21 février 2016

Excuses ontariennes II

Dans mon dernier billet, j'ai parlé des excuses faites par la première ministre de l'Ontario pour l'interdiction du français dans les écoles de cette province de 1912 à 1927.

N'allez pas croire que ces excuses sont perçues favorablement dans la population anglophone!

On le constate facilement en regardant les réactions des lecteurs du site CTV News. Certains vont même jusqu'à affirmer que c'est le Québec qui devrait s'excuser! Voyez par vous-mêmes:




Quelle mauvaise foi.

L'anglais n'est pas interdit dans les écoles du Québec et ne l'a jamais été. Les anglophones du Québec ont leurs propres commissions scolaires, leurs propres écoles primaires et secondaires, leurs propres cégeps et TROIS universités. Sans parler de leurs propres hôpitaux, leurs stations de radio, leurs journaux, leurs postes de télé, leurs théâtres, etc.

Il est profondément malhonnête de comparer la situation des Franco-Ontariens, une minorité historiquement désavantagée et menacée, aux Anglo-Québécois, une "minorité" (qui est en fait une majorité à l'échelle du pays) historiquement privilégiée, riche et nullement menacée.

À ce jour, l'Est de Montréal francophone demeure désavantagé comparativement à l'Ouest anglophone! On apprenait même récemment que "l'espérance de vie des citoyens qui habitent certains quartiers de l'est de Montréal est inférieure de jusqu'à neuf ans à celle des citoyens de l'ouest de l'île!"

De plus, l'objectif de la charte de la langue française (oups, pardon, je veux dire de la "language police", sorry!) n'est pas d'éradiquer l'anglais, mais plutôt d'assurer la survie de la langue française, ce qu'elle ne parvient même pas à faire efficacement, en passant!

Quel extraordinaire malhonnêteté...

Les commentaires que j'ai trouvés ailleurs sont tous essentiellement les mêmes. Par exemple, sur Northern Life:


Sur Reddit:


Sur le site de la CBC:



Partout, les mêmes commentaires dans lesquels se lisent clairement un désintérêt complet pour la lutte historique des francophones et un mépris hostile à l'égard du Québec.

C'est ça, le vrai visage du Canada.




Aucun commentaire: