12 janvier 2015

«Les représentations satiriques de chefs religieux devraient être illégales»


Voyons voir.

Après Geneviève Lepage, la porte-parole de l’Association musulmane québécoise, qui a dit: «L’islam n’est pas une menace. Ce qui est une menace, c’est que des organisations comme Charlie Hebdo fomentent elles-mêmes la division et l’intolérance» et «Toutes les publications des dernières années sont une forme d’intégrisme très irrespectueux des croyances des autres et de la diversité.»

Après Mohammed Kounna, le président de l'Association culturelle islamique de l'Estrie qui a dit: «La liberté d'expression a des limites. Pas seulement au Québec ou en France, mais partout dans le monde. En tant que musulman, lorsqu'on s'en prend au prophète sous prétexte de la liberté d'expression, c'est grave. Et il y a des risques de répercussions. Je ne dis pas que je suis d'accord avec ce qui s'est passé, au contraire. Je dis que là où il y a liberté d'expression, il doit aussi y avoir du respect. Sinon, n'importe qui peut dire n'importe quoi. Il doit y avoir certaines limites, c'est tout...»

Poursuivons le merveilleux festival des tarés et des ennemis de la liberté avec Imtiaz Ahmed, un imam d'Ottawa:

En entrevue avec l’Ottawa Citizen, l’iman Imtiaz Ahmed dénonce l’attaque terroriste au Charlie Hebdo. Il affirme également qu’il défend la liberté d’expression, mais il croit qu’elle devrait toutefois être resserrée lorsqu’elle implique la religion. «Bien sûr, nous défendons la liberté d’expression, mais elle doit être équilibrée. Il doit y avoir une limite, une ligne de conduite.»

Selon l’homme qui agit à titre d’imam au sein de la communauté musulmane Ahmadiyya, les caricatures représentant des figures religieuses de façon désobligeante devraient être illégales. «On croit que les vulgarités concernant les figures sacrées de toutes les religions ne devraient pas être incluses au sein de la liberté d’expression.»

(...) À titre d’exemple de limites imposées à la liberté d’expression, Imtiaz Ahmed mentionne qu’on dénonce les gens niant l’Holocauste. «On ne veut pas que la communauté juive soit blessée», note-t-il.

OK, est-ce qu'il est sérieux, là? Il est vraiment con à ce point?

Est-ce qu'il faut vraiment qu'on lui explique quelle est la différence entre de l'humour et de la propagande haineuse?

Est-ce qu'il faut vraiment qu'on lui explique que Charlie Hebdo était un journal satirique et pas une encyclopédie? Et que quiconque est intéressé à obtenir des informations sérieuses à propos de sa religion ou de n'importe quelle autre se tournera probablement vers une autre source?

Est-ce qu'il faut vraiment lui expliquer que ce n'est pas parce qu'il considère son putain de prophète divin que nous sommes tous obligés de lui faire preuve de respect et qu'il ne peut pas nous imposer ses croyances ridicules?

Est-ce qu'il faut vraiment lui expliquer que l'objectif des gars de Charlie Hebdo était de faire rire? Et que celui des débiles qui nient l'Holocauste est tout autre?

Est-ce qu'il faut vraiment lui expliquer tout ça? Est-ce qu'il est vraiment con à ce point-là?

Hallucinant, tabarnak...

Et tiens, une fois que vous lui aurez expliquer tout ça, pourriez vous aussi lui expliquer que ce qu'il désire, un pays où toute forme de blasphème est illégale, ça s'appelle une THÉOCRATIE? Et que si c'est ça qui l'intéresse, ben qu'il s'achète donc un beau billet d'avion ONE-WAY pour l'Arabie saoudite ou l'Iran et qu'il nous câlisse donc patience avec ses esti conneries?

Merci!



1 commentaire:

Guillaume a dit…

Aussi, la négation de l'Holocauste est une entreprise de désinformation et d'obscurantisme: la Shoa a bel et bien eu lieu! Mohammed, quant à lui, est un objet de révérence à cause de ce qu'il a dit et fait (ou ce que le livre sacré prétend qu'il a dit et fait) et il peut être moqué et critiqué, de façon virulente même. Le personnage historique comme le personnage mythique.