12 décembre 2015

L'angélisme de Louis T

J'avais d'abord décidé d'ignorer ce vidéo qui fait les rondes de l'Internet... mais comme il m'a été envoyé par plusieurs personnes distinctes et qu'il semble connaître une étonnante popularité, j'ai changé d'idée. J'en ai marre de voir les gens traiter ceci comme s'il s'agissait d'une grandiose révélation digne du plus grand génie.



Voici donc quelques citations tirées de ce monologue auxquelles je souhaite réagir.

"Tu ne mourras pas du terrorisme. En fait, les chances de mourir du terrorisme sont de une sur 116 millions."

Évidemment, s'il est vrai de dire que les probabilités de mourir dans un attentat terroriste sont assez basses au Québec (je l'ai moi-même déjà écrit ici), on est en droit de se questionner sur les intentions de l'humoriste lorsqu'il soulève ceci.

À mon avis, son objectif ici est clairement de dépeindre les gens qui s'inquiètent du phénomène de la radicalisation de l'Islam comme une bande de crétins ignares et trouillards qui craignent d'être tués à tout moment. C'est profondément condescendant et méprisant. Et lorsqu'on s'y attarde, on voit bien que son argument est inadéquat.

Tout d'abord, s'il faut ridiculiser les gens qui s'inquiètent de problématiques simplement sous prétexte que cela a peu de chance de les tuer, alors ridiculisons les gens qui s'intéressent à la sécurité routière! En effet, seulement 400 personnes meurent sur les routes par année au Québec! Sur une population de 8,2 millions de personnes, cela veut dire que j'ai seulement 0,004% de chances de mourir dans un accident de voiture! Moquons-nous aussi des gens qui font la promotion de la sécurité nautique puisque seulement 78 personnes par année meurent noyées au Québec! Cela signifie que j'ai seulement 0,0009% de chances de mourir noyer! On voit bien que ce raisonnement est stupide.

Plus loin, l'humoriste affirme que nos gouvernements font erreur d'investir plus d'argent dans la lutte au terrorisme que dans les recherches contre le cancer sous prétexte que ce dernier a plus de chances de nous tuer. Je n'ai évidemment aucune objection à voir les investissements publics augmenter dans le domaine de la science, mais ce que l'humoriste oublie, c'est que les investissements dans le domaine de la sécurité ont également porter fruit et que c'est en partie grâce à eux que ses statistiques sur les probabilités de mourir d'un acte terroriste sont aussi basses. En effet, plusieurs complots ont été déjoués ces dernières années, comme celui-ci, celui-cicelui-cicelui-ci, celui-cicelui-cicelui-ci, celui-ci, celui-cicelui-ci, celui-ci, celui-cicelui-ci, celui-ci, celui-ci ou encore celui-ci. Sans les investissements des gouvernements dans la sécurité et la prévention, ces complots terroristes auraient pu être menés à terme et auraient pu causer des centaines, voire des milliers de morts.

Ajoutons également que, selon le SCRS, une trentaine de Canadiens combattent en Syrie à l’heure actuelle et au moins une centaine d’autres participent à diverses activités terroristes ailleurs à l’étranger. Ces terroristes possèdent la citoyenneté canadienne. Que sommes-nous supposés faire lorsqu'ils tenteront de rentrer au pays? Devons-nous simplement rester indifférents sous prétexte que nos chances de mourir dans un attentat terroriste sont statistiquement basses?

Un document récemment déclassifié nous a également appris que la radicalisation de Canadiens musulmans est plus répandue et efficace que jamais auparavant: Islamist extremists are now radicalizing Canadians at “a large number of venues,” according to a secret intelligence report released to the National Post under the Access to Information Act. While mosques with hardline imams are often singled out for spreading violent Islamist ideology, the study found that radicalization has been taking place at a much longer list of locales. “Radicalization is not limited to religious centres,” says the Canadian Security Intelligence Service report, titled Venues of Sunni Islamist Radicalization in Canada. The heavily censored report identifies the role of prisons, the Internet and foreign travel in turning some Canadians into extremists who wage or support violence. But it also points a finger at the family home. Mais Louis T nous dira probablement qu'il ne faut surtout pas s'inquiéter de cela non plus?

Bref, cet humoriste peut bien être aussi condescendant et méprisant qu'il le veut, et il peut bien diffuser son angélisme sur les ondes des médias multiculturels politiquement corrects, mais la réalité, c'est que les terroristes musulmans existent, certains vivent chez nous, certains ont la citoyenneté canadienne et ils représentent une menace réelle. Cela ne veut pas dire qu'il faut tomber dans la paranoïa et voir des terroristes partout, mais cela ne veut pas dire non plus qu'il faut se mettre la tête dans le sable comme Louis T et minimiser le problème ou prétendre qu'il n'existe pas.

Et le problème du déni des médias ne s'arrête pas à ce petit monologue. Le problème est beaucoup plus large. Nos médias ne manquent jamais une occasion de jouer à ce petit jeu. Daniel Baril l'explique très bien dans cet article:

Sous le couvert de présenter un reportage sur l’islam intégriste au Québec, c’est en fait à la reprise du discours «anti-charte» ‑ c’est-à-dire anti-laïcité ‑ que s’est livrée Radio-Canada avec son reportage de l’émission Enquête du 27 novembre, Montée de l’intégrisme : lever le voile.

L’essentiel du reportage réalisé par Johanne Faucher a été consacré à défendre le port du voile, à présenter des extraits insipides de sermons d’imams, à discréditer les observatoires Poste de veille et Point de bascule, à réduire le projet de charte sur la laïcité du Parti Québécois à un facteur de tensions sociales, à accuser les médias d’islamophobie. On se serait attendu à ce qu’elle cherche à comprendre comment fonctionnent les intégristes et ce qu’ils pensent. On se serait attendu à un organigramme des différentes mouvances islamistes présentes au Québec. Il y a manifestement eu un grossier détournement du sujet.

Le sens de son reportage est en fait de nous dire qu’elle n’a pas trouvé trace d intégriste. « Après des mois d’enquête, nous n’avons pas trouvé de groupes intégristes organisés qui auraient comme objectif secret de détruire la démocratie et ses valeurs », peut-on lire sur le site de l’émission. Pourquoi ne pas avoir donné la parole à des gens comme Fabrice de Pierrebourg, auteur de Montréalistan- Enquête sur la mouvance islamiste ?

La question de départ était «Existe-t-il des groupes intégristes musulmans à Montréal?». Passer de cette question à une conclusion telle que formulée plus haut relève de la désinformation et de la malhonnêteté intellectuelle.

Bref, loin de semer la peur des terroristes musulmans, les médias multiculturels se dévouent plutôt à brouiller les cartes, à minimiser le danger, à noyer le poisson et à détourner le débat.

"Quand on nous dit que le Moyen-Orient est en guerre contre l'Occident, objectivement parlant, le Moyen-Orient est beaucoup plus en train de s'entre-tuer que de nous attaquer."

Personne ne dit que "le Moyen-Orient" est en guerre contre l'Occident. Ce que l'on dit, c'est que les islamistes musulmans sont en guerre contre l'Occident. Et vous savez comment on sait ça? Parce qu'ils le disent eux-mêmes! Il suffit de les écouter, plutôt que de tenter de cacher la réalité.

Abou Mohammad Al-Adnani, porte-parole officiel de Daech, a déclaré vouloir faire "sauter la Maison Blanche, Big Ben et la Tour Eiffel". Il a aussi évoqué les villes dans lesquelles les "fidèles" de l'Etat islamique doivent perpétrer des attentats. "Paris, Rome et Jérusalem" sont principalement visées. "Oh chiens du Royaume-Uni [...], tout ce que vous verrez sera l'horreur sur les visages des gens et votre Big Ben réduit en poussière. (...) Oh rats sales de France, attendez-vous à la destruction de votre Tour Eiffel et au basculement de votre pays dans l'anarchie".

Ce n'est pas une déclaration de guerre à l'Occident, ça?

Alors que dire du message de Daech diffusé après les horribles attentats de Paris? Ils y déclarent que: "dans une attaque bénie dont Allah facilitait les causes, un groupe de croyants des soldats du Califat, qu’Allah lui donne puissance et victoire, a pris pour cible la capitale des abominations et de la perversion, celle qui porte la bannière de la croix en Europe: Paris (...) Huit frères, portant des ceintures d’explosifs et des fusils d’assauts ont pris pour cible des endroits (...) minutieusement choisis à l’avance au cœur de la capitale française: le stade de France, lors d’un match de deux pays croisés: la France et l’Allemagne (…), le Bataclan où étaient rassemblés des centaines d’idolâtres dans une fête de perversité ainsi que d’autres cibles dans le 10e, le 11e et le 18e arrondissement, et ce simultanément (…). Paris a tremblé!"

Ce n'est pas une déclaration de guerre à l'Occident ça non plus, je suppose?

Évidemment, Louis T a factuellement raison lorsqu'il affirme que Daech fait plus de victimes au Moyen-Orient qu'en Occident. Mais encore une fois, il soulève cela dans un but malhonnête. Il essaie de nous faire croire que Daech n'est pas en guerre contre l'Occident, mais plutôt en guerre contre le Moyen-Orient et que nous n'avons donc absolument rien à craindre. Et, encore une fois, lorsqu'on s'y attarde un peu, on voit qu'il s'agit encore une fois d'un argument putride.

Premièrement, est-il en train de dire que la violence de Daech est moins grave parce que les gens qui crèvent sont majoritairement en Iraq, en Afghanistan, au Pakistan et en Syrie? Moi, je trouve ces morts-là aussi abominables que celles de Paris! Et je ne vois rien de réconfortant là-dedans!

Deuxièmement, l'humoriste est malhonnête en affirmant que Daech n'est pas en guerre contre l'Occident PARCE QUE la majorité de leurs victimes sont au Moyen-Orient. La réalité, c'est que la majorité de leurs victimes sont là-bas parce qu'ils sont davantage physiquement présents là-bas. Parce qu'ici, nous avons des services de sécurité plus efficaces et mieux organisés. Parce qu'ici, nous avons un plus petit bassin de fanatiques dans lequel ils peuvent puiser leurs recrues. Parce que là-bas, la guerre civile a créé une anarchie qui leur permet de comploter et d'agir en toute impunité. C'est pour ça qu'il y a plus de mort là-bas qu'ici. Ce n'est pas parce que Daech aime l'Occident, merde!

"Dans les cinq dernières années, seulement 2% des attaques terroristes avaient comme motivation la religion."

Cette statistique est mensongère, comme l'avoue lui-même Louis T du bout des lèvres un peu plus loin. La vérité, c'est que la majorité des victimes du terrorisme ont été blessés ou massacrés dans des attaques terroristes perpétrés par des fanatiques islamistes. Mais ça, on ne le dit pas et on ne le chiffre pas parce que ça ne cadre pas trop avec le message qu'on tente de nous faire gober. C'est ce que soulève cet article du Libé: "Malheureusement, Europol ne tient pas de statistiques spécifiques sur le nombre de morts et de blessés suite à ces attaques. Ainsi, si les actes séparatistes sont plutôt courants, ils tuent ainsi assez rarement."

Bref, si quelqu'un se donnait la peine de dénombrer le nombre de victimes des terroristes islamistes versus celui des terroristes séparatistes, il ne fait aucun doute qu'on serait très loin de ce maigre petit 2%.

De plus, il serait intéressant de voir quelle définition du "terrorisme" est utilisée pour en arriver à un pourcentage aussi bas. Je ne serais pas étonné que toutes sortes d'actes violents soient inclus dans le calcul pour minimiser encore plus l'importance des attentats islamistes.

"Les Américains s'enlignent pour élire comme président l'homme qui représente probablement le mieux l'extrême-droite: Donald Trump."

Misère...

Tout d'abord, les chances de Trump de remporter l'investiture républicaine sont bien réelles, mais ses chances de devenir président sont quasi-nulles. Les sondages les plus optimistes ne donnent même pas 40% d'appui à Trump à l'intérieur de son propre parti, alors imaginez chez les électeurs démocrates qui représentent environ 50% de la population américaine!

Il est aussi intéressant de noter que Louis T se moque allègrement des gens qui ont peur des musulmans, mais il ne ressent absolument aucune hésitation à nourrir la peur de "l'extrême-droite" en disant des énormités et en allant jusqu'à comparer Trump à Hitler! Bref, il ne faut pas avoir peur de Daech, il faut craindre Donald Trump!!! Fascinant, n'est-ce pas?

Daech est moins dangereux que le cancer, mais Donald Trump est la réincarnation d'Adolf Hitler, tabarnak!

Mais l'aspect le plus ironique de ce segment, c'est que c'est justement à cause de ce genre de propagande médiatique malhonnête que Trump a atteint son actuel niveau de popularité.

Oui, vous avez bien lu, c'est à cause de la malhonnêteté des médias, de leur tripatouillage de chiffres, de leur crainte de nommer les islamistes par leur nom et de leur asservissement au politiquement correct et à l'idéologie multiculturaliste que les propos délirants et déjantés d'un type comme Trump paraissent "rafraîchissants", "honnêtes" et "francs" aux yeux de beaucoup de monde.

Le journaliste Victor Davis Hanson a d'ailleurs écrit un intéressant papier pour le National Review dont voici quelques extraits:

(...) The public no longer respects U.S. Immigration and Customs Enforcement, the IRS, the VA, or the GSA. Even the once-hallowed Secret Service has become a near laughingstock of incompetency, corruption, and politicization. Is the purpose of NASA really Muslim outreach, as NASA chief Charles Bolden suggested in 2010?

The world that we are told about by our government bears no resemblance to what we see and hear every day. (...) The first reaction of Attorney General Loretta Lynch after the recent San Bernardino terrorist attack was to warn the country about Islamophobia. Her implicit message to the families of the dead was not that the government missed a terrorist cadre or let Islamic State sympathizers carry out a massacre. Instead, she worried more about Americans being angry at the inability of the tight-knit Muslim community to ferret out the extremists in its midst. 

So we live in an age of disbelief. The government reports that a record 94.4 million Americans are not in the labor force. That is almost a third of the country. How can the same government declare that the official unemployment rate is only 5 percent? Economists warn that a $20 trillion national debt cannot be serviced without major calamities once interest rates rise. Yet even as interest rates are scheduled to go up, the government still borrows nearly $500 billion a year. It calls that profligacy fiscal prudence, because the borrowing is below the usual $1 trillion a year. 

(...) In short, millions of citizens think the nation is headed for a financial reckoning. They feel threatened by radical Islamic terrorism. They sense that cultural and social stability has disappeared. And they know that expression of these worries can be a thought crime — hounded down by politicians, media, universities, and cultural institutions that do not enjoy broad public support and are not subject to the direct consequences of their own ideologies. 

Amid these crises and the present absence of responsible leadership, if there were not a demagogic Donald Trump ranting and raving on the scene, the country would probably have to invent something like him.

Si les médias et les politiciens étaient honnêtes à propos de la menace terroriste au lieu de tenter sans cesse de la minimiser, s'ils étaient honnêtes à propos de la nature de cette menace au lieu de nier le lien avec la doctrine religieuse, s'ils étaient honnêtes face aux aspects rétrogrades des religions plutôt que de faire preuve d'une ouverture béate à des comportements inacceptables au nom de "la tolérance", s'ils laissaient une place à la critique légitime plutôt que de la faire taire avec des accusations d'islamophobie et de xénophobie, s'ils respectaient l'intelligence des gens plutôt que de les mépriser et de leur faire la morale... ben, un Donald Trump ou une Marine Le Pen ne seraient pas possibles en Occident!

Alors, mon p'tit Louis T, tu te demandes comment un zigoto comme Trump peut être aussi populaire?

Regarde-toi dans le miroir, mon coco!




Aucun commentaire: