'appliquerait pas aux cégeps, aux universités et aux municipalités. «J'ai pris acte des critiques», a dit le candidat à la direction du Parti québécois, hier.

Bref, la première version était inepte. La deuxième l'est tout autant.

Bon, ok, j'exagère un peu. Cette Charte a des aspects intéressants (Enchâsser dans la Charte des droits et libertés l'égalité entre les hommes et les femmes ainsi que la neutralité religieuse de l'État? Oui! Respecter le patrimoine historique? Évidemment, mais encore faut-il être capable de le définir, j'en ai déjà parlé ici et ici.)

Pour ce qui est de l'interdiction du port de signes religieux par les fonctionnaires, je l'ai déjà écrit et je n'ai pas envie de m'éterniser là-dessus. Disons simplement que je ne considère pas que c'est là le noeud du problème. Le fait que des femmes choisissent de porter le voile ne m'émeut pas du tout. Les femmes peuvent bien s'habiller comme elles le souhaitent, ça m'est égal. Tant que l'employée fait son travail adéquatement et qu'elle garde ses convictions religieuses dans sa vie privée, je me fiche de ce qu'elle a sur la tête.

Le vrai problème, je l'ai dit et redit, c'est l'endoctrinement religieux des enfants et le financement public des religions. Permettez-moi de me citer moi-même (oui, je sais, je deviens de plus en plus épris de ma personne, c'est une vraie plaie):

D'autre part, les cas qui m'écoeurent le plus à propos des religions sont d'ailleurs tous des aspects auxquels la Charte ne touche pas du tout. Le financement des écoles privées religieuses qui endoctrinent les enfants, ÇA c'est choquant! Elles devraient être abolies, à mon avis. L'imposition de restrictions religieuses aux non-croyants, cela aussi devrait être banni! Qu'une commission soit créée pour se pencher sur la viande halal, à savoir si les animaux qui sont abattus de cette façon subissent oui on non un traitement inhumain et cruel et si c'est le cas, qu'on bannisse ces pratiques du territoire québécois et que les produits halal soient disponibles en importations lourdement taxées! Cela aussi  aurait du sens à mes yeux! Abolir les avantages fiscaux des organismes religieux et les faire payer des taxes comme tout le monde, encore une fois, il serait plus que temps! Voilà des mesures qui s'attaqueraient à de véritables situations injustes et répandues dans notre société. Mais la Charte ne s'y intéresse pas du tout.

C'était vrai de la première version de la Charte et ça l'est malheureusement toujours. M. Drainville n'a rien compris. Et ce n'est certainement pas le parti libéral, éternel lèche-cul des communautés religieuses, qui va nous proposer quoi que ce soit d'intéressant à cet égard.

Jean-François Lisée nous offre son point de vue ici:

Il est cependant surprenant que Bernard n’aborde pas enfin un élément essentiel de la laïcisation: l’éducation, pour faire en sorte que tous les jeunes québécois, de toutes origines, soient spécifiquement sensibilisés aux valeurs de la démocratie et de la laïcité.

Les futurs candidats locaux au djihadisme et à l’intolérance passent, tous, sur des bancs d’école. C’est notre chance de tenter de partager largement nos valeurs démocratiques et de prôner le primat de la norme sociale sur la norme religieuse.

Il faut, à mon avis, agir au moins sur trois fronts, par :

1) la réforme du cours Éthique et culture religieuse pour y insérer clairement le primat des normes démocratiques, en société, sur les croyances religieuses et en faire un principe fort de ce programme qui couvre l’ensemble du primaire et du secondaire;

2) le retrait graduel des subventions de l’État québécois aux écoles qui dispensent un enseignement religieux ;

3) un encadrement beaucoup plus strict des enseignements prodigués dans les écoles religieuses non subventionnées, y compris du cours Éthique et culture religieuse tel que modifié.

C'est mieux. Ce n'est pas parfait, mais c'est beaucoup mieux! Quelqu'un semble avoir enfin compris...




1 commentaire:

Guillaume a dit…

De bonnes suggestions de Lisée, cela dit je suis toujours pour l'interdiction de signe religieux ostentatoires dans la fonction publique: c,est une forme soft, parfois pas trop soft, de militantisme.