29 décembre 2015

Le quatrième commandement: "Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré."

Ce billet s'inscrit dans une série de textes que je publie en réplique à des vidéos de Dennis Prager qui chantent les louanges des dix commandements.

La première partie est ici: Le premier commandement: «Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage.»

La deuxième partie est ici: Le second commandement: «Tu n’auras pas d’autres dieux que moi...»
Passons maintenant au quatrième commandement, que voici dans son intégralité:

"Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui réside dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a consacré."

J'ai bien hâte de voir comment Dennis Prager va s'y prendre pour rendre admirable un commandement aussi délirant:



Voici quelques extraits de ce vidéo:

"For nearly all of human history, life consisted overwhelmingly of work. In effect, humans were beasts of burden. This commandment and only this commandment changed all that by insisting that people cease working one day out of seven."

Quel joli détournement de sens!

Premièrement, lorsqu'on relit le commandement, on voit bien que dieu ne demande pas à ses fidèles de se reposer le septième jour "parce qu'ils ne sont pas des bêtes" ou "parce qu'ils ont besoin de repos"... Non! Il ordonne le sabbat afin qu'ils s'en servent pour "l'honorer"! Dieu ne veut pas "élever" l'être humain, il veut le FORCER à l'adorer pendant une journée entière! Prager est profondément malhonnête en injectant dans ce commandement des concepts qui sont complètement absents du sens original du texte. Mais, comme vous le savez si vous avez lu mes billets précédents, ce n'est pas la première fois qu'il le fait.

Deuxièmement, sa vision de l'histoire de l'humanité est profondément naïve et manichéenne: AVANT les commandements, tout le monde travaillait sans cesse et APRÈS les commandements, les humains se sont dit qu'il serait bien de se reposer une journée par semaine. Or, c'est complètement ridicule. Vous croyez vraiment que pendant les 200 000 années qui ont précédé la rédaction des commandements, personne n'avait réalisé qu'un peu de repos est essentiel pour ne pas s'épuiser et crever? Ben voyons donc...

"More than any other commandment, the Sabbath day reminds people that they are meant to be free."

Ceci est sans contredit le détournement de sens le plus malhonnête, le plus répréhensible et le plus risible de Prager.

Il veut nous faire croire que l'objectif de ce commandement est de rappeler aux humains qu'ils sont libres!

Relisez le commandement. On peut clairement y lire: "ni ton serviteur, ni ta servante..." Savez-vous de quoi il est question ici? D'ESCLAVES!

Si dieu avait vraiment voulu affirmer que les humains doivent être libres, alors pourquoi n'aurait-il pas tout simplement interdit l'esclavage? Ça aurait bien mérité un commandement, à mon avis, et il me semble que le message aurait été très clair!

Mais non, tout ce qu'il dit, c'est que tu ne dois pas faire travailler tes esclaves le jour du Sabbat! Et Prager y voit une déclaration du droit des humains d'être libres?

Complètement ridicule.

"People who choose to work seven days a week are essentially slaves. Slaves to work, slaves to money, but slaves nonetheless."

Oui, Dennis Prager considère que la seule différence entre un esclave et un homme libre, c'est une journée de travail par semaine.

Fascinant.

Je me demande s'il a déjà entendu parler du véritable esclavage. Celui qui permet d'acheter et de vendre des êtres humains. Celui qui permet de posséder complètement des êtres humains. Celui qui permet de violenter, violer ou même tuer impunément des êtres humains.

J'aimerais voir Prager dire en pleine face à un véritable esclave que sa condition est la même que celle d'un employé de bureau qui travaille le dimanche ou encore que celle d'un "millionnaire qui travaille sept jours par semaine".

"While the Bible cannot universally abolish slavery, the Sabbath commandment greatly humanized that terrible institution and even helped make slavery impossible."

Ça devient de plus en plus impossible de prendre ce gars-là au sérieux.

La Bible ne PEUT pas abolir l'esclavage? Pourquoi pas? Selon Prager, il s'agit de la parole de son dieu tout-puissant! Il ne se gêne pas pour ordonner aux croyants de lui être fidèles, de ne pas évoquer son nom pour le mal et de ne pas travailler le jour du Sabbat! Pourquoi ne pourrait-il pas interdire l'esclavage? Il est tout-puissant ou pas? Il est doté d'une moralité parfaite ou pas?

Un dieu moralement parfait n'aurait pas simplement "humanisé" les esclaves, il aurait ordonner leur libération, point final. C'est probablement l'une des plus belles illustrations que ces commandements sont un ramassis d'âneries de l'Âge de bronze dont la valeur morale est infiniment inférieure à celle des occidentaux modernes!

"The Sabbath almost single-handedly creates and strenghtens family ties and friendships."

C'est peut-être une des conséquences de l'application de ce commandement, mais rien ne permet de croire que c'est une de ses raisons d'être. Relisez le commandement, rien n'indique que le renforcement des amitiés et des familles ne fait partie des préoccupations de dieu. Prager injecte encore un sens moderne qui est absent du texte original.

De plus, je suis certain qu'il existe des gens si abominables que le fait qu'ils aillent travailler est une libération et un bonheur pour les membres de leur famille qui aimeraient bien en être débarrassés sept jours par semaine...

"The Sabbat commandment granted animals dignity." 

Pourtant, Prager vient juste d'affirmer que ce commandement avait pour but de rendre l'esclavage impossible!

Dans la même logique, puisqu'il ordonne dans la même phrase exactement le même privilège pour les humains et les animaux, dieu ne rend-il pas l'exploitation des animaux domestiques impossible? Ce n'est évidemment pas le cas puisqu'ils existent encore. Prager ne boit-il jamais de lait? Ne mange-t-il jamais de viande ou d'oeufs?

Comment le même commandement pourrait-il signifier la liberté pour les esclaves mais pas pour les animaux?

Se pourrait-il que Prager voit ce qu'il veut bien voir dans ces commandements et qu'il ne se gêne absolument pas pour y injecter toutes les significations et les interprétations qu'il souhaite sans aucune considération pour le texte original?

C'est vraiment n'importe quoi.

En passant, quiconque possède des animaux domestiques n'a pas besoin d'un commandement divin pour savoir qu'il est tout à son avantage de ne pas maltraiter ses animaux et de les laisser se reposer. S'il ne le fait pas, l'animal mourra et la rentabilité de sa ferme en souffrira. Un commandement divin à cet effet est complètement inutile.

"All five of these life-changing and society-changing benefits of the Sabbath are available to anyone."

Prager fait sans doute référence à la partie du commandement qui mentionne "l'immigré qui réside dans ta ville".

Ce passage est très important et démontre que, comme je l'ai affirmé à maintes reprises dans les billets précédents, les dix commandements originaux ne s'adressent pas à l'humanité toute entière comme le prétend Prager, mais spécifiquement aux Juifs.

Si son dieu s'adressait à tous les humains, alors l'utilisation du terme "immigré" n'aurait aucun sens. Ce que ce terme signifie, c'est qu'il s'adresse aux Juifs et par "immigré", qu'il utilise à la troisième personne, il fait référence aux non-Juifs, à qui il ne s'adresse pas directement. Remarquez que dieu les nomme en dernier en ordre d'importance, après même les animaux de ferme. Il est important de comprendre ceci pour interpréter correctement les dix commandements.

De plus, Prager est encore une fois malhonnête lorsqu'il affirme que le Sabbat est un joli privilège qui est mis à la disposition de quiconque souhaite en profiter. Ce n'est pas du tout le sens original du texte.

Relisez le commandement. Ce que celui-ci ORDONNE, c'est de FORCER les non-croyants à respecter le Sabbat! Il s'agit d'une imposition des croyances religieuses juives à des gens qui ne sont pas Juifs! Ces derniers DOIVENT respecter le Sabbat, dieu l'ordonne! Et pas n'importe quel jour de congé, mais bien le même jour que les Juifs! Ceci constitue une attaque directe sur la liberté de religion des non-Juifs.

Ce texte n'est pas une gentille offre qui vise le bien-être de chacun, c'est un ORDRE qui force les Juifs à passer une journée sur sept à adorer dieu et qui FORCE les non-Juifs à faire de même, contre leur gré.

Il n'y a absolument rien de libérateur, de sain, d'édifiant ou de respectueux là-dedans.

Sans parler de la dernière partie du commandement qui affirme que dieu a créé l'univers en six jours, ce qui est complètement ridicule de tous les points de vue. D'un point de vue scientifique, on sait que c'est faux. D'un point de vue philosophique, pourquoi le créateur de l'univers calculerait-il le temps en heures terrestres? D'un point de vue religieux, pourquoi un dieu doté d'une puissance infinie aurait-il eu besoin de six jours pour créer l'univers ou encore d'un jour de repos par la suite?

Comme tout le reste, ça ne rime strictement à rien.



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Il me semble que ces commandements sont une diversion.

En effet, le commandement qui fait le plus de dégâts dans la société est celui qui édicte :

"Père et mère tu honorera afin de vivre longuement."

Ce commandement interdit de voir les parents biologiques, mais surtout les "parents" religieux ou scolaires, tels qu'ils sont soit: comme les imbéciles, les vicieux, les fous, les menteurs, les abuseurs, les ignorants, les drogués, les alcooliques et surtout l'absence d'amour de tous ces psychopathes pervers narcissiques abuseurs de leur pouvoir qui détruisent la vie et l'avenir des enfants et de la société.

Et cet aveuglement engendre la répétition, le déplacement, la pérennité de ce cercle vicieux de la violence physique et psychologique au nom de l'éducation sur les enfants et dans la structure hiérarchique contaminée par l'abus de pouvoir et le harcèlement psychologique responsable de la destruction de la santé mentale et du suicide de nombreuses personnes.

Salutations

Prof Solitaire a dit…

Oui, ça s'en vient... mon objectif est de tous les passer en ordre... alors j'espère être à la hauteur lorsque je m'attaquerai à votre préféré! ;-)