17 février 2016

Enseignons aux petits garçons à ne pas violer!

L'autre jour, je vais faire un petit tour sur Facebook et j'aperçois qu'une de mes cousines, que nous appellerons ACG pour les besoins de ce billet, a affiché un lien vers un article intitulé: "Une chance que je n'ai pas de fille". Elle accompagne ce lien d'un commentaire comme: "C'est tellement pertinent" ou un truc du genre.

Alors je clique là-dessus pour voir de quoi il en retourne. Évidemment, comme d'habitude, il s'agit d'un autre torchon féministe comme tous les millions d'autres qui inondent le web.

L'auteure de l'article est cette bonne vieille Marilyse Hamelin. J'ai déjà parlé d'elle à deux reprises sur ce blogue: ici et ici. Comme vous le voyez, elle n'en est pas à ses premières élucubrations, mais apparemment, on n'avait encore rien vu!

Cette fois-ci, elle réagit au récent recrutement de filles mineures par les gangs de rue. Et comme toujours, en bonne féministe, elle tombe très rapidement dans la diabolisation des garçons et des hommes.

Voici quelques extraits de son article:

(...) si on veut faire de la prévention, pourquoi diable se contenterait-on de parler aux filles? C'est toujours le même discours qui surgit. Et c'est pareil lorsqu'il est question d'agressions sexuelles. C'est simple, de l'enfance à l'âge adulte, on prêche la prudence aux filles.

Si on ne prêchait que la prudence, ce serait bien! N'est-il pas important que les jeunes soient conscients des risques du monde qui les entoure?

Le problème n'est pas qu'on leur prêche la prudence! Le problème, c'est qu'on leur prêche la PEUR et la HAINE!

La peur et la haine DES HOMMES, pour être plus précis.

Plusieurs articles ont déjà été publiés à propos de ce phénomène. Comme celui-ci du Wall Street Journal:

When children get lost in a mall, they’re supposed to find a “low-risk adult” to help them. Guidelines issued by police departments and child-safety groups often encourage them to look for “a pregnant woman,” “a mother pushing a stroller” or “a grandmother.” The implied message: Men, even dads pushing strollers, are “high-risk” (…) Child advocate John Walsh advises parents to never hire a male babysitter. Airlines are placing unaccompanied minors with female passengers rather than male passengers. Soccer leagues are telling male coaches not to touch players.

Child-welfare groups say these are necessary precautions, given that most predators are male. But fathers' rights activists and educators now argue that an inflated predator panic is damaging men's relationships with kids. Some men are opting not to get involved with children at all, which partly explains why many youth groups can't find male leaders, and why just 9% of elementary-school teachers are male, down from 18% in 1981.

People assume that all men "have the potential for violence and sexual aggressiveness," says Peter Stearns, a George Mason University professor who studies fear and anxiety. Kids end up viewing every male stranger "as a potential evildoer," he says, and as a byproduct, "there's an overconfidence in female virtues."

Ou encore celui-ci de ABC News:

"You are talking about singling out a large group -- almost half the population -- for stuff that in fact involves a small number of people," said George Mason University history professor Peter Stearns. Stearns said actual incidents of male sexual predators seeking out children is less common than many think. "Very few kids are at risk of sexual predation," said George Mason University history professor Peter Stearns. "We have definitely hyped it."

(...) Yet some local men fear that the panic over predators also may affect the way men relate to children. "You need to be able to let kids feel comfortable with men and vice versa," Stearns said. "And in a few cases I think men really do feel confused by the kind of signals that are being sent out now."

The controversy has left father of two Barry Pfluger in an uncomfortable situation. "My reaction is we have gone too far," said the girls' soccer coach of eight years. Pfluger said now men have to question whether or not they can even give children a hug. "It should be something that we just do that's human nature and we shouldn't have to think about the liability associated with it," he added.

It's exactly that type of response Stearns said he wants to prevent. "I want children safe, too, but I also want children raised in an atmosphere where they don't feel unnecessary levels of fear and get distorted impressions about the world around them," Stearns said.

Ou celui-ci de Salon:

In other words, we’ve reached total hysteria. Most predators are men, sure, but most men are not predators! As Benjamin Radford, managing editor of Skeptical Inquirer, told the Journal, “The number of men who will hurt a child is tiny compared to the population. Virtually all of the time, if a child is lost or in trouble, he will be safe going to the nearest male stranger.” (...) The result is that some children come to view any unfamiliar man “as a potential evildoer.” These kinds of panic-stricken protections seem to do more harm than good; there’s great potential to limit and damage kids’ relationships with men (and vice versa) while doing little to actually protect against abuses.

Il n'y a pas de mal à enseigner aux enfants qu'ils doivent être prudents. Mais le fait de leur enseigner à craindre les hommes a des effets dévastateurs dans notre société. Je vous invite à vous procurer mon livre, Un homme au primaire, si vous voulez en connaître de nombreux exemples concrets.

Mais revenons à l'article de Mme Hamelin:

Invariablement, il semble que seules les femmes soient concernées. Ben quoi, c'est normal, non? Après tout, 83% des victimes d'agressions sexuelles au Québec sont de sexe féminin.

Wow! 83% C'est épouvantable! Cataclysmique! On ne peut pas tolérer ça! L'heure des mesures drastiques a sonné!

La plupart des gens, en voyant cette statistique, vont immédiatement penser qu'elle signifie que 83% des femmes ont été violées. Mais ce n'est pas du tout ce que signifie ce nombre et Mme Hamelin fait preuve d'une grande malhonnêteté en l'utilisant ainsi.

Lorsqu'on consulte la source, on constate que cette statistique (83%) mesure les "infractions sexuelles enregistrées par les corps policiers" en 2009. Ces infractions regroupent non seulement des viols, mais également des crimes beaucoup moins graves tel que le voyeurisme.

De plus, il s'agit de plaintes faites à la police et non pas pas de gens qui ont traversé le processus judiciaire et qui ont été trouvés coupables! Ce chiffre regroupe toutes les plaintes, sans se soucier de savoir si elles sont fondées ou pas.

Or, il a été démontré à de multiples reprises qu'un nombre important des ces plaintes sont sans fondements. Selon les travaux du docteur Eugene J. Kanin de la Purdue University, jusqu'à 41% des plaintes de viol faites à la police sont fausses:

With the cooperation of the police agency of a small metropolitan community,
45 consecutive, disposed, false rape allegations covering a 9 year period were
studied. These false rape allegations constitute 41% the total forcible rape cases
(...) reported during this period. These false allegations appear to serve
three major functions for the complainants: providing an alibi seeking revenge,
and obtaining sympathy and attention. 

Bref, le 83% signifie que lorsqu'on regarde les plaintes faites à la police pour "infractions sexuelles" en 2009, dans 83% de ces cas-là, les victimes ALLÉGUÉES étaient des femmes. Et si on se fie aux travaux du docteur Kanin, environ 41% de ces plaintes sont sans fondements. C'est ça la réalité.

Finalement, il faut comprendre que cette statistique est également trompeuse d'une autre façon. Le fait que plus de femmes que d'hommes portent plainte à la police pour ce genre d'offense ne signifie pas nécessairement qu'ils en sont moins souvent victimes. C'est un fait documenté que les hommes qui sont victimes de viol portent beaucoup moins souvent plainte que les femmes. Les raisons sont multiples:

Because men in our society are expected to always be ready for sex and to be the aggressors in sexual relationships, it may be difficult for a man to tell people that he has been sexually assaulted, especially if the perpetrator was a woman.  Additionally, either the survivor himself or those around him may feel that a “real man” would have been able to protect himself.  Our society expects men to be in control, and therefore the survivor and others may have difficulty accepting the image of a man who has been victimized.  In the case that the perpetrator is a woman, the survivor may be mocked or feel ashamed that a woman overpowered him.  However, it is common for both men and women to “freeze” during a sexual assault, making him or her incapable of physically resisting the perpetrator.  Sexual assault is, therefore, no sign of physical weakness in the survivor.  Also, there are some beliefs that male survivors, especially if abused as a child, will go on to become offenders themselves. While research demonstrates that the vast majority of men who experience sexual abuse as children do not perpetrate as adults, this stigma may negatively impact a male survivor’s social experiences, and it may also lead male survivors to avoid disclosure.

Dans les faits, comme le révélait cet article du Time, les hommes seraient aussi souvent victimes de viol que les femmes:

And now the real surprise: when asked about experiences in the last 12 months, men reported being “made to penetrate”—either by physical force or due to intoxication—at virtually the same rates as women reported rape (both 1.1 percent in 2010, and 1.7 and 1.6 respectively in 2011).

In other words, if being made to penetrate someone was counted as rape—and why shouldn’t it be?—then the headlines could have focused on a truly sensational CDC finding: that women rape men as often as men rape women.

The CDC also reports that men account for over a third of those experiencing another form of sexual violence—“sexual coercion.” That was defined as being pressured into sexual activity by psychological means: lies or false promises, threats to end a relationship or spread negative gossip, or “making repeated requests” for sex and expressing unhappiness at being turned down.

Should we, then, regard sexual violence as a reciprocal problem? Getting away from the simplistic and adversarial “war against women” model is undoubtedly a positive step, as is admitting that women are human beings with the capacity for aggression and wrongdoing—including sexual assault. 

Mais toutes ces subtilités n'intéressent pas du tout les féministes comme Mme Hamelin.

Je crois avoir clairement établi que l'utilisation de la statistique de 83% par cette auteure féministe est profondément trompeuse et malhonnête. Mais évidemment, les féministes ne se soucient jamais de telles considérations. Tout ce qui les intéresse, c'est de répandre la peur et de dépeindre les femmes comme les victimes des hommes. Pour y arriver, elles n'hésiteront pas à utiliser des statistiques comme celle-ci. Quand le lecteur voit le 83%, ça fait peur! L'auteure ne fait absolument aucun effort pour fournir du contexte puisque son objectif n'est pas d'informer ses lecteurs, mais tout simplement de semer la terreur.

Une statistique beaucoup plus honnête serait de se demander quel pourcentage des hommes commettent des viols! Comme cette statistique ne figure nulle part, prêtons-nous au jeu et tentons de la calculer nous-mêmes.

Retournons d'abord au lien qu'offre Mme Hamelin dans son article. Selon ces statistiques, 5293 plaintes ont été déposées à la police pour "infractions sexuelles" en 2009. Si, comme l'affirme le même lien, 83% de ces plaintes concernent des actes dont une femme est la victime alléguée, on parle donc de 4393 plaintes.

Si 41% de ces plaintes sont sans fondement, alors 59% des plaintes sont valides. On se retrouve donc avec 2591 plaintes fondées.

Comme on l'a vu plus haut, ce nombre est toujours gonflé puisqu'il concerne toutes sortes de crimes autres que le viol, comme par exemple le voyeurisme. Cela signifie que le nombre réel de viols doit être encore plus bas que ça. Mais soyons bons princes et supposons que le nombre soit bon et qu'en 2009, 2591 plaintes fondées aient été faites à la police pour agression sexuelle contre une femme. Et supposons également que TOUTES ces agressions aient été perpétrées par des hommes.

Les statistiques officielles nous apprennent que la population du Québec était estimée à 7,87 millions de personnes au 1er janvier 2010. Si la moitié sont des hommes, cela fait environ 3 935 000 hommes. Si 2591 de ces hommes se sont rendus coupables de viol en 2009, cela signifie donc que 0,07% de la population masculine du Québec a agressé une femme pendant l'année.

Pas mal moins dramatique que le 83%, pas vrai? Pas étonnant que les féministes ne s'intéressent pas à ce nombre.

Mais gardons-le en tête en continuant de lire l'article de Mme Hamelin:

Invariablement, il semble que seules les femmes soient concernées. Ben quoi, c'est normal, non? Après tout, 83 % des victimes d'agressions sexuelles au Québec sont de sexe féminin. Non, pas normal. Le temps est venu de faire en sorte que les hommes aussi soient et se sentent concernés.

Sur quoi Mme Hamelin se base-t-elle pour affirmer que les hommes ne se sentent pas concernés?

Réponse: sur rien d'autre que ses propres préjugés.

La réalité, c'est que la vaste majorité des hommes aiment les femmes et ne leur veulent aucun mal. C'est certainement mon cas! Nous ne voulons pas qu'il arrive malheur à nos épouses, nos soeurs, nos mères et nos amies. De toute évidence, si leur sécurité était menacée, nous nous sentirions profondément concernés! Mais à en croire Mme Hamelin, les hommes du Québec sont complètement dénués d'empathie. Les femmes se feraient inlassablement violer et on ne sent pas du tout concernés. On s'en câlisse!

Bref, l'auteure déshumanise les hommes.

Et ce n'est pas fini:

J'ai donc été ravie hier matin de tomber sur ce témoignage d'une mère qui exprime parfaitement ma conviction la plus intime, c'est-à-dire que l'éducation des garçons constitue LE chantier principal en matière de prévention des agressions sexuelles.

Je ne parlerai pas de l'article auquel réfère Mme Hamelin, mais il est encore plus haineux que le sien. Allez le lire par vous-mêmes si vous avez le coeur solide. Moi, je préfère m'en tenir à celui-ci, principalement pour des considérations de clarté et parce que je ne veux pas que ce billet soit plus interminable qu'il ne l'est déjà.

Revenons donc à notre moutonne. Ce que dit Mme Hamelin ici, c'est que la meilleure solution pour prévenir les agressions sexuelles, c'est "l'éducation des garçons". Ça sonne bien, vous ne trouvez pas? En effet, qui peut être contre l'éducation? C'est beau, positif et constructif, l'éducation! On ne peut pas être contre l'éducation!

Les auteures féministes sont très habiles. Elles nous amènent tout doucement et progressivement vers les conclusions les plus monstrueuses en préparant le terrain.

Mme Hamelin commence par nous balancer une statistique terrifiante et malhonnête par la gueule. Le lecteur est alors ébranlé, déstabilisé. Elle enchaîne ensuite en nous parlant d'éducation. Cela vise à créer un préjugé positif à l'égard de la proposition qui s'en vient.

Elle y va doucement parce qu'au fond d'elle-même, dans ce qu'il lui reste encore de conscience, elle sait que sa proposition est une abomination, alors elle la couvre de sucre et nous la fait avaler par petites doses.

Voyez la suite:

De toutes les personnes agressées sexuellement au Québec, année après année, 52% sont des femmes mineures. Je répète, la moitié des victimes québécoises d'agressions sexuelles sont des jeunes filles.

Vous pouvez le répéter autant de fois que vous le souhaitez, Mme Hamelin, cela ne rendra pas votre chiffre plus pertinent ou plus vrai. Mais la tactique est tout à fait transparente: elle veut vous terrifier avec son 52%.

Comme les mots "des jeunes filles" sont soulignés en bleu, j'ai cliqué, croyant que cela m'amènerait à la source de sa statistique. Ben non, le lien nous mène au récit d'un rappeur qui raconte l'agression sexuelle dont a été victime l'une de ses amies. Une histoire bouleversante, bien évidemment, mais complètement inutile et impertinente dans la présente discussion. On peut bien nous décrire avec moult détails horrifiques les viols les plus monstrueux du monde, cela n'apporte aucune crédibilité supplémentaire aux chiffres qui sont mis de l'avant par l'auteure.

En fait, le 52% provient de la même source où Mme Hamelin a trouvé son 83% plus tôt, ce qui veut dire qu'il faut, encore une fois, y ajouter exactement le même contexte, c'est-à-dire:

1- Il s'agit d'"infractions sexuelles enregistrées par les corps policiers", donc seulement d'allégations.
2- Ces infractions regroupent non seulement des viols, mais également des crimes beaucoup moins graves tel que le voyeurisme.
3- Jusqu'à 41% des plaintes de viol faites à la police sont sans fondement.
4- Les hommes qui sont victimes de viol portent beaucoup moins plainte que les femmes.
5- Les agresseurs ne sont pas tous des hommes.

Bref, encore une fois, elle utilise une statistique de façon malhonnête dans l'unique but de faire peur à ses lecteurs et de créer l'impression que les agressions sexuelles sont plus fréquentes et que les victimes sont presque uniquement des femmes et des petites filles.

Elle poursuit:

Alors, au lieu de leur répéter ad nauseam d'être prudentes, une stratégie visiblement inefficace - en plus d'être culpabilisante pour les victimes -, il serait grand temps d'agir à la source en enseignant aux garçons à ne pas agresser, et ce, dès la tendre enfance.

Sur quoi Mme Hamelin se base-t-elle pour affirmer que le fait d'enseigner la prudence aux filles est inefficace? Est-elle en train de nous dire que, même si on cessait complètement de parler de prudence à nos filles demain matin, le nombre de viols resterait exactement le même? Est-elle en train de nous dire qu'absolument aucune fille n'a jamais pu éviter d'être agressée en faisant preuve d'un peu de prudence? Mais sur quoi se base-t-elle pour affirmer quelque chose d'aussi stupide?

Dans la même logique, on devrait croire que si on cessait d'apprendre à nos enfants à regarder des deux côtés avant de traverser la rue, il n'y aurait pas plus d'accidents impliquant des enfants! Après tout, cessons de culpabiliser les enfants, l'accident est la faute des automobilistes! Laissons les enfants courir dans les rues et enseignons plutôt aux automobilistes à ne pas les écraser!

Que cela plaise ou non à Mme Hamelin, il y aura toujours des viols. Il y aura toujours en ce bas monde des déviants dangereux, hommes et femmes, qui useront de coercition pour forcer des gens à avoir des relations sexuelles qu'ils ne souhaitent pas. Sachant cela, Mme Hamelin met les filles en danger en affirmant qu'il faut cesser de leur parler de prudence! Elle propose carrément de rendre les filles encore plus vulnérables! Elle débloque complètement. Si un véritable prédateur sexuel tombait sur son article, il se frotterait les mains en souriant! Cette féministe déjantée est la plus grande alliée qu'il pourrait souhaiter avoir!

Mais au-delà de tout ça, c'est le sexisme de Mme Hamelin qui crève les yeux. 

Voyez par vous-mêmes. Dans la même phrase, elle affirme d'abord qu'il ne faut plus enseigner la prudence aux filles parce que cela LES CULPABILISE! Puis, du même souffle, elle déclare qu'il faut enseigner aux garçons à NE PAS AGRESSER!

L'idée que ceci constitue une façon de culpabiliser les garçons (ce qu'elle vient tout juste de dénoncer pour les filles) ne lui traverse même pas l'esprit.

La compassion et l'altruisme de Mme Hamelin ne s'étend pas à ces petits êtres monstrueux dotés d'un pénis.

Pourtant, cette culpabilisation devrait crever les yeux de n'importe quelle personne dotée d'un minimum d'empathie.

Imaginez que vous êtes un petit garçon. Car c'est d'eux qu'il est question ici, Hamelin parle d'intervenir auprès des garçons DÈS LA TENDRE ENFANCE. Vous êtes un petit garçon, donc, et vous vivez innocemment votre vie de petit garçon. Et à un moment donné, vous et tous les autres petits garçons êtes pris à part par une Madame afin que l'on vous enseigne qu'il est très mal d'agresser des petites filles. Imaginez ça.

Quels sont les messages qui se dégagent d'une telle intervention, dans votre tête de petit garçon? Qu'en retiendrez-vous?

Que les gars agressent les filles, mais jamais le contraire. Que les garçons ont besoin de se faire dire de ne pas agresser les filles, mais que les petites filles n'ont pas besoin de se faire dire la même chose parce qu'elles ne le font jamais. Que si on ne disait pas aux garçons de ne pas agresser, ils le feraient. Qu'il y a quelque chose de mal en vous, quelque chose de violent, de dangereux et de malsain qui ne se retrouve pas chez les petites filles.

Ça, c'est de la VRAIE culpabilisation. Du genre qui laisse des séquelles pour la vie.

Si vous me demandez mon avis, c'est carrément de l'abus.

Or, une telle intervention est non seulement néfaste, mais elle est complètement inutile. Pourquoi? Parce que LA VASTE MAJORITÉ DES HOMMES N'AGRESSENT ABSOLUMENT PERSONNE! Souvenez-vous de notre petit calcul maison qui nous a appris qu'en 2009, 0,07% de la population masculine du Québec a possiblement agressé une femme pendant l'année. CELA SIGNIFIE QUE 99,93% DES HOMMES N'ONT COMMIS AUCUNE AGRESSION!

Soyons très, très clairs: on n'a pas à apprendre aux hommes ou aux petits garçons à ne pas agresser des filles et des femmes PARCE QUE LA TRÈS VASTE MAJORITÉ D'ENTRE EUX N'AGRESSE PERSONNE!

La culture du viol est un mythe, basé sur des fausses statistiques et des mensonges haineux perpétrés par des féministes misandres! C'est ça la réalité!

Alors qu'on enseigne aux enfants à respecter les autres, tous sexes confondus? Bien sûr! Et nous le faisons déjà!

Mais cibler LES GARÇONS pour leur enseigner À NE PAS AGRESSER DES FILLES est une ABOMINATION! C'est malsain, c'est haineux, c'est sexiste, c'est misandre, c'est toxique et c'est en tout point répréhensible!

Si vous voulez que la haine d'une telle proposition saute aux yeux, vous n'avez qu'à remplacer "garçons" par n'importe quel autre groupe qui compose la société et "agresser" par n'importe quel autre crime.

Vous voulez des exemples? En voici quelques-uns:

"Il serait grand temps d'agir à la source en enseignant aux Noirs à ne pas voler, et ce, dès la tendre enfance."

"Il serait grand temps d'agir à la source en enseignant aux filles à ne pas tuer des bébés naissants, et ce, dès la tendre enfance."

"Il serait grand temps d'agir à la source en enseignant aux Italiens à ne pas se joindre à la mafia, et ce, dès la tendre enfance."

"Il serait grand temps d'agir à la source en enseignant aux musulmans à ne pas se faire exploser dans des lieux publics, et ce, dès la tendre enfance."

Chacune de ces affirmations est une abomination sexiste, raciste et haineuse qui se base uniquement sur les horribles préjugés tordus de la personne qui l'énonce.

Et il en va de même de la proposition de Mme Hamelin. C'est très exactement la même chose. Et c'est tout aussi répugnant.

Mais dans le climat actuel de misandrie et de paranoïa du viol dans lequel nous vivons, sa proposition monstrueuse semble... raisonnable.

C'est précisément pour cette raison qu'il faut dénoncer les mensonges des féministes sans relâche! Il ne faut plus laisser ces gens déblatérer n'importe quoi sans rien dire. Le festival de la haine anti-mâle a assez duré. Ne laissons pas ces harpies s'en prendre à nos enfants!

C'est pour cette raison que j'ai décidé de réagir à la publication de ce billet par ma cousine, ACG. Et c'est là que le cirque a commencé.

La suite dans mon prochain billet...



6 commentaires:

Ishang1991 a dit…

while i was out with one of my girl friends, we saw a poster about this too "Why just teach girls to be careful? We need to teach BOYS not to disrespect girls" or something of the sort. My friend was ABSOLUTELY in accord with this, and I was somewhat a little confused if I should accept that statement or not. I thought, but women can rape too... But it really didn't hit me until I read this article.

In all my life, only one dude ever sexually harrassed me. And honestly, something I will never be able to forgive. Every other men in my life has had good intentions. Racist and sexist comments has always bothered me. Unfortunately, so many of the people today have these views. I can't say that I'm totally immune, because I do catch myself thinking those ways sometimes. I WAS raised in such an environment afterall... But I try. I know it's not fair. I know it's not right.

I love reading your articles, buddy. You've always inspired me to open my eyes and to be aware of my thoughts and actions. If someone would ask me to name one person who inspires me, my first thoughts would be you. :)

Have a good day buddy!

Prof Solitaire a dit…

Ed, I can't tell you how touched I am by this comment. Especially after the nasty episode with some of my family members defaming me like I explain in my last post.

You've known me as a teacher and as a friend and your words touch me deeply. To know that someone as wonderful as you considers little old me an inspiration is humbling and a profound source of pride. Thank you.

You don't have to forgive the bastard who harrassed you. He doesn't deserve it. I don't even know him and I most certainly do not forgive him for what he's done to my friend. But the fact that you are able to see this for what it is and not blame all men for the actions of on is a testament to your intelligence, your fairness and your essential goodness.

You're a great person and I'm lucky to know you.

Empathy a dit…

La plupart des hommes qui m'ont raconté s'être fait violé l'ont été par des hommes... mais je crois aussi que les femmes peuvent agresser des hommes ou des femmes. Il y a des femmes en prison qui y sont pour avoir organisées des tournantes sur leurs amies par pur jalousie ou simple sadisme. Les prédateurs sexuels ont des pulsions qu'ils soient hommes ou femmes. Et tu pourras être aussi prudent que tu le voudras, si tu es "choisi" par ce genre de personne, elle trouvera le moyen d'arriver à ses fins. C'est pour cela qu'il est important d'éduquer les enfants à se respecter les uns les autres et que la deculpalisation est importante pour toutes les victimes

Empathy a dit…

Et s'il est important de le signaler aux services adéquates c'est que ces prédateurs ont souvent tendance à en connaître d'autres, hommes et femmes, et à se refiler leurs "bons plans" . Et si un automobiliste renverse un enfant qui n'a pas regardé en traversant parce qu'il roulait comme un..., il est coupable, la voiture est une arme, quand tu la conduis, on t'apprend à être prudent... si les mentalités n'évoluent pas, effectivement il y aura toujours des prédateurs et des tueurs qu'ont laissera en paix parce que réellement les autres ont peur de les affronter et préfèrent porter des oeillères et culpabiliser les victimes pour éviter de se dire qu'eux-mêmes auraient pu les aider en changeant leur manière d'agir

Empathy a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Prof Solitaire a dit…

@ Empathy: Je te confirme que tes soupçons sont exacts: des femmes qui agressent, ça existe définitivement. Absolument aucun doute là-dessus.

Et je n'ai évidemment aucune objection à ce qu'on:
1- Enseigne aux enfants à être prudents
2- Enseigne aux enfants à respecter les autres
3- Enseigne aux enfants à se respecter eux-mêmes
4- Signale les agresseurs aux autorités
5- Déculpabilise les victimes

Tout ça me convient parfaitement.

Mais cibler les petits garçons pour leur apprendre à ne pas agresser les filles?

Ça, c'est complètement inacceptable.