29 décembre 2015

«On était bien ici avant»

Excellent texte de Christian Rioux à propos de la France et de son cancer islamiste:

Mohamed Annag a près de 70 ans. Cela fait quatre décennies qu’il habite à l’ombre de la basilique de Saint-Denis, ce joyau de l’art gothique où ont été enterrés presque tous les rois de France. Arrivé de Casablanca en 1973 pour une simple visite touristique, il s’est aussitôt fait proposer du travail et des papiers. La France avait alors besoin de travailleurs. En 1977, il s’est donc installé à Saint-Denis, en banlieue nord de Paris, où il a élevé sa famille et fait sa vie. Une vie heureuse, dit-il.

Réveillé mercredi par les tirs de l’assaut donné par les policiers sur la petite rue du Corbillon, ce grand vieillard efflanqué ne cesse de répéter: «On était bien ici avant!» Mais avant quoi au juste ?

Avant l’arrivée de l’islamisme! Car, c’est bien de cela qu’il s’agit et de rien d’autre. Lorsqu’on interroge Mohamed, il explique qu’il a toujours pratiqué sa religion librement, avec la modération dont font généralement preuve les catholiques et les juifs français, sans ostentation et sans prosélytisme excessif. Bref, comme on fait en France depuis la grande réconciliation qu’a représentée l’adoption de la loi de 1905 sur la laïcité.

Lorsque Mohamed est arrivé en France, les femmes de Saint-Denis ne portaient pas le voile. À Casablanca non plus, d’ailleurs. Mais, depuis une dizaine d’années, les choses se sont mises à changer. Ceux qu’on surnomme les «barbus» sont arrivés. «Ce ne sont plus les mêmes musulmans», tranche Mohamed.

On parle beaucoup de «l’islam de France». En réalité, cet islam existe. Du moins a-t-il existé. Depuis des décennies, la France abritait un islam paisible et respectueux de ses traditions laïques. Ce n’est plus le cas depuis l’arrivée du salafisme. Si les événements des derniers jours ont une cause, elle est dans cet islam radical que les responsables politiques ont laissé se développer impunément.

De même serait-il temps de cesser de peindre les banlieues françaises en ghettos noirs américains. Ceux qui cultivent cette image n’y vont jamais. Ils n’en ont donc que la vision déformée que leur présentent le cinéma et le rap. Certes, il existe des cités délabrées en banlieue où règnent de petits caïds. Mais rien ne peut occulter le fait que l’État a investi depuis vingt ans des milliards dans la rénovation de ces quartiers dits difficiles. La France a plus investi à Clichy-sous-Bois après les émeutes de 2005 que Québec et Ottawa ne le feront jamais à Mégantic malgré le cataclysme que l’on sait. Saint-Denis, une ville en pleine rénovation urbaine, en est d’ailleurs l’exemple. Certes, on y trouve encore des squats comme celui de la rue du Corbillon, mais ils côtoient des HLM de qualité à faire rêver bien des habitants des quartiers pauvres d’Amérique du Nord.

Mais la réalité importe peu au choeur des pleureuses multiculturelles pour qui les islamistes radicaux ne sont que de pauvres hères victimes de la misère sociale la plus abjecte. Le cerveau présumé des attentats de Paris était pourtant issu d’une famille de petits commerçants marocains qui ne vivait pas dans la pauvreté. Abdelhamid Abaaoud avait même fréquenté le collège privé Saint-Pierre à Uccle, une sorte d’Outremont bruxellois. « Notre famille doit tout à ce pays », dit d’ailleurs son père, heureux de vivre en Belgique. Sa cousine Hasna Aitboulahcen, qui se serait fait exploser mercredi à Saint-Denis, était gérante d’une entreprise de maçonnerie à Épinay-sur-Seine. Parmi les kamikazes de vendredi dernier, on trouve un fonctionnaire chauffeur de bus à la RATP et un tenancier de café. Pas vraiment des miséreux.

Depuis quand d’ailleurs les pauvres seraient-ils moins vertueux que les bourgeois? Il ne faut pas confondre la « misère » avec la crise d’identité qui frappe souvent les enfants d’immigrants. C’est elle qui les pousse à se tourner vers cet islamofascisme que l’on a vu à l’oeuvre vendredi dernier. Ce terrorisme n’a rien à voir non plus avec cette islamophobie fantasmée dont on nous rebat les oreilles. En France, depuis une semaine, on a peut-être vu quelques gestes isolés, mais pas l’ombre d’une vague d’islamophobie, autrement appelée « amalgame ». On a plutôt vu un peuple debout capable de faire les nuances nécessaires. Si les Français ne confondent pas les terroristes avec les musulmans, ils ne confondent pas non plus les musulmans qui s’intègrent avec cet islamisme rampant qui sera toujours incompatible avec la France. Un islamisme qui n’a pas sa place dans un pays laïc et démocratique, car, en plaçant l’oumma au-dessus du pays et des lois, il en rejette tous les principes.

Si la France a failli quelque part, ce n’est certainement pas en laissant libre cours à la xénophobie. Celle-ci n’y est pas plus présente qu’ailleurs, contrairement à ce que laisse entendre le « french bashing » ambiant. Ce n’est pas non plus faute de mesures sociales pour aider les défavorisés. C’est faute d’avoir su faire respecter ses règles d’intégration et mené la lutte idéologique — un mot que François Hollande ne prononce pas — contre un islamisme incompatible avec la République. Après 40 ans d’une vie paisible en France, voilà ce que Mohamed Annag a vu se dérouler sous ses yeux.

Cela devrait servir d'avertissement aux petits multiculturalistes québécois...



Aucun commentaire: