21 janvier 2015

Histoires d'hiver



Cette BD, publiée chez Glénat Québec, est un recueil de courtes histoires de styles très variés.

La première histoire, intitulée "Mauve ciel" est signée Zviane. Elle nous offre un bref coup d'oeil dans la soirée hivernale de deux jeunes gens qui, après avoir terminé de regarder un film, discutent et aperçoivent par la fenêtre que le ciel est mauve. Il y a quelque chose d'extraordinaire dans cette histoire pourtant assez banale. C'est difficile à expliquer. On se sent un peu comme un voyeur qui épie le quotidien des gens et, en même temps, on a l'impression d'être l'un de ces personnages. Bref, on y croit totalement. L'authenticité des dialogues et le souci du détail y est clairement pour quelque chose. C'est la magie de Zviane qui est à l'oeuvre et on ne peut qu'être un peu frustré à la fin parce qu'on aurait aimé en savoir plus et connaître la suite.

La seconde histoire, intitulée "L'ennemi secret", est signée Hicham Absa. Il s'agit d'un récit raconté à la première personne par un soldat allemand pendant la retraite de l'armée après l'échec de la campagne russe. Cette courte mais excellente BD historique nous plonge dans cet enfer glacé, là où l'histoire rencontre l'horreur. J'ai beaucoup aimé.

La troisième histoire, "Un coin de paradis" de Serge Brouillet, est le récit humoristique d'un couple de retraités qui s'ouvre un bed and breakfast dans un petit coin tranquille, mais leur quiétude est rapidement troublée par des voisins qui sont des amateurs de motoneige. Le désespoir du couple et son éventuelle vengeance a quelque chose de thérapeutique et je dirais même de cathartique. Mon horreur pour les motoneiges y est sans doute pour quelque chose. Les dessins sont généralement bien réussis et amusants, bien qu'ils présentent occasionnellement de petites maladresses.

La quatrième histoire, intitulée "Vieux fou", est signée Kan-J et Mikey. Lorsqu'un vieil homme un peu étrange est arrêté par la police pour avoir troublé l'ordre public en chantant et dansant dans un parc pour chasser l'hiver, il se retrouve interné dans un asile d'aliénés. S'ensuit un long et interminable hiver qui dure 82 ans. Éventuellement, l'équipe de démolition de l'asile découvre le vieux monsieur dans les décombres de l'immeuble abandonné. Le vieillard s'empresse de sortir, sourire aux lèvres et reprend sa chanson là où il l'avait laissée, ramenant ainsi le printemps. C'est une jolie petite histoire que j'ai bien appréciée. Les dessins sont très réussis.

La cinquième histoire, "La petite fille qui savait compter" de Banville, est une fable qui rappelle les oeuvres de Dickens et qui met en scène une petite fille très forte en calculs dont le talent est exploité sans merci par un vieux comptable avare et grincheux. La petite sauvera éventuellement la ville et sera libérée de l'emprise du vieux schnock. Je dois dire qu'elle ne m'a pas trop plu celle-là. Le style des dessins ne m'a pas accroché et la naïveté du monde qui y est dépeint m'a semblé un peu simpliste.

La dernière BD, "Infrastructures hivernales" de Giard, est très intéressante, mais assez difficile à décrire. Il s'agit d'une histoire à la fois simple et complexe qui peut être lue à de multiples niveaux. À la base, il s'agit d'une conversation entre deux personnages, l'un d'eux racontant que, lorsqu'il était môme, il aimait bien enfiler tous ses vêtements d'hiver en se faisant croire qu'il s'agissait d'une combinaison d'astronaute. Mais une remarque proférée par sa grand-mère mourante viendra ajouter à ce fantasme enfantin et naïf quelque chose de terrible. Et l'hiver prend alors des allures de mort. Les dernières cases, très métaphoriques et symboliques, sont d'ailleurs très réussies. Très intéressante petite BD, également étrangement troublante.

Bref, un beau petit recueil qui mérite d'être lu!


Aucun commentaire: