27 juin 2015

Mairesse menacée

Ne pas avoir de pays à soi, ça fait en sorte que lorsqu'une mairesse québécoise souhaite que la langue nationale soit la seule utilisée au conseil municipal de sa ville, elle reçoit des insultes et des menaces de mort.

Extrait de la nouvelle:

Caroline St-Hilaire maintient un contact régulier avec le chef de police depuis hier, en raison de menaces à son intégrité physique proférées sur les médias sociaux. Sans avoir de garde du corps en permanence, elle pourra à sa demande bénéficier d'un accompagnement du service de police, qui s'informe maintenant de ses déplacements.

(...) Le débat sur la langue du conseil municipal de Longueuil a soulevé les passions et fait couler beaucoup d'encre au Canada. Après sa prise de position contre le bilinguisme revendiqué par le chef de l'opposition, la mairesse a reçu près de 1000 commentaires.

Parmi eux: un grand nombre sont des messages d'appui, mais il y a aussi des propos haineux, des insultes et même des menaces de mort.

Le chef de l'opposition au conseil municipal, Robert Myles, tient à s'exprimer dans les deux langues et à traduire toutes ses déclarations par respect pour la minorité anglophone. Sauf que 96% des citoyens de la municipalité comprennent le français et Longueuil ne fait pas l'objet d'une reconnaissance bilingue permise par la Charte de la langue française.

(...) D'autres personnalités politiques québécoises ont été victimes de menaces de mort sur Internet ces derniers mois, dont Pierre Karl Péladeau et Pauline Marois.


Évidemment, à travers les menaces et les insultes, on remarque que de nombreux commentaires sont dirigés vers les Québécois en général et les souverainistes en particulier.

Ainsi, nous sommes des "suprémacistes" (terme qui réfère aux racistes anti-Noirs du Sud des USA) contre les pauvres Anglos qui sont "les Noirs" opprimés du Québec! Nous sommes des "xénophobes" et des "fascistes". Nous réécrivons l'histoire. Nous sommes les ennemis de "la paix et l'amour":


Cette dame admet qu'elle nous "hait". Les souverainistes sont des "méchants dictateurs" qui "tuent" et "piétinent" le peuple... ce sont des "fascistes narcissiques" qui n'ont "pas d'âme":


Pour ce type, le Québec tente de faire du "nettoyage linguistique" et souhaite rien de moins que le "génocide" des anglophones. Oui, ces pauvres Anglos perdent leurs écoles! Ils n'ont "pas le droit" de voir leur nombre augmenter! Nous sommes des "racistes" qui perpétuent un système "comme l'Afrique du Sud pendant l'Apartheid"! Nous sommes une population "arriérée":


Bobby n'a pas encore dit son dernier mot. Le Québec est en train de "discriminer", "d'humilier" et "d'exterminer" la communauté anglophone. Ce pauvre Bobby n'a pas le droit de parler anglais au travail! La Loi 101 est "raciste" et les Québécois sont des "ignorants". Le fait de nommer une autoroute en l'honneur de Félix Leclerc est "une humiliation"! Les Anglos qui utilisent le transport en commun sont "battus" et "harcelés" par les employés "tous blancs et français". Urgence Santé est "très raciste". Nous ne somme qu'une bande de "provinciaux" qui devraient "grow up".

Son pote Malkinson déclare que nous lui donnons envie de vomir, tous et chacun d'entre nous:


Oui, laissons Walmart et Costco tranquilles... pauvres petites multinationales sans défense... quels monstres nous sommes...

Vous voyez, si on était un pays, ben on aurait davantage de gens comme M. Klein, des gens qui CHOISISSENT de venir vivre ici, qui ne méprisent pas la population francophone et qui épousent notre culture et nos valeurs:


Sans parler du fait que, pour ce qui est de l'éradication des pauvres anglophones par les Québécois racistes et xénophobes, on repassera:

Savez-vous que les Québécois qui en font la demande peuvent recevoir tous leurs documents officiels du gouvernement du Québec exclusivement en anglais ? Vous voulez un permis de conduire ? Le seul gouvernement francophone d’Amérique du nord correspondra avec vous exclusivement en anglais. Vous pouvez payer vos impôts en anglais seulement, recevoir des informations sur l’Assurance maladie en anglais seulement, etc.  Même chose pour divers formulaires du gouvernement du Québec. Jamais vous ne verrez sur ces documents officiels du gouvernement du Québec un seul mot de français.

(...) C'est le français qui est menacé, et non pas l'anglais. (...) il n'y existe aucune commune mesure entre les franco-ontariens et les anglo-québécois, en dépit de ce que ces derniers voudraient faire croire. 

Je laisse le dernier mot à l'immortel Pierre Falardeau:




Aucun commentaire: