15 décembre 2016

LANDO par Soule et Maleev


Cette série se déroule avant les événements de l'épisode 5. On retrouve Lando Calrissian avant qu'il achète la colonie de Bespin. Endetté, poursuivi par divers malfrats à qui il doit beaucoup de crédits, Lando a tout de même conservé son sourire, son optimisme et son charme.

Dans la première scène, il est dans une chambre à coucher sur la planète Castell. Devant lui, une oeuvre d'art précieuse flotte sur un présentoir. Derrière lui, une belle femme est allongée dans un lit luxueux. Elle s'appelle Ssaria et elle est la Moff impériale du secteur, réputée pour sa brutalité. Elle est aussi la dernière conquête de Lando. Elle lui demande pourquoi il s'intéresse tant à cette oeuvre d'art. Lando fait le grand jeu. Il lui explique qu'initialement, il voulait la voler... mais qu'il ne peut se résoudre à faire cela à la femme qu'il aime. Elle sort subitement un blaster de sous ses draps et le pointe vers la tête de Lando. Ce dernier aura vraiment besoin de mettre le charme au max pour s'en sortir cette fois-ci.


Évidemment, il réussit son coup, mais son créancier, un caïd alien malhonnête et sinistre, ne se satisfait pas d'une telle babiole. Pour effacer sa dette, il demande à Lando de voler le magnifique vaisseau d'un riche impérial qui est amarré à un chantier spatial pour être réparé. Lando doit livrer la navette à son créancier. Tous les trésors que contient l'appareil reviennent à Lando. C'est la casse du siècle.

Ce que Lando ignore, c'est que le propriétaire de cette navette est nul autre que... l'empereur lui-même! Et les trésors qu'elle contient sont des rarissimes artefacts siths qu'il est prêt à tout pour récupérer. Lando vient de se mettre dans un pétrin qui le dépasse complètement. Il y a des situations si épineuses que le charme ne peut pas espérer régler à lui seul. Lando saura-t-il surmonter son apparent dégoût des blasters pour passer à l'offensive?


Franchement, je ne m'attendais pas à aimer cette série autant. Mais je l'ai adorée. Le scénario de Soule m'a captivé du début à la fin. Les dialogues sont excellents et l'histoire est remplie de rebondissements complètement inattendus qui nous maintiennent sur le bout de notre siège. Le Lando qui est dépeint ici est surprenant, mais parfaitement crédible et, surtout, très fidèle à la performance de Billy Dee Williams. Il m'arrivait carrément d'entendre sa voix et son intonation en lisant la BD. C'est vraiment très, très réussi.

Les personnages secondaires sont fascinants et apportent beaucoup à l'histoire. Par exemple, le meilleur ami de Lando, Lobot, vit un drame terrible. Ce personnage, que l'on voit brièvement dans l'épisode 5, livre un combat constant contre ses propres implants cybernétiques qui tentent de formater son esprit et de prendre le contrôle. Le chasseur de prime qui se lance aux trousses de Lando a été créé pour cette série, mais il s'insère parfaitement dans l'univers de Star Wars et s'avère un personnage engageant et très attachant.

Les dessins de Maleev sont excellents. Il capture parfaitement le look, la présence, la gestuelle et les expressions faciales de Lando. Beaucoup d'artistes auraient été incapables de réussir cet exploit tout en produisant des cases dynamiques, souples et vibrantes, mais Maleev y arrive à merveille. Ses cases sont sombres et souvent oppressantes, ce qui met encore plus d'emphase sur l'éclatant optimisme de Lando et sa capacité à ne jamais se décourager, même lorsque tout semble perdu.

Vraiment une belle BD que je recommande fortement à tous les amateurs de Star Wars.



Aucun commentaire: