7 février 2016

Faut-il craindre Pegida?

Depuis le temps que j'entends parler de Pegida, sans trop savoir de quoi il en retourne, j'ai finalement décidé d'y regarder de plus près.

Comme quiconque ne s'y intéresse que distraitement, je prenais pour acquis qu'il s'agissait d'un mouvement de néo-nazis timbrés qui détestent les immigrants. Mais est-ce vraiment le cas?

C'est cet article de La Presse qui m'a interloqué. Il est coiffé de cette photo:


La légende sous cette photo nous informe que: Un manifestant anti-PEGIDA demande au policier de laisser son groupe passer pour aller rejoindre le petit groupe de manifestants de PEGIDA, samedi, à Montréal.

J'ai été très étonné de lire cela! J'ai d'abord cru que ces gens masqués que la police est en train de contenir étaient les membres de Pegida. Mais non, ce sont leurs opposants! De plus, est-ce que j'ai la berlue ou l'un d'eux est armé d'un bâton? Ou est-ce un bout de manche de pancarte?

L'article donne d'autres détails:

Une manifestation prévue par le groupe antimusulman Pegida Québec samedi à Montréal a encore une fois été torpillée par la présence de protestataires pro-immigration.

Selon cette journaliste, Pegida serait donc un groupe "antimusulman". Si c'est vrai, alors c'est très grave. Je n'aurais aucun problème avec un groupe "anti-Islam" ou "anti-religion" en général puisque, dans ce cas-là, il est question de combattre une idéologie. Mais les musulmans eux-mêmes ne sont pas une idéologie, ce sont des êtres humains. Alors si Pegida est véritablement "antimusulman", cela en fait effectivement un groupe dangereux. Cela signifierait qu'ils veulent déporter ou exterminer des musulmans, c'est ça? C'est très sérieux!

Mais l'accusation est-elle fondée? Ou est-on en présence d'une journaliste de La Presse multiculturaliste qui déconne?

Pour l'instant, continuons avec l'article:

Les membres de Pegida (un acronyme allemand pour «Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident») s'étaient donné rendez-vous cet après-midi dans le quartier Villeray pour « informer et conscientiser la population au problème de la radicalisation au Québec». «Nous vous annonçons la participation en grand nombre de nos membres à notre rassemblement», écrivait le groupe sur sa page Facebook, où a été publicisé l'événement.

Pegida veut "informer et conscientiser"? Plutôt sophistiqués et pacifiques pour des néo-nazis, vous ne trouvez pas?

On vient à peine de commencer cet article et on est déjà face à une contradiction. Pegida est-il un regroupement de racistes antimusulmans, ou sont-ils des patriotes inquiets qui veulent informer les gens au sujet de l'islamisation?

Qui faut-il croire? La journaliste de La Presse multiculturelle, ou la description que ce groupe fait de lui-même?

Poursuivons notre lecture:

À 15 heures, à peine une poignée de membres du groupe se sont présentés au lieu de rendez-vous, où ils étaient attendus par une centaine de manifestants pro-immigration et de nombreux policiers.

Quelques manifestants de Pegida se sont finalement rassemblés quelques rues plus loin, pendant quelques minutes, et ont affiché leurs couleurs sous une très forte protection policière, avant de se disperser.

Une poignée de manifestants avec des petites pancartes du côté de Pegida? Comme menace raciste, on a déjà vu mieux. C'est à se demander pourquoi ceci mérite une telle couverture médiatique.

Et de l'autre côté, une centaine de manifestants pro-immigration, dont certains sont masqués et dont au moins un est possiblement armé d'un bâton? Et c'est la poignée de membres de Pegida qui sont considérés comme une menace dangereuse? C'est une blague?

Leurs bruyants opposants ont tenté de les rejoindre mais ils en ont été empêchés par les agents. «Nous sommes ici pour montrer que nous sommes contre le racisme et pour l'immigration», a expliqué un des protestataires anti-Pegida.

J'imagine que leurs "bruyants" opposants (parfois masqués et possiblement armés, rappelons-le) n'ont pas tenté de les rejoindre afin de les inviter calmement à discuter autour d'une tasse de thé! Si la photo est représentative des gens qui constituaient ce groupe, leurs intentions étaient fort probablement violentes.

Récapitulons. D'un côté, on a une poignée de manifestants avec des pancartes. Qu'on soit d'accord ou non avec leur message, rien n'indique qu'ils représentent un danger ou qu'ils ont l'intention d'être violents. Et ce sont supposés être eux les "méchants"?

De l'autre, on a une centaines de types qui crient, certains sont masqués et armés, et la seule chose qui les empêche d'aller tabasser la p'tite poignée de manifestants, c'est la police. Et se sont supposés être eux les "gentils"?

C'est la deuxième fois que le groupe, dont l'existence dans la province est fortement contestée, tente en vain d'organiser une manifestation.

En mars, un événement semblable a été annulé à cause de la forte présence d'opposants au point de rendez-vous. Comme aujourd'hui, les quelques militants de Pegida qui s'étaient déplacés avaient rapidement quitté l'endroit prévu de la marche, dans le secteur du Petit Maghreb.

Donc, si je comprends bien, ceci est la deuxième fois qu'un petit groupe de personnes qui ne représente donc pas une menace pour qui que ce soit se voit EMPÊCHER de manifester sous la menace et les vociférations d'un groupe plus nombreux qui souhaite les empêcher de s'exprimer!

Et ça, c'est supposé être une victoire pour la démocratie?

Cet article nous donne bien peu d'informations à propos du groupe Pegida, mais il dépeint assez bien le portrait de leurs opposants: de nombreux fanatiques hurlants, masqués, agressifs et potentiellement violents qui semblent prêts à tout pour empêcher  leurs opposants de s'exprimer librement et de manifester pacifiquement.

Bref, les fascistes ne sont peut-être pas du bord qu'on nous dit.

Mais bon, peut-être saute-je trop rapidement aux conclusions? Peut-être que les membres de Pegida, sous leur apparence inoffensive, sont des monstres sanguinaires dont l'existence même est un affront contre l'humanité?

Pour avoir une meilleure compréhension de ce groupe, tournons-nous vers l'Europe où, le même jour, s'est tenu une manifestation de Pegida qui a été beaucoup plus impressionnante que celle de Montréal. Voyons voir comment ces gens se comportent lorsqu'ils sont plus nombreux:

À Dresde (...), berceau de Pegida et centre névralgique de cette journée, 15 000 participants étaient attendus par la police, qui avait mobilisé pour l'occasion près de deux mille fonctionnaires et plusieurs canons à eau. Déjouant ces prévisions, entre 6000 à 8000 personnes seulement ont participé à cette manifestation sur les bords de l'Elbe (...) «La grande journée d'action de Pegida a plutôt fait un flop», titrait quant à lui le quotidien conservateur Frankfurt Allgemeine Zeitung.

6000 à 8000 personnes, c'est peut-être la moitié de qu'ils attendaient, mais ce n'est pas rien! C'est amplement suffisant pour causer une émeute! Et qu'ont fait ces milliers de manifestants? Ont-ils vandalisés des maisons ou des commerces appartenant à des musulmans? Ont-ils lynché des musulmans en pleine rue? Ont-ils à tout le moins proféré des menaces envers leurs concitoyens musulmans? S'il s'agit bien du mouvement "antimusulman" qu'on nous décrit, ce devait être forcément le cas, non?

La Presse ne nous dit rien à ce sujet.

Libération parle de la manif ici. Aucune mention de vandalisme ou de violence.

Le Monde nous décrit les manifestations qui se sont tenues dans d'autres villes européennes. D'abord en France:

Le ministère de l’intérieur avait interdit la manifestation à Calais (...) Malgré cette interdiction, la branche française de Pegida était déterminée à défiler dans l’après-midi. (...) une soixantaine de personnes se sont réunies dans la matinée à 20 kilomètres de la ville, sous l’égide du général Christian Piquemal, ancien commandant de la Légion étrangère.

Qui est le général Piquemal? Wikipédia nous informe sur sa carrière militaire, mais pas sur ses opinions politiques. Mes recherches n'ont pas permis de trouver une seule déclaration raciste associée à cet homme.

A 13 h 30, quelques échauffourées ont éclaté entre les forces de l’ordre et environ 150 personnes, qui s’étaient aussi rassemblées devant la gare de Calais, dans le centre-ville de la cité portuaire. Elles ont crié des slogans tels qu’«On est chez nous!» ou «Journalistes collabos», ont entonné une Marseillaise et agité des drapeaux français.

Les autorités ont appelé à la dispersion du rassemblement avant que les gendarmes chargent et procèdent à des tirs de gaz lacrymogènes, selon l’Agence France-Presse. Une vingtaine de manifestants ont été interpellés, dont M. Piquemal.

D'après cette vidéo qui montre l'arrestation de M. Piquemal, rien ne semble indiquer que les manifestants aient commis quelque acte de violence que ce soit. M. Piquemal n'a pas semblé résister à son arrestation. C'est la police qui semble passer à l'offensive pour disperser les manifestants qui ne semblaient pas représenter une menace pour qui que ce soit. Cette description des "échauffourées" semble le confirmer.

Regardons également de plus près les slogans qui ont été scandés par les membres de Pegida.

"On est chez nous!" Donnons à cette déclaration la signification la plus exclusive qu'il soit raisonnablement possible d'imaginer. Si par "on" et "nous" ils réfèrent aux non-musulmans, cette déclaration reviendrait donc à dire qu'aucun musulman ne devrait résider en France. Ce qui serait, effectivement, une déclaration xénophobe.

Mais s'ils ne parlaient pas de tous les musulmans? S'ils parlaient plutôt seulement des islamistes? S'ils parlaient seulement des barbus et des voilées fanatiques qui ne reconnaissent aucune autorité terrestre à part Allah, qui considèrent que la démocratie est incompatible avec leurs croyances, qui se sont réjoui du massacre des dessinateurs de Charlie hebdo, qui souhaitent l'instauration de la Charia et qui, comme les frères musulmans, veulent imposer leur idéologie et leur mode de vie en Occident? Ne serait-il alors pas légitime de dénoncer ces gens?

Pour ce qui est de l'autre slogan, "Journalistes collabos", difficile ne pas le trouver sympathique. Dans le cas qui nous intéresse, les médias semblent effectivement s'efforcer de dépeindre de façon sinistre un groupe qui ne commet pourtant pas d'acte de violence et qui ne souhaite que s'exprimer. À ma connaissance, cela est à la base même de la démocratie.

Revenons donc à l'article du Monde afin de voir ce qui s'est passé dans les autres pays européens.

Au Royaume-Uni:

A Birmingham, (centre de l’Angleterre), quelque 200 personnes ont participé au premier défilé organisé par Pegida-UK depuis sa création par Tommy Robinson, l’ancien leader du mouvement nationaliste d’extrême droite English Defence League impliqué dans de nombreuses manifestations violentes.

Le mot d’ordre «Sauvons notre pays, sauvons notre culture, sauvons notre avenir» n’a pas fait recette pour cette marche silencieuse sous très forte surveillance policière. Les manifestants ont défilé derrière une banderole «contre l’islamisation de l’Occident» et brandi des pancartes «Trump a raison».

Encore une fois, aucune mention de vandalisme, de violence ou de menaces. Bref, une autre manifestation calme de gens qui souhaitent exprimer pacifiquement un point de vue.

L'article affirme que le mouvement English Defence League a été impliqué dans de nombreuses manifestations violentes. Cela a effectivement été le cas, mais ce n'est pas de l'EDL dont il est question ici, mais bien de Pegida. Le seul lien qui est mentionné entre ces deux organisations est Tommy Robinson. Est-ce à dire que cet homme fait la promotion de la violence pour atteindre ses objectifs politiques?

Il est très facile de le vérifier. Le discours qu'il a fait hier à Birmingham peut être vu et entendu ici. Allez l'écouter. Vous n'y entendrez aucune déclaration raciste, ni aucun appel à la violence. On peut être d'accord ou pas avec ce qu'il dit, mais rien dans ses propos ne justifie qu'on diabolise le mouvement Pegida, qu'on le bâillonne ou qu'on l'interdise.

Pendant ce temps, en Pologne:

Une manifestation qui a mobilisé 2 000 personnes s’est aussi déroulée à Varsovie, en Pologne. Selon l’envoyé spécial du Monde sur place, la place du Château-Royal, parsemée de drapeaux de tous les groupes nationalistes, était loin d’être pleine.

La place n'était peut-être pas pleine, mais 2000 personnes n'est tout de même pas rien. On voit, encore et encore, cet effort des médias de minimiser l'importance de ce mouvement. Ce manque évident de neutralité et d'objectivité est sans doute ce qui motive des slogans comme "Journalistes collabos".

Les manifestants ont demandé au nouveau gouvernement conservateur de ne pas accepter de réfugiés. Alors que le précédent gouvernement avait accepté d’en accueillir 7 000, la droite conservatrice a fait savoir qu’elle se contenterait de 400, ce qui est encore trop pour les personnes rassemblées samedi. 

On peut être d'accord ou pas avec les gens qui souhaitent que leur pays n'accueillent pas de réfugiés. On peut critiquer leur position, on peut la tourner en dérision et on peut trouver des contre-arguments. Mais dans une démocratie, ces gens devraient avoir le droit de s'exprimer.

Je ne suis personnellement pas d'accord avec eux, je crois que nous devons accueillir des réfugiés et qu'il ne faut pas complètement fermer la porte aux musulmans, bien qu'un pays souverain a entièrement le droit d'accepter ou de refuser qui il veut. Et je crois surtout que les gens qui ne sont pas d'accord avec moi devraient avoir le droit de s'exprimer. Le débat sur ce sujet mérite très certainement d'avoir lieu et tout le monde devrait avoir la possibilité de faire entendre son point de vue.

«Je ne veux pas d’Arabes dans mon pays. Il n’y en a jamais eu. Ils violent les femmes et ne sont pas compatibles avec l’Europe chrétienne», a notamment déclaré Maciej, un jardinier de 28 ans.

Bravo, le journaliste a réussi à mettre la main sur UN raciste dans ce groupe de 2000 personnes! Génial! Diabolisons tout le mouvement à cause des déclarations xénophobes de Maciej le jardinier!

Il me semble évident que nous sommes ici en présence d'une grossière tentative des médias pour diaboliser, discréditer et minimiser une organisation dont le discours ne cadre pas avec l'idéologie multiculturelle dominante.

On devrait laisser les gens de Pegida s'exprimer et débattre avec eux, pas tenter par tous les moyens de les faire taire.

Et dans tout ce que j'ai lu, les seuls véritables fascistes sont ces anti-Pegida masqués de Montréal qui semblaient intéressés à aller tabasser la poignée de manifestants qui s'est présentée sur les lieux hier.



9 commentaires:

Gc a dit…

J'ai la même interprétation que toi depuis au moins 5 mois... Sauf que le dire c'est se faire traiter de xénophobe... La même chose je regarde le discours et le programme du FN, c'est de l'extrême gauche! Et pourtant c'est vendu comme de la droite nauséabonde.

fylouz a dit…

Tu étais de mauvais humeur lorsque tu as écrit ce texte ou quoi ? C'est tellement outrancier que c'en est ridicule !

Commençons par la photo. Tu écris : "De plus, est-ce que j'ai la berlue ou l'un d'eux est armé d'un bâton? Ou est-ce un bout de manche de pancarte?"

Plus loin : "Et de l'autre côté, une centaine de manifestants pro-immigration, dont certains sont masqués et dont au moins un est possiblement armé d'un bâton ?"

Ici, tu t'avances un peu plus, le manifestant est "possiblement armé d'un bâton" (ou d'une pancarte, mais déjà, tu ne le dis plus).

De pire en pire : "J'imagine que leurs "bruyants" opposants (parfois masqués et possiblement armés, rappelons-le) n'ont pas tenté de les rejoindre afin de les inviter calmement à discuter autour d'une tasse de thé! Si la photo est représentative des gens qui constituaient ce groupe, leurs intentions étaient fort probablement violentes."

fylouz a dit…

Ce commentaire est tellement biaisé que ça donne le tournis. En te fondant sur UNE photo sur laquelle on voit DEUX individu masqués, tu arrives à la conclusion que leurs intentions sont hostiles et "leurs intentions fort probablement violentes". Je me permet de te signaler que le deuxième individu masqué, au second plan, soutient une perche au sommet de laquelle se trouve un caméscope, mais c'est certainement avec l'intention de le fracasser sur le crane de quelqu'un.

Tu en remet une couche plus loin : "J'imagine que leurs "bruyants" opposants (parfois masqués et possiblement armés, rappelons-le) n'ont pas tenté de les rejoindre afin de les inviter calmement à discuter autour d'une tasse de thé! Si la photo est représentative des gens qui constituaient ce groupe, leurs intentions étaient fort probablement violentes.

Plus loin, tu en rajoutes : "D'un côté, on a une poignée de manifestants avec des pancartes. Qu'on soit d'accord ou non avec leur message, rien n'indique qu'ils représentent un danger ou qu'ils ont l'intention d'être violents. Et ce sont supposés être eux les "méchants"?"

Ben non, rien n'indique qu'ils représentent un danger, pour l'instant et à l'échelle du Québec. Ici, un aperçu de ce que ces militants pacifistes inoffensifs font lorsqu'ils sont un peu plus nombreux :

http://metro.co.uk/2016/02/06/anti-islam-movement-pegida-protests-descend-into-violence-across-europe-5666828/

http://www.thelocal.de/20160109/violence-erupts-at-cologne-far-right-demo

http://time.com/4178642/racist-violence-germany-refugees/

Arrivé là, tu oublies toute prudence et tout mesure : "De l'autre, on a une centaines de types qui crient, certains sont masqués et armés, et la seule chose qui les empêche d'aller tabasser la p'tite poignée de manifestants, c'est la police. Et se sont supposés être eux les "gentils"?"

Leurs intentions ne sont même plus "fort probablement violentes" et "possiblement armés de bâtons". Ils sont "masqués", "armés" et n'attendent que d'aller "tabasser la p'tite poignée de manifestants". On croit rêver.



fylouz a dit…

Concernant Pegida, tu écris : "Selon cette journaliste, Pegida serait donc un groupe "antimusulman".

Sache, mon cher, que cette journaliste est loin d'être seule à écrire cela. Pegida est une organisation raciste, xénophobe et anti-musulmane. C'est vraiment se mettre la tête dans le sable que de laisser entendre un quelconque discours plus modéré. Permet moi de te dire que je trouve extrêmement décevant de ta part de limiter cela à la possibilité "d'une journaliste de La Presse multiculturaliste qui déconne". Si tu ne fais pas confiance en cette journaliste, cherche des infos ailleurs.

"Pegida veut "informer et conscientiser"? Plutôt sophistiqués et pacifiques pour des néo-nazis, vous ne trouvez pas?"

Oui, et les nazis étaient des "Nationaux-Socialistes", ce qui laisse entendre que c'étaient des socialistes qui aimaient leur pays. Pas de quoi s'inquiéter, vraiment. Et les Soviets ne prônaient-ils pas l'internationale de la fraternité populaire ? De toute évidence on a affaire de doux pacifistes dans les deux cas, non ?

Tu écris : "Qui faut-il croire? La journaliste de La Presse multiculturelle, ou la description que ce groupe fait de lui-même?"

Ben, à te lire, la réponse est évidente, la journaliste ne fait-elle pas partie de "La Presse multiculturelle" ? Où est-ce moi qui ne sais pas reconnaitre un compliment ?

"Une poignée de manifestants avec des petites pancartes du côté de Pegida? Comme menace raciste, on a déjà vu mieux. C'est à se demander pourquoi ceci mérite une telle couverture médiatique."

Super, ils n'étaient qu'une poignée. Pas de quoi s'affoler ! Les nains ne commencent-ils pas petits, pour paraphraser Paul Verhoeven ? Rapporte plutôt leur nombre à la population du village Québécois. Quand au mérite d'une "telle couverture médiatique", il faut la rapporter à l'appel de Pegida à une journée de manifestation internationale. Ça ne mérite pas qu'on en parle ?

Tu ajoutes : "Et de l'autre côté, une centaine de manifestants pro-immigration, (...)Et c'est la poignée de membres de Pegida qui sont considérés comme une menace dangereuse? C'est une blague?

Excuse-moi, mais la blague (de mauvais goût), c'est de laisser la façon de plus en plus négative dont tu présentes les dit-manifestants : "pro-immigration" (pourquoi pas "anti-racistes" ou "anti-fascistes" ?). Tu inverses également l'orientation de la menace en laissant entendre que les autres représenteraient plus "une menace dangereuse" que les uns, uniquement... parce qu'ils sont plus nombreux. Perso, à ta place, je me réjouirais de constater que les manifestants anti-racistes sont plus nombreux que les fachos, mais mon raisonnement est sans doute affecté par mes tendances gaucho-libérales petite-bourgeoises.

Et ça continue : "Donc, si je comprends bien, ceci est la deuxième fois qu'un petit groupe de personnes qui ne représente donc pas une menace pour qui que ce soit se voit EMPÊCHER de manifester sous la menace et les vociférations d'un groupe plus nombreux qui souhaite les empêcher de s'exprimer!"

fylouz a dit…

Manifestement, tu ne comprends rien du tout. Personne ne veut les empêcher de s'exprimer, il s'agit d'une contre-manifestation, qui jusqu'à preuve du contraire est pacifiste, nulle part il n'est dit que les contre-manifestants sont menaçants. C'est toi qui le dis sur la base d'une photo avec un type qui commence par peut-être porter une pancarte et finit par être armé, et potentiellement menaçant. J'aime aussi le glissement progressif du qualificatif de "bruyants" avancé par l'auteur de l'article pour qualifier les contre-manifestants à la mention des "vociférations" que tu avances. Pardon, tu y étais maintenant. Encore un peu et tu nous expliqueras qu'ils avaient la bave aux lèvres (ce qui expliquerais les écharpes) et le couteau entre les dents.

Quand à la vidéo dont tu donnes le lien, je te signale qu'elle a été mise en ligne par la fachosphère. On ne voit rien de ce qui se passe avant l'arrestation et les manifestants me semblent plutôt hostiles à moi, les C.R.S. très nerveux et pour qu'ils soient nerveux, il faut qu'ils aient des raisons, j'dis ça, j'dis rien. On voit quand même des manifestants s'avancer vers eux d'un air menaçant, je dirais même "brailler", voire "vociférer", mais peut-être qu'ils voulaient les inviter à prendre le thé ? Franchement, ton interprétation est tellement contrastée qu'elle en est ridicule.

Je termine rapidement, mon dégoût m’empêche de poursuivre. Crois moi que tu as de la chance de vivre dans un pays où il se passe si peu que l'on puisse se permettre d'interpréter des slogans xénophobes comme s'adressant uniquement aux islamistes, voire même ("journalistes collabos") sympathiques.

Gc a dit…

Je suis d'accord avec le prof. J'ai vécu en europe. Je connais bien. J'ai étudié en journalisme et j'ai été relationniste le coover up ça existe. Sans être support les médias du Québec ont comparé l'ADQ au FN durant des années. Les deux parties sont aux antipodes du spectre politique.
Le H1n1 était supposément la pire chose au monde, le h1n1 fait 90% moins de victime que l'influenca régulier. Il se propageait plus rapidement, mais était moins létale. Dans les cabinets de RP financés par les grands comptes pharmaceutiques des centaines de communiqués de presse relayaient de l'information catastrophique sur le virus. En France, même pas 11% de la population s'est fait vacciné, le gouvernement est resté avec 70 millions de doses sur les bras. Dans le Globe and Mail, les Québécois se font traité de nazi à tour de bras. Bref, les médias ont un agenda aussi.
Je m'interroge aussi sur PEGIDA depuis un bout. Certe, il y a des gros cons dans leurs manifs, comme dans celle des fédéralistes et des souverainnistes au Québec. La majorité de PEGIDA ne semble pas être rempli de marginaux violence.
Ils sont décrit comme violents, mais une recherche sur le net ne nous rapporte pas grand chose et la plupart du temps ont devine que ce sont des rixes entre PEGIDA et anti-Pegida.
Il y a une gauche violente. La même qui a fait que la fille d'Amir Kadhir à lançé des bombes lacrymo dans le métro de Montréal, la même qui a indiqué à Cologne que les femmes violentées le soir du nouvelle an l'avait un peu cherché que c'était aux allemandes de s'adapter. Il y a des dizaines et des dizaines de vidéos de gens de Pegida sur Dailymotion et youtube qui sont montrés où les gens se sauvent de contre manifestants avec des bâtons et où c'est la police qui doit intervenir. Les gens de PEGIDA ne sont tout simplement pas capable de se défendre.
Bref, je me méfie de l'hunanimité des médias contre PEGIDA. Historiquement, les médias dans le monde étaient pro-Hitler. J'ai deux encyclopédies de 1931 que j'ai conservé pour uniquement une chose: montré à mes enfants que Hitler était décrit comme un homme d'état fantastique. Alors qu'on sait tous ce qu'il était. Un salopard. Historiquement, les femmes et les noirs qui se sont levés et qui ont exigés légalités ont toujours été dépeint comme des violents dangereux. Martin Luther King lui-même était décrit avant sa mort comme un militant dangereux et violent. Je ne dis pas que Pegida joue dans la même ligue, mais les black panthers n'étaient pas des anges n'ont plus.
Bref, pour PEGIDA, je dis wait and see. Et posez-vous la question si vous êtes aussi choqué d'un questionnement du prof, jusqu'à quel point êtes-vous endoctriné? Votre confiance dans les médias est-elle si haute?
Le groupe de pirate Anonymous est-il dangereux?

fylouz a dit…

A Gc, prenez vos médicaments et on en reparlera.

Prof Solitaire a dit…

Gc, moi je trouve ton commentaire fort intéressant.

Gc a dit…

Dommage Fylouz j'apprécie généralement tes commentaires. Mon but n'est pas de trollé. Ce que je dis c'est que les médias deviennent de plus en plus des bussiness de RP à la solde des intérêts commerciaux.
George Sorros qui n'est pas un enfant de coeur économique (il a mis l'économie de l'Albanie par terre en spéculant contre sa monnaie et causé une guerre civile en 1995) est pro-migrant et anti pegida.

http://www.theguardian.com/business/economics-blog/2012/oct/30/helping-greek-migrants-european-solidarity-george-soros
http://www.cnsnews.com/mrctv-blog/mike-ciandella/soros-boasts-spending-100-million-us-immigration-reform-push
http://www.express.co.uk/news/world/616541/European-Union-Migrants-Refugees-George-Soros-Hungary-Viktor-Orban-Europe

Il indique sur plusieurs tribunes que l'arrivée de migrant de façon massive est la meilleure façon de briser les lois du travail en Europe et d'apporté la prospérité économique.
Bref, avec les flux de nouvelles et ayant vécu de l'intérieur la "crise" du H1n1 comme relationniste dans le plus gros cabinets de RP du Canada.
Je me dis que les agendas politico/économiques sont en pleines confrontation en ce moment.
Cameron et Merkel qui disent aux Russes d'arrêter de bombarder les positions de ISIS... Parce que ça envenime la situation... Hollande qui coordonne ses représailles contre Daesh avec les Russes en dehors de l'Otan.
Poutine, qui est un enfoiré, mais une bête politique décrit comme un vulgaire fraudeur sans envergure dans les médias comme The guardian.
Le monde est bizarre et l'acharnement médiatique de moins en moins évident à cacher.
Je trouve suspect le comportement à l'égard de Pégida des médias. Les mêmes médias qui demande la censure d'un documentaire sur la radicalisation à Londre.
L'Islamophobie est trop rapidement sur toutes les lèvres en ce moment. Le moindre écart ou questionnement est tout de suite taxé de Xénophobie. Bien sûr dans Pegida il y a des racistes et des xénophobes, mais tous?! Surtout que je le rappelle ils affrontent souvent des gens mieux armés que eux. Les néo-nazis sont d'habitude les premiers à la cogne et assez violents.