9 juin 2015

Syndicat féministe

Quand tu es un enseignant masculin, tu comprends un truc très, très, très tôt dans ta carrière: le syndicat qui a pour mandat de te protéger est FÉMINISTE, il souscrit pleinement et sans réserve à cette idéologie et toi, tu es essentiellement un membre de seconde zone.

En 20 ans, je ne me souviens pas d'UNE seule publication syndicale qui ne comprenait pas au moins un article ou un élément féministe. Pas un seul. Par contre, je peux compter sur les doigts d'une main le nombre d'articles qui s'intéressaient à la réalité des enseignants masculins.

Voici quelques parfaits exemples, parus dans une récente publication d'un syndicat d'enseignants, gracieusement envoyée par un collègue lecteur de ce blogue:


Évidemment, on constate rapidement que cette propagande féministe est remplie à craquer d'affirmations fumeuses et de statistiques douteuses.

1- Les femmes gagnent 74% du salaire des hommes? Ce qu'on croit comprendre en lisant ceci, c'est que les femmes sont victimes de discrimination endémique et qu'elles gagnent systématiquement moins que les travailleurs masculins PARCE QU'ELLES SONT DES FEMMES. On reconnaît bien là la vision manichéenne féministe. Or, comme toujours, la réalité est plus complexe et cette statistique est malhonnête puisqu'elle omet de tenir compte de plusieurs facteurs déterminants. Voyez pas vous-mêmes:



La réalité, c'est que les infirmiers et les enseignants sont sous-payés. Ça c'est un fait. Il est également vrai que ces domaines comptent davantage de femmes que d'hommes. Mais sur quoi les féministes s'appuient-elles pour affirmer que les gens qui travaillent dans ces domaines sont sous-payés PARCE QU'ELLES SONT MAJORITAIREMENT DES FEMMES? Sur absolument rien, évidemment.

Battons-nous pour que ces gens qui sont d'une importance capitale pour notre société et qui ne sont pas rémunérés à leur juste valeur le soient, point final. Qu'il s'agisse de femmes ou d'hommes n'ajoute ni n'enlève rien à la justice de la cause. Mais bon... essayer de faire comprendre ça à des féministes, c'est comme essayer d'expliquer à un fanatique religieux que son prêtre ou son imam dit n'importe quoi...

2- On nous dit ensuite que 60% des gens qui gagnent le salaire minimum sont des femmes. Encore une fois, ce qu'affirment subtilement les féministes sans le dire clairement, c'est qu'on retrouve davantage de femmes qui travaillent au salaire minimum PARCE QU'ELLES SONT DES FEMMES. Quiconque n'est pas omnibulé par cette idéologie tordue se rendra immédiatement compte que cela n'a aucun sens.

Supposons d'abord que cette statistique soit réelle et pas le résultat d'un autre tripatouillage malhonnête de chiffres. Peu importe les phénomènes qui expliquent le fait que davantage de femmes que d'hommes reçoivent le salaire minimum, il y a fort à parier que le sexe de la personne n'a rien à voir avec cette situation. N'en déplaise aux féministes, nous ne vivons pas dans un abominable patriarcat misogyne qui s'amuse à sous-payer les femmes juste parce qu'elles sont des femmes. Encore une fois, le vrai problème ici c'est que TOUTES les personnes qui reçoivent le salaire minimum vivent sous le seuil de la pauvreté. Qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes ne change absolument rien à l'injustice de cette situation.

3- J'adore la statistique suivante: 75% des personnes travaillant à temps partiel sont des femmes! Mais qu'est-ce qui nous indique que ces dernières sont FORCÉES de travailler à temps partiel? Qu'est-ce qui nous indique qu'elles y sont contraintes? Qu'est-ce qui vient démontrer qu'elles sont privées de travail à temps plein PARCE QU'ELLES SONT DES FEMMES? Comme d'habitude, absolument rien. En fait, je connais plein de femmes qui travaillent à temps partiel et dans leur cas, c'est non seulement un choix, mais un PRIVILÈGE qu'elles peuvent se permettre puisque leur mari ou leur chum travaille à temps plein! Si j'étais marié à une femme qui fait de gros salaires, j'aurais sauté sur l'occasion de travailler à temps partiel, moi aussi! Ce n'est pas une punition, ça, c'est un luxe! Je ne dis pas que c'est le cas de tout le monde, mais ça existe!

4- Les femmes se retrouvent dans des professions moins rémunérées et moins considérées? Join the club! Personne ne les a forcées à choisir ces carrières. Comme moi, elles ont basé leur choix sur des valeurs différentes que l'argent et le prestige. Ça ne veut pas dire que je ne souhaiterais pas voir cette situation s'améliorer, bien au contraire! Mais il est totalement faux d'affirmer qu'elles sont moins rémunérées et moins considérées PARCE QU'ELLES SONT DES FEMMES! Ça n'a rien à voir. Je suis exactement dans la même situation qu'elles et pourtant, je suis un homme.

C'est un peu le monde à l'envers. C'est comme si, en toute connaissance de cause, je choisissais un métier dangereux avec de hauts risques de blessures et qu'après ça, je hurlais que mon métier est dangereux parce que ceux qui le pratiquent sont des hommes. Quoi??

5- Le revenu des femmes à la retraite est moindre que celui des hommes? J'ignore si c'est vrai ou s'il s'agit d'une autre de leurs petites entourloupes comptables, mais peu importe. Même si c'est vrai, et même s'il était démontrable que cette situation est le fruit du sexisme, cela démontrerait simplement qu'il y a plusieurs dizaines d'années, les femmes n'avaient pas des régimes de retraite aussi généreux que ceux des hommes. Ceci ne signifie absolument pas que c'est encore le cas.

T'sais, c'est comme quand les syndicats essaient de provoquer notre indignation en nous parlant des conditions de travail des maîtresses d'écoles de rang! Ben oui c'était ridicule, crisse, mais c'était en 1910! Si c'est ça ta justification pour être féministe en 2015, faudrait peut-être trouver des exemples contemporains, non?

6- J'adore celle-là: 76% des familles monoparentales sont dirigées par des femmes! Premièrement, le choix des mots est pour le moins étrange. Comment détermine-t-on qui occupe le poste de direction d'une famille? Si par là elles font référence au parent qui a la garde officielle des enfants ou qui passe plus de temps avec eux, alors là, tout ce que ça démontre, c'est le préjugé positif du système de justice en faveur des mères!!!! Cela signifierait que dans 76% des cas, les pères n'obtiendraient ni la garde, ni même 50% du temps avec leurs enfants??? Et elles veulent se servir de cette statistique écoeurante et discriminatoire à l'égard des hommes pour appuyer leur propagande féministe? Il ne faut vraiment pas avoir de scrupules...

7- La statistique suivante à propos de la violence conjugale est un mensonge éhonté et j'ai suffisamment lu sur le sujet pour l'affirmer sans détour. Il a été démontré que les victimes masculines de violence conjugale sont beaucoup plus nombreuses que ça. De récentes études parlent d'au moins 40% de victimes masculines, certaines ont même avancé que la PLUPART des victimes seraient des hommes. Toutes s'accordent pour dire que la violence conjugale contre les hommes est en hausse. Mais voilà, la honte empêche un grand nombre de victimes de porter plainte et de dénoncer. Et souvent, ceux qui se plaignent ne sont pas pris au sérieux par la police.

Mais toutes ces subtilités n'intéressent absolument pas les féministes. Il ne faudrait surtout pas laisser la réalité venir gâcher une jolie statistique comme celle-là! Si, contrairement à elles, vous êtes davantage intéressé par la réalité que par la propagande, cliquez l'un de ces liens:

La violence conjugale, c'est aussi ça...
Victimes masculines de violence

8- On "apprend" ensuite que ce sont majoritairement des femmes qui se retirent du marché du travail pour s'occuper de membres de la famille. Mais tout comme au point 3, qu'est-ce qui indique que ces femmes le font contre leur gré? Absolument rien. Faut-il supporter davantage ces gens qui sacrifient une partie de leur revenu pour subvenir aux besoin d'un proche dans le besoin? Absolument! Mais le sexe de la personne en question n'a absolument aucune importance.

9- Les femmes ne représentent que 33% des élues à l'Assemblée nationale. Ah, misère... j'ai déjà écrit là-dessus et je n'ai pas envie de me répéter, je vous invite à consulter l'un de ces liens si la question vous intéresse:

Des quotas de femmes?
PKP et la parité obligatoire

Et vous croyez que la propagande se termine avec ce qui coiffe ce billet? Ha! Ça c'est juste la première moitié de la page! Voici ce qu'il y a en dessous:


Oui! Inégalité des femmes autochtones! Les inégalités des hommes autochtones, on s'en câlisse!

Oui! La majorité des victimes de conflits armés sont des femmes et des enfants! En fait, TOUS les conflits armés de l'histoire de l'humanité ont tué davantage d'hommes, mais ça on s'en câlisse parce que 1- les hommes sont sans valeur et 2- les hommes AIMENT la guerre, alors ils ne sont pas de véritables victimes.

Oui! Dénonçons la violence envers les femme! Quant à la violence envers les hommes, on s'en câlisse!

Oui! Soyons solidaire avec (les femmes de) notre famille, (les femmes de) notre communauté et (les femmes de) notre planète! Les garçons et les hommes, eux, on s'en câlisse!

Et ce sont ces femmes-là qui enseignent à vos enfants!!!!

Je termine avec cet encadré paru dans la même publication syndicale:


Je ne sais même pas par où commencer avec celle-là...

Tout d'abord, pourquoi appeler ça la "Soirée des femmes"? Pourquoi être aussi exclusif? Je n'aurais pas le droit de m'intéresser au sujet des "rôles sociosexuels stéréotypés", moi aussi?

Mais au-delà du titre, on a droit ici à l'une des pires fumisteries récentes du mouvement féministe. Selon cette nouvelle théorie des genres, il n'y aurait pas de réelle différences entre les hommes et les femmes! Ben non! Ce qu'on perçoit comme des différences sexuelles sont en fait le fruit du conditionnement sexiste de la société patriarcale! Déconstruisons les stéréotypes! Les enfants devraient être élevés de façon unisexe! S'ils ne savent plus s'ils sont des garçons ou des filles, c'est encore mieux! Vive la confusion transgenre! Et si les parents ne sont pas d'accord? Ben qu'ils mangent de la marde! C'est notre mission d'endoctriner... heu, je veux dire d'instruire et d'éduquer les enfants! Pas la leur!

Non mais, sincèrement, on nage dans le délire le plus complet. Ce texte est tellement scandaleux à tellement de niveaux.

Respecter les homosexuels et les transgenres? Oui, absolument. Semer la confusion totale chez les enfants hétérosexuels pour y parvenir? Absolument pas! M'semble que c'est clair, ça?

Comme l'écrivait Bock-Côté suite à la publication de cet article de La Presse intitulé POUR EN FINIR AVEC "IL" ET "ELLE": "Vivre dans un délire idéologique! Ou quand on abandonne l'égalité des sexes pour l'abolition des sexes. Et on ose nous présenter cela comme le paradis égalitaire à venir."

Imaginez les esti de niaiseries que les enseignantes qui ont assisté à cette conférence sont allées répéter aux enfants après ça...

On a probablement eu droit à des conneries débiles de ce genre:

Début février, l’école Saint-Constant, sur la rive-sud de Montréal, invitait ses élèves, le temps d’une journée, à se travestir. Les garçons devaient s’habiller en filles, et les filles, en garçons et cela, pour promouvoir la tolérance – on connait le refrain. Sans surprise non plus, les parents se révoltèrent.

Oui, dormez en paix bonnes gens, vos enfants sont entre bonnes mains!

Calvaire...



Aucun commentaire: